La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce mardi en hausse    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    [Urgent] Le gouvernement annule l'obligation du test PCR pour l'accès au territoire marocain    Khalid Aït Taleb en visite de terrain à Laâyoune    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Racisme : La haine en ligne sous examen après la diffusion du massacre de Buffalo sur Twitch    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Carthage : Le caftan marocain illumine la clôture du Festival international des Monodrames    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    Mali: les autorités affirment avoir mis en échec une tentative de putsch    Programme "Forsa": Plus de 150.000 dossiers de projets déposés (Ministre)    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Voici les points relevés par Abdellatif Jouahri lors de son intervention après le Conseil de BAM
Publié dans Barlamane le 17 - 03 - 2020

Le Conseil de Bank Al-Maghrib a tenu aujourd'hui sa première session de l'année 2020. Lors de cette réunion, le Conseil a décidé de réduire le taux directeur de 25 points de base à 2% et de continuer à suivre de très près l'ensemble l'évolution de la conjoncture économique et des projections macroéconomiques.
Voici les principales annonces de Abdellatif Jouahri lors du point de presse du conseil de mars 2020, qui a été diffusé en streaming :
* Le Conseil de BAM a fait le point sur les développements du marché de change suite à la décision d'élargissement, à partir du 9 mars 2020, de la bande de fluctuation du dirham par rapport au cours de référence de ±2,5% à ±5%. Il a noté à cet égard que cette nouvelle phase de la transition est initiée à un moment approprié et que le marché continue de fonctionner dans de bonnes conditions.
* Le Conseil a par la suite analysé l'évolution récente de la conjoncture économique et les projections macroéconomiques de la Banque sur les huit prochains trimestres. Il s'est attardé en particulier sur les répercussions des conditions climatiques défavorables qui prévalent dans notre pays et de la propagation à l'échelle mondiale de la pandémie covid-19. Il a relevé que l'évolution rapide de cette pandémie exige l'actualisation fréquente de l'évaluation de la situation et des prévisions économiques.
* Tenant compte de ces évaluations, de l'évolution de l'inflation à moyen terme, et dans l'objectif de soutenir l'activité économique, le Conseil a décidé de réduire le taux directeur de 25 points de base à 2% et de continuer à suivre de très près l'ensemble de ces évolutions.
* Le Conseil a noté qu'après s'être établie à un niveau faible de 0,2% en 2019, l'inflation est passée à 1,3% en janvier 2020, portée essentiellement par une hausse, après une baisse une année auparavant, des prix des produits alimentaires à prix volatils. Elle devrait se situer à 0,7% en moyenne sur l'ensemble de l'année et s'accélérer à 1,2% en 2021, avec une augmentation graduelle de sa composante sous-jacente de 0,6% en 2019 à 1% puis à 1,3% en 2021.
* Au niveau international, l'espoir d'une reprise économique en 2020 s'est largement estompé avec la propagation de la pandémie Covid-19 dont l'ampleur de l'impact s'avère de plus en plus importante. Dans les principaux pays avancés, la croissance s'affaiblirait significativement, avant de rebondir en 2021. Aux Etats-Unis, elle reculerait de 2,3% en 2019 à 1,4% en 2020 avant de se renforcer à 2,7% en 2021, à la faveur notamment de conditions monétaires favorables. Dans la zone euro, le rythme de l'activité enregistrerait un repli significatif de 1,2% à 0,4%, impacté par les difficultés économiques en Allemagne et en Italie en particulier, et s'accélérerait à 1,8% en 2021
* Sur les marchés du travail des économies avancées, le chômage connaitrait une hausse modérée aux Etats-Unis et une stagnation dans la zone euro. Dans les principaux pays émergents, la Chine accuserait une forte décélération, avec une croissance revenant de 6,1% en 2019 à 4,1% en 2020, son plus bas niveau depuis près de trente ans, avant de rebondir à 7,3% en 2021. En Inde, la croissance s'améliorerait de 5,3% à 6,3% puis à 6,7% respectivement, des rythmes qui restent toutefois largement inférieurs à ceux qui étaient prévus en décembre dernier.
