Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Indice de démocratie : l'Algérie est un des pays dominés par des «régimes autoritaires»    Baisse des prix : La Santé publie une nouvelle liste de 46 médicaments    Livrée dans les délais prévus : La CMC de Souss-Massa ouvre ses portes en septembre prochain    Hôtellerie : Kenzi offre des réductions jusqu'à 30% pour tous les Marocains    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Permis de conduire: tout ce qu'il faut savoir sur les changements en vue    Liga: le Rayo Vallecano retrouve la première division    Tennis : La Tunisienne Ons Jabeur remporte son premier titre à Birmingham    Coupe de la CAF : le Raja de Casablanca et Pyramids se neutralisent    Patrice Motsepe : Rendre la CAF plus compétitive et autosuffisante    Youssef Aït-Bennasser en discussions avec un club italien    France: trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles    Baccalauréat-2021: voici la meilleure moyenne au niveau national    Prévisions météorologiques pour le lundi 21 juin 2021    Grève de la faim : l'administration pénitentiaire nie les allégations d'un détendu    ONU: adoption d'une résolution condamnant le putsch en Birmanie    Israël : feu vert à une commission d'enquête sur la tragédie du mont Meron    Sri Lanka : ouverture d'une enquête sur des soldats suspectés d'humilier des musulmans    Covid-19: Hausse des cas attribués au variant Delta au Canada    Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne    L'Opinion : Coup de semonce pour le PJD    Ismail Ould Cheikh Ahmed :«sur le Sahara, la Mauritanie ne joue pas un rôle de médiateur, mais elle maintient sa position de neutralité positive»    Benabdallah appelle à une participation massive des jeunes aux prochaines échéances électorales    Le SG du PPS reçoit une délégation de Hamas conduite par Ismaïl Haniyeh    Maroc-Espagne: Gonzalez Laya toujours confiante pour une sortie de crise    Botola D1 : Les FAR et le SCCM bénéficiaires des matches joués samedi    Euro 2020 : Les Allemands se reprennent face aux Portugais (4-2)    Ligue des champions : le WAC surclassé à Casablanca par Kaizer Chiefs (0-1)    Nouvelles MINI. Elles montent toutes en gamme    Collectivités territoriales. Voici le dernier délai pour bénéficier de l'amnistie sur la fiscalité locale    La coopération militaire est «illimitée» et riche en opportunités    Régionales françaises : la droite s'accroche, la droite dure moins vigoureuse que prévu    Compteur coronavirus : 288 nouveaux cas, 9.375.240 personnes vaccinées    Baccalauréat 2021 : Un taux de réussite de 68,43%    Nador: il sème le chaos et fracasse trois voitures (DGSN)    René-Marc Chikli, Pdt du Syndicat français des Entreprises de Tour Operating :«la décision du Maroc de placer la France sur sa liste A et d'ouvrir ses frontières nous a fait plaisir et nous arrange»    Une vitrine de la haute couture traditionnelle marocaine    La littérature, la catharsis, et l'essence de l'humanité    Parution de l'ouvrage «Histoires des Prophètes»    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    Le Maroc change de fusil d'épaule...    Amal Saqr fait des confidences sur sa vie privée (VIDEO)    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ethiopie : Une croissance toujours aussi robuste
Publié dans Les ECO le 13 - 02 - 2018

Avec une croissance robuste projetée à 8,2% en 2018, l'Ethiopie continue sa marche rapide vers la structuration de son économie. Toutefois, les tensions politiques et les conflits interethniques font encore peser de sérieuses menaces sur le pays.
Malgré les entraves à la croissance (sécheresse, tensions ethno-politiques), l'amélioration du PIB s'est maintenue à un niveau très élevé et a même rebondi en 2016-2017. En 2017-2018, l'activité devrait rester robuste mais, marquera le pas, contrainte par l'inflation et le risque politique. L'augmentation des prix consécutive à la dévaluation de 15% de la devise nationale (le birr) devrait mettre sous pression la consommation des ménages et peser sur la croissance. Cette dévaluation devrait néanmoins permettre d'améliorer la compétitivité des exportations qui étaient en berne. Aussi, elles devraient rebondir grâce à une meilleure production agricole, de café et fruits oléagineux (sésame) notamment, après avoir été touchée par des conditions de sécheresse en 2016 et 2017. De plus, l'inauguration de plusieurs parcs industriels, dont ceux de Hawala et de Mekelle, devrait permettre au pays d'augmenter ses exportations de cuirs, chaussures et textiles et ainsi commencer à réaliser l'ambition du pays de se positionner en grand centre manufacturier.
Hausse de 10% du budget
Dans le cadre du second Plan pour la croissance et la transformation de l'Ethiopie, les investissements publics demeureront également vigoureux, particulièrement dans le secteur des transports, des télécommunications ou de l'énergie avec le projet de «Barrage de la renaissance», d'une capacité de production électrique de 6.000 mégawatts. Un effort sera également consenti dans les infrastructures sociales (hôpitaux et écoles). En revanche, la croissance de l'investissement privé resterait entravée par la persistance de tensions ethno-politiques. Pour sa part, le déficit budgétaire devrait rester relativement faible. Le budget 2017/18 est en augmentation de près de 10% par rapport à l'année fiscale précédente. Cette augmentation est principalement dirigée vers les dépenses d'investissements en capital dans les projets d'infrastructures. Les recettes devraient augmenter en ligne avec la croissance du PIB et ainsi permettre au déficit budgétaire de rester relativement stable.
Flux IDE
Les transferts des travailleurs expatriés demeureront une contribution positive importante dans le solde courant. La conjoncture économique favorable en Europe et aux Etats-Unis pourrait avoir un effet bénéfique sur les flux de ces transferts. Les flux d'investissements directs étrangers, notamment dans les infrastructures et les industries, devraient permettre de financer le déficit de la balance courante. Le renforcement de la position extérieure de l'Ethiopie pourrait permettre de reconstituer quelques réserves de change, qui restent à un niveau faible (environ 2,5 mois de couverture d'importations). L'endettement est encore relativement élevé, mais compte tenu de la part encore importante de prêts à caractère concessionnel (environ 60% du stock de dette extérieure), le risque qui y est associé demeure modéré.
Tensions internes malgré la levée de l'Etat d'urgence
La coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens, menée par le Premier ministre Haile Mariam Desalegn et dominée par l'ethnie minoritaire des Tigréens, reste confrontée à d'importantes tensions ethno-politiques. Ces dernières ont connu une résurgence depuis novembre 2015 et des manifestations de l'ethnie majoritaire des Oromos. En octobre 2016, celles des Amharas demandant plus de représentations et de libertés politiques ont fait au moins 600 morts, notamment suite à une bousculade meurtrière déclenchée par les forces de sécurité. Par la suite, le gouvernement a décrété un état d'urgence qui ne sera levé qu'en août 2017. Les mesures de sécurité ont conduit à l'arrestation, dans des conditions contestées par les associations des droits de l'homme, de 29.000 individus, permettant une accalmie, toute relative, des troubles politiques dans les zones dissidentes de la région d'Oromia. Toutefois, des affrontements à la frontière entre les régions d'Oromia et de Somali éclatent ponctuellement et continuent de menacer la stabilité du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.