Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Bank Al-Maghrib: Légère hausse du résultat net en 2020    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Virus : face à la pénurie d'oxygène, l'Algérie lance un appel à la diaspora et à la société civile    RDC : 33 morts dans la collision d'un camion et un bus    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    JO 2020. Abdelati El Guesse et Nabil Oussama éliminés en demi-finales du 800 m    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : trois nouvelles arrestations de militants, la machine répressive du régime double d'intensité
Publié dans Barlamane le 15 - 06 - 2020

Trois nouveaux militants connus du «Hirak», le mouvement de contestation antirégime en Algérie, ont été interpellés dimanche, a-t-on appris auprès d'ONG de défense des droits de l'Homme et des prisonniers.
Hakim Addad, Zoheir Keddam et Fodil Boumala, qui ont déjà été arrêtés précédemment, ont été appréhendés séparément par la police à Alger, a précisé Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).
Le motif exact de ces interpellations n'est pas connu. «Pour nous, cela ne participe pas à l'apaisement et au retour de la sérénité, bien au contraire», a estimé Saïd Salhi.
Militant des droits de l'Homme, Hakim Addad est un animateur du «Hirak» et membre fondateur du Rassemblement action jeunesse (RAJ), une association à la pointe de la contestation cible de la répression des autorités.
Fodil Boumala est un journaliste qui doit comparaître mardi pour «atteinte à l'unité nationale». Arrêté le 18 septembre 2019, il avait été acquitté le 1er mars en première instance par un tribunal d'Alger, et libéré après près de six mois passés en détention provisoire, mais le procureur a interjeté appel.
Quant à Zoheir Keddam, il est membre des «gilets oranges» de la «Silmiya» («Pacifique»), «force d'interposition» citoyenne qui s'est donnée pour mission de prévenir les heurts entre policiers et manifestants et maintenir le calme qui a fait la force des marches hebdomadaires du «Hirak».
La maladie de Covid-19 en Algérie n'empêche pas les autorités de poursuivre et condamner militants du «Hirak», opposants politiques, journalistes et internautes.
Selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de solidarité, au moins une soixantaine de détenus d'opinion sont actuellement derrière les barreaux, la plupart pour des publications sur Facebook.
Samedi, trois militants du «Hirak», Merzoug Touati, Yanis Adjila et Amar Beri, ont été incarcérés après avoir tenté de participer à un rassemblement de soutien aux prisonniers politiques à Béjaïa, au nord-est d'Alger. Ils doivent être jugés mercredi.
Ils sont notamment accusés d'«incitation à attroupement non armé» et «mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement», selon Kaci Tansaout, porte-parole du CNLD.
Toute forme de rassemblement est strictement interdite en Algérie en raison de la crise sanitaire. Après plus d'un an de mobilisation, des figures et les organisations proches du «Hirak» avaient appelé d'elles-mêmes à suspendre «temporairement» les rassemblements tant que sévirait la pandémie.
Mais avec le début du déconfinement, le pouvoir craint une reprise des manifestations. Née en février 2019 d'un immense ras-le-bol des Algériens, la contestation réclame un changement du «système» en place depuis l'indépendance en 1962. En vain jusqu'à présent, même si elle a obtenu en avril 2019 le départ du président Abdelaziz Bouteflika après vingt ans au pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.