Conseil de gouvernement: ce qui est prévu jeudi à Rabat    La Bulgarie salue le rétablissement de la libre circulation civile et commerciale à El Guergarat    Susana Diaz : le Maroc, le "partenaire le plus stable de l'Espagne dans toute la Méditerranée"    Ahmad Ahmad, le président de la CAF suspendu 5 ans par la FIFA    Karim Belhassan, nouveau Directeur général Adjoint de BMCI    L'hébergement des touristes chez l'habitant : une activité laminée par le Covid-19    Faut-il réglementer le télétravail?    PJD. Tu critiques tu dégages    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    inwi: Partenaire Officiel du Football National    Allemagne: le sort de Joachim Löw se jouera le 4 décembre    Vaccination au Maroc: Ait Taleb donne (presque) tous les détails    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Covid-19 au Maroc: quels sont les symptômes du moment ?    Société Générale Maroc revisite ses bâches publicitaires    Disparition d'un garçon de 13 ans à Asilah : Le pire est à craindre    Port du masque: les autorités de Larache serrent la vis    Les vagues du roman maghrébin et la richesse de l'imaginaire    Clôture du VFM: une édition digitale «déconfinée», placée sous le signe de la résilience!    «Radia Aliya»: Mourad Asmar rend hommage aux mères    Mémoire du judaïsme marocain    L'actrice marocaine Saadia Louk dénonce les fake news des séparatistes    Entretien / Prévisions des tendances du digital en 2021    Equipe nationale féminine: Double confrontation amicale Maroc-Ghana, les 26 et 30 novembre à Accra    Football / La sélection nationale U20 en stage de préparation à Maâmora    Griezmann brise le silence sur ses rapports avec Messi    Al-Nasr : la colère d'Amrabat après la défaite face à Al Hilal (VIDEO)    Coronavirus : voici les métiers les plus à risque [Etude]    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Pedro Sanchez: «Le Maroc souffre d'une pression migratoire»    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fairouz, icône intemporelle et rare force cohésive nationale au Liban
Publié dans Barlamane le 31 - 08 - 2020

Dernière légende vivante de la chanson arabe, Fairouz, que le président français Emmanuel Macron rencontre lundi soir, transcende les puissants clivages confessionnels du Liban et demeure un rare symbole d'unité nationale d'un pays centenaire plus que jamais malade de ses fractures.
Depuis la mort de la diva égyptienne Oum Kalthoum en 1975, aucun chanteur arabe n'a atteint le niveau d'adulation de Fairouz, 84 ans, qui a exalté l'amour, la liberté, son Liban natal et la Palestine.
Incarnation de l'âge d'or d'un Liban prospère et bouillonnant de culture, Fairouz, pseudonyme qui signifie « turquoise » en arabe, est un ciment national rare.
Après s'être produite pendant plus d'un demi-siècle de Beyrouth à Las Vegas, en passant par Paris et Londres, elle s'est murée depuis plus d'une décennie dans un profond silence.
Voix séraphique, paradisiaque
« Quand vous regardez le Liban aujourd'hui, vous voyez qu'il ne ressemble aucunement au Liban que je chante », affirmait toutefois avec regret la diva dans une interview au