* En ce qui concerne les décisions de politique monétaire, et face aux fortes inquiétudes liées à la propagation de la pandémie Covid-19, la FED a annoncé le 15 mars une nouvelle baisse de 100 points de base, après celle de 50 points le 3 mars, de la fourchette cible du taux des fonds fédéraux à 0%-0,25%. Elle prévoit maintenir cette fourchette jusqu'à ce qu'elle soit confiante que l'économie est sur une trajectoire qui permettrait de réaliser les objectifs d'emploi maximum et de stabilité des prix. Elle a également décidé de relancer ses achats de titres pour au moins 700 milliards de dollars de bons du Trésor et de prêts immobiliers titrisés (MBS). La BCE a adopté le 12 mars un ensemble de mesures d'assouplissement quantitatif additionnelles tout en maintenant ses taux directeurs inchangés et en réitérant qu'elle prévoit qu'ils resteront à leurs niveaux ou à des niveaux plus bas jusqu'à ce qu'elle ait constaté que les perspectives d'inflation convergent durablement vers son objectif. Parallèlement, la FED, la BCE, la Banque du Japon, la Banque d'Angleterre, la Banque du Canada et la Banque nationale suisse ont annoncé le 15 mars une mesure concertée visant à améliorer l'approvisionnement en liquidités au moyen des accords permanents de swap en dollars américains et ce, par la réduction de leurs taux appliqués à ces swaps de 25 points de base.
* Au niveau national, les dernières données disponibles des comptes nationaux relatives au troisième trimestre de 2019 indiquent une décélération de la croissance en glissement annuel de 3% à 2,1%, impactée en particulier par une contre-performance des activités agricoles. Sur l'ensemble de l'année 2019, elle aurait ralenti à 2,3%, résultat de la diminution prévue de 5,3% de la valeur ajoutée agricole parallèlement à une accélération du rythme des activités non agricoles à 3,3%. En 2020, pâtissant de l'effet conjugué des conditions climatiques défavorables et de la propagation au niveau mondial de la pandémie Covid-19, elle devrait, selon les prévisions de BAM, stagner à 2,3%. La valeur ajoutée agricole régresserait de 2,7%, avec une récolte céréalière estimée sur la base des données relatives aux conditions climatiques et à l'état de la végétation disponibles au 10 mars, à 40 millions de quintaux, et le rythme des activités non agricoles ralentirait à 2,9%. En 2021, la croissance enregistrerait un rebond à 3,8%, avec une augmentation de la valeur ajoutée agricole de 8,1%, sous l'hypothèse d'une récolte céréalière moyenne de 75 millions de quintaux, et une amélioration de la croissance non agricole à 3,3%. Ces prévisions restent entourées de fortes incertitudes et sont sujettes à une révision à la baisse si la propagation de la pandémie Covid-19 au niveau mondial n'est pas contenue à court terme.
* Sur le marché du travail, l'économie nationale a connu en 2019 une création nette de 165.000 emplois. Cette évolution reflète notamment une hausse de l'emploi de 267.000 postes dans les services et une perte de 146.000 dans l'agriculture. Compte tenu d'une entrée nette sur le marché de 135.000 demandeurs d'emploi, le taux d'activité est revenu de 46% en 2018 à 45,8% en 2019 et le taux de chômage de 9,5% à 9,2%.
