L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Consulat marocain à Valence: la société civile espagnole soutient le Maroc    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Nizar Baraka : «la politique doit reposer sur les idées»    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chute des cours du pétrole : chronique d'une crise à venir pour l'Algérie
Publié dans Barlamane le 10 - 03 - 2020

Le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco a annoncé mardi qu'il augmenterait sa production de pétrole brut à 12,3 millions de barils par jour en avril, un montant record. La dégradation de la conjoncture pétrolière conduirait à un serrement progressif de la contrainte budgétaire en Algérie, et y freinera la politique de relance.
Les marchés mondiaux se sont écroulées, lundi 9 mars à la clôture, happés par l'accélération de l'épidémie mondiale provoquée par le nouveau coronavirus et à l'effondrement effroyable du marché du pétrole.
En Algérie, Sonatrach, la compagnie nationale algérienne de pétrole et de gaz, qui est la principale source de revenus publics du pays, se prépare à des semaines dures. Son nouveau président Toufik Hakkar fait face à des défis intimidants. Il doit se débarrasser des allégations de corruption qui ont entaché l'entreprise ces dernières années, stopper la chute de la production de pétrole et de gaz, attirer de nouveaux investissements étrangers et développer de nouveaux marchés, en particulier pour le gaz naturel – le tout dans le contexte de la chute des prix du pétrole et du gaz.
S'il échoue dans ces tests, l'Algérie pourrait entrer dans une spirale de déclin, avec une baisse des revenus, un exode accéléré des talents et des risques sécuritaires induits par les troubles civils. L'Algérie possède plus de 12 milliards de barils de réserves prouvées de pétrole, ainsi que plus de 150 milliards de pieds cubes de gaz naturel. Il possède également d'importantes ressources de schiste non développées. Mais son secteur pétrolier et gazier est en déclin.
La production de pétrole est passée de près de 1,4 million de barils par jour à environ 1 million de barils par jour depuis la crise financière mondiale de 2008. Comme dans de nombreux Etats membres de l'Opec, les tentatives de diversification de l'économie n'ont pas fonctionné. Le pétrole et le gaz représentent toujours 95% des recettes d'exportation et 60% des recettes publiques. Le prédécesseur de M. Hakkar à Sonatrach, Kamel Eddine Chikhi, n'a duré que trois mois en tant que PDG avant de devenir la dernière victime des allégations tourbillonnantes de corruption autour de la société d'Etat.
La corruption endémique et l'emprise sur l'Algérie de l'élite soutenue par l'armée ont provoqué de massives manifestations pro-démocratie l'année dernière. Abdelmadjid Tebboune, le nouveau président après la destitution d'Abdulaziz Bouteflika par l'armée en avril dernier, a promis de «séparer l'argent de la politique». La position privilégiée de la Sonatrach, associée aux préoccupations concernant la corruption et la situation sécuritaire incertaine, compte tenu des conflits civils au Mali au sud et en Libye à l'est, a découragé d'importants investissements étrangers ces dernières années.
Un changement dans la loi pétrolière a été adopté fin 2019 et vise à attirer de nouveaux capitaux étrangers – mais cela sera difficile, compte tenu des risques sécuritaires renouvelés. Les gisements de pétrole existants arrivent à maturité et, sans nouvel investissement, la production pourrait commencer à diminuer à un rythme élevé. L'état de l'économie a également encouragé de nombreux travailleurs algériens qualifiés à quitter le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.