Conseil de gouvernement : la création du Fonds Mohammed VI pour l'Investissement validée    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    La RAM renforce son programme de vols internationaux    Vaccins : Le Maroc veut assurer l'approvisionnement à d'autres pays    Météo Maroc: baisses des températures, neige et pluie dans ces régions    Covid-19: L'artiste Mahmoud El Idrissi n'est plus    Mahmoud El Idrissi, le ténor de la chanson marocaine, n'est plus    L'Opinion : Les légendes ne meurent jamais    Belle opération de la Marine royale à Nador    Soutien constant et fort à la cause marocaine    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Erreur lors de l'étude préliminaire du vaccin AstraZeneca : Quid de l'efficacité ?    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Culture : Un Show solo de Mohamed Abouelouakar à L'Atelier 21    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Sidaction Maroc 2020 : lancement de la campagne à partir du 1er décembre    « Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    L'Unesco et l'Association mondiale des éditeurs de presse s'unissent en faveur de la survie des médias    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    MAROC-MAURITANIE : L'AXE CONSTRUCTIF    Madrid fait craquer l'Inter Milan, le Bayern et City qualifiés, Liverpool à la ramasse    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 26 novembre    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancien président mexicain, Enrique Peña Nieto, soupçonné de corruption
Publié dans Barlamane le 12 - 08 - 2020

Son ancien homme de confiance affirme que des pots-de-vin venant du géant brésilien du bâtiment Odebrecht ont servi, notamment, à la campagne présidentielle de 2012.
L'arrestation, en février en Espagne, puis l'extradition, le mois dernier, vers le Mexique, d'Emilio Lozoya – son ancien homme de confiance – laissait supposer des révélations à l'encontre de l'ex-président, Enrique Pena Nieto.
L'ancien dirigeant de la compagnie pétrolière publique Pemex, cité par le parquet, a affirmé, mardi 11 août, que des pots-de-vin versés par le géant brésilien du bâtiment Odebrecht ont servi à financer la campagne électorale de 2012 de M. Pena Nieto.
Pots-de-vin à de nombreux dirigeants
Emilio Lozoya, qui a le statut de « témoin collaborateur » dans le cadre de l'enquête sur ce scandale de corruption, « affirme qu'il y a eu une série de pots-de-vin d'un montant de plus de 100 millions de pesos mexicains [3,75 millions d'euros], lesquels ont été essentiellement utilisés pour la campagne présidentielle de 2012 », a précisé à la presse le procureur général Alejandro Gertz.
Objet d'enquête dans plusieurs pays d'Amérique latine, l'entreprise brésilienne a reconnu avoir versé des pots-de-vin à de nombreux dirigeants politiques latino-américains contre l'obtention de marchés publics.
M. Lozoya affirme que l'ex-président, Enrique Pena Nieto (2012-2018), et son coordinateur de campagne Luis Videgaray, «sont ceux qui ont demandé à ce que cet argent soit remis à plusieurs conseillers électoraux étrangers», selon le procureur.
L'ancien dirigeant de Pemex (2012-2016) accuse également les deux hommes d'avoir acheté «des voix dans le cadre des réformes structurelles de 2013 et 2014», notamment celle concernant le secteur de l'énergie qui a permis son ouverture aux capitaux privés après soixante-quinze ans de monopole d'Etat.
Des témoins, des reçus et une vidéo
Emilio Lozoya, 45 ans, a cité quatre témoins et «a fourni des reçus et une vidéo» pour appuyer ses accusations, a déclaré M. Gertz.
Le bureau du procureur général «a ouvert le dossier d'enquête correspondant et nous allons entamer toutes les procédures», a annoncé le procureur. M. Lozoya était directeur des affaires internationales dans le cadre de la campagne de l'ancien chef de l'Etat, après avoir été durant trois ans conseiller d'Odebrecht au Mexique.
Selon l'accusation, il a tenté «de cacher divers mouvements et comptes bancaires, en particulier lorsqu'il dirigeait» la campagne présidentielle. Arrêté en Espagne en février, il a été extradé le 17 juillet.
M. Lozoya doit également être jugé pour avoir autorisé, lorsqu'il était directeur de Pemex, l'achat d'une usine d'engrais pour 485 millions de dollars (413 millions d'euros), un coût jugé excessif compte tenu du mauvais état des installations qui n'avaient pas été utilisées pendant quatorze ans.
Il est accusé d'avoir reçu un paiement de trois millions de dollars des propriétaires de l'usine avant la vente, une somme qu'il aurait utilisée pour s'acheter une luxueuse villa à Mexico.
Emilio Lozoya avait démissionné en 2016 de Pemex, la plus grande entreprise publique du Mexique sujette à de graves problèmes financiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.