Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence
Publié dans Barlamane le 23 - 01 - 2020

Diplômée de droit constitutionnel et de droit de l'environnement, Ekaterini Sakellaropoulou a notamment soutenu des réfugiés, des minorités et les libertés civiles.
Elle est la première femme de l'histoire de la Grèce à accéder à ce poste. La magistrate Katerina Sakellaropoulou, 63 ans, a été élue mercredi 22 janvier, à une large majorité, présidente de la République hellénique.
L'actuelle présidente du Conseil d'Etat, défenseuse de l'environnement, a été élue dès le premier tour du scrutin, sur proposition du premier ministre, Kyriakos Mitsotakis, par 261 députés sur les 300 que compte le Parlement. Informée de son élection, la future chef de l'Etat, qui prêtera serment le 13 mars, a déclaré « aspirer à une société qui respecte les droits, en vertu de [la] Constitution, la Charte européenne des droits fondamentaux et la Convention européenne des droits de l'homme ».
Cette juge expérimentée succédera pour cinq ans au président conservateur sortant Prokopis Pavlopoulos. « C'est une journée importante pour la République grecque. Le Parlement a élu une juriste remarquable, une personnalité de consensus, qui symbolise la transition vers une nouvelle ère », s'est félicité Kyriakos Mitsotakis.
« La Grèce avance vers une nouvelle ère d'égalité », s'est réjouie dans un tweet la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en félicitant Mme Sakellaropoulou pour son élection « à une très large majorité ».
Dans un pays où une femme sur cinq est au chômage, Ekaterini Sakellaropoulou avait déjà ouvert une brèche en devenant la première femme à la tête de la plus haute cour du pays en octobre 2018, sur proposition du premier ministre d'alors, Alexis Tsipras. Originaire de Thessalonique, cette diplômée de droit constitutionnel et de droit de l'environnement à Athènes et Paris s'est distinguée dans sa carrière dans plusieurs affaires de protection de l'environnement, notamment contre un barrage hydraulique qui aurait asséché une rivière en Thessalie.
La juriste s'était également fait connaître pour avoir soutenu la suppression de la mention de la religion sur les cartes d'identité grecques au début des années 2000, de même qu'une loi votée sous le gouvernement d'Alexis Tsipras permettant aux enfants nés de parents étrangers, mais ayant effectué la majorité de leur scolarité en Grèce, d'obtenir la nationalité grecque. En 2018, en tant que présidente du Conseil d'Etat, et à la suite de plaintes d'associations de parents d'élèves grecs protestant contre la présence d'écoliers immigrés dans les établissements, elle avait également décrété que l'insertion à l'école des enfants réfugiés était « légale et nécessaire ».
Sa carrière n'est cependant pas exempte de polémiques, certains l'accusant de trop privilégier les intérêts des industriels dans une Grèce frappée par une décennie de crise. Elle a été ainsi vivement critiquée pour avoir défendu un projet d'investissement controversé d'une compagnie minière canadienne dans le nord du pays.
Dans un pays qui sort à peine la tête de l'eau, son élection pour un mandat de cinq ans est considérée comme un atout pour le gouvernement conservateur, qui table sur l'énergie verte pour redresser la Grèce. Sans appartenance politique, cette féministe, divorcée et mère d'un enfant passe ainsi des plus hautes fonctions de la justice à celles de l'Etat. Reste à savoir qui, dans quelques semaines, remplacera Ekaterini Sakellaropoulou à la tête de la plus haute juridiction administrative grecque, un poste sensible dans un pays souvent décrié pour le manque d'indépendance de son système judiciaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.