Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éthiopie : plusieurs morts dans des violences après le meurtre d'un chanteur
Publié dans Barlamane le 01 - 07 - 2020

Au moins quatre personnes ont perdu la vie et plusieurs autres ont été grièvement blessées en Éthiopie lors de manifestations mardi, au lendemain du meurtre du célèbre chanteur Hachalu Hundessa, qui appartient à l'ethnie majoritaire Oromo.
Au moins quatre personnes ont été tuées et plusieurs grièvement blessées en Éthiopie lors de manifestations, mardi 30 juin, au lendemain du meurtre d'un célèbre chanteur de l'ethnie majoritaire Oromo, une nouvelle illustration des tensions politiques et communautaires qui agitent le pays.
Ces violences ont conduit le gouvernement à couper Internet dans la capitale Addis Abeba. Elles soulignent la fragilité de la transition démocratique mise en œuvre par le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la Paix 2019.
Le chanteur Hachalu Hundessa a été tué par balles lundi soir à Addis Abeba, a rapporté la radio-télévision Fana, proche du pouvoir. Ses textes politiques en avaient fait une des voix fortes de l'ethnie Oromo, la plus importante du pays, pendant les années de manifestations antigouvernementales qui ont porté Abiy Ahmed au pouvoir en 2018.
Mardi matin, des foules de manifestants ont convergé vers la capitale depuis la région Oromia voisine, bloquant la circulation.
Des porte-parole de la police fédérale et de la police régionale de l'Oromia ont indiqué ne pas avoir d'informations sur le nombre de victimes.
Amnesty International a fait état « d'informations sur la mort de plusieurs personnes lors des manifestations en cours », mais l'organisation se dit « incapable de confirmer leur nombre et les circonstances (de leur décès) en raison de la coupure d'Internet depuis ce (mardi) matin » en Éthiopie.
Le mobile du meurtre d'Hachalu Hundessa n'est pas encore connu, mais le chef de la police d'Addis Abeba, Getu Argaw, a déclaré à Fana que « des suspects » avaient été arrêtés. Au plus fort des manifestations antigouvernementales, qui avaient commencé en 2015, le chanteur avait, lors d'un concert à Addis Abeba, exprimé dans ses textes les griefs des Oromos qui s'estimaient marginalisés économiquement et politiquement.
Mardi après-midi, le media indépendant Oromo Media Network a fait état de l'arrestation d'une figure politique oromo d'opposition, Jawar Mohamed, critique de Abiy Ahmed.
En octobre dernier, des rumeurs sur la prochaine arrestation de Jawar Mohamed avait été le déclencheur de manifestations anti-Abiy en Oromia, qui avaient dégénéré en émeutes alimentées par le ressentiment ethnique et religieux, faisant 78 morts.
L'ambassade américaine en Éthiopie a évoqué mardi des « coups de feu à Addis Abeba ». « La situation est actuellement volatile. S'il vous plaît, restez chez vous jusqu'à nouvel ordre », a-t-elle mis en garde.
Les rues du centre d'Addis Abeba restaient calmes et les commerces ouverts. Mais de larges groupes de manifestants se sont rassemblés en divers endroits en périphérie de la capitale.
Un groupe a entonné des chants honorant la mémoire d'Hachalu, tout en brandissant des drapeaux de l'Oromia. « Un jour, nous serons libres. Hachalu, tu n'auras pas versé ton sang en vain », chantaient-ils.
Abiy Ahmed a appelé au calme et exprimé sa « peine profonde » dans un communiqué publié sur Twitter, décrivant Hachalu comme un « jeune artiste rayonnant ».
Même si Abiy Ahmed est le premier chef de gouvernement oromo de l'histoire moderne, de nombreux nationalistes de cette ethnie l'accusent de ne pas faire suffisamment pour défendre les intérêts de sa communauté. Depuis son accession au pouvoir, le Premier ministre s'est efforcé de promouvoir des réformes politiques et économiques. Mais cette ouverture a laissé le champ libre aux violences intercommunautaires qui mettent à l'épreuve le système éthiopien de fédéralisme ethnique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.