* Sur le plan des comptes extérieurs, les données provisoires de 2019 indiquent un net ralentissement du rythme des importations de biens à 2%, résultat essentiellement d'une baisse de la facture énergétique. En parallèle, impactées en grande partie par le repli des ventes des phosphates et dérivés, les exportations ont augmenté de 2,4% après 10,7% en 2018. En revanche, les recettes de voyage ont marqué un rebond de 7,7% à 78,7 milliards de dirhams, tandis que les transferts des MRE se sont quasiment stabilisés à leur niveau de 2018, soit 64,9 milliards de dirhams. Dans ces conditions, le déficit du compte courant se serait atténué à 4,4% du PIB. Ce dernier devrait s'alléger davantage sur l'horizon de prévision pour revenir à 3,5% en 2020 et à 2,5% du PIB en 2021. Les importations continueraient à progresser à un rythme modéré en 2020 avant d'enregistrer une accélération en 2021, reflétant principalement l'évolution de la facture énergétique. A l'inverse, les exportations afficheraient une nette accélération, sous l'effet essentiellement de la hausse de la production que devrait connaitre la construction automobile selon les chiffres annoncés par l'usine PSA. Quant aux recettes de voyage, elles sont prévues en diminution en 2020 en lien avec la propagation de la pandémie Covid-19, mais devraient reprendre en 2021. S'agissant des opérations financières, après le recul observé en 2019, les recettes des IDE devraient se stabiliser à 3% du PIB en 2020 avant de progresser à l'équivalent de 3,2% du PIB en 2021. Tenant compte de la sortie prévue du Trésor sur le marché international en 2020, les RIN progresseraient de 245,6 milliards de dirhams en 2019 à 246 milliards à fin 2020 puis à 251,9 milliards au terme de 2021. Elles devraient ainsi assurer une couverture de plus de 5 mois d'importations de biens et services.
* Sur le marché du travail, l'économie nationale a connu en 2019 une création nette de 165.000 emplois. Cette évolution reflète notamment une hausse de l'emploi de 267.000 postes dans les services et une perte de 146.000 dans l'agriculture. Compte tenu d'une entrée nette sur le marché de 135.000 demandeurs d'emploi, le taux d'activité est revenu de 46% en 2018 à 45,8% en 2019 et le taux de chômage de 9,5% à 9,2%.
* S'agissant des conditions monétaires, le taux de change effectif réel est ressorti en appréciation de 1,1% en 2019, résultat notamment d'un net accroissement de la valeur de la monnaie nationale en termes nominaux. Celui-ci devrait s'atténuer sensiblement en 2020 et se dissiper en 2021. Tenant compte également d'une inflation domestique inférieure à celle des principaux partenaires et concurrents, le taux de change effectif réel connaitrait une quasi-stabilité sur l'horizon de prévision. Quant aux taux débiteurs, ils ont enregistré en 2019 une baisse de 15 points de base qui a profité principalement aux particuliers et aux TPME, s'établissant au quatrième trimestre de l'année à 4,91% en moyenne. En ce qui concerne le crédit bancaire au secteur non financier, son rythme a marqué une nette accélération en 2019 à 5,3%, avec une amélioration notable des prêts aux entreprises privées. Les dernières données relatives au mois de janvier indiquent la poursuite de cette orientation. En termes de perspectives, sur la base des prévisions de la croissance et des effets attendus du programme intégré d'appui et de financement des entreprises, le crédit au secteur non financier devrait terminer l'année en progression de 4,5% avant de se renforcer de 5,3% en 2021.
* Concernant les finances publiques, l'exécution budgétaire de 2019 s'est soldée par un creusement du déficit, hors privatisation, à 47 milliards de dirhams, soit l'équivalent de 4,1% du PIB contre une prévision de 3,7% retenue dans la loi de finances. Les recettes ordinaires, hors privatisation, se sont accrues de 4,6%, portées particulièrement par l'encaissement de 9,4 milliards au titre des mécanismes de financement spécifiques. En parallèle, les dépenses ordinaires se sont alourdies de 4,6%, résultat essentiellement d'une hausse des dépenses au titre des biens et services, alors que la charge de compensation est ressortie en baisse de 9,3% à 16,1 milliards de dirhams. Pour leur part, les dépenses d'investissement ont atteint 70,4 milliards de dirhams, en hausse de 7,3%. A moyen terme, le processus de consolidation budgétaire devrait se poursuivre, à un rythme toutefois plus lent que prévu en décembre. Le déficit budgétaire, hors privatisation, devrait, selon les prévisions de Bank Al-Maghrib compte non tenu des efforts exceptionnels que le Gouvernement est amené à consentir dans la conjoncture difficile actuelle, connaitre une légère atténuation à 4% du PIB en 2020, puis à 3,9% du PIB en 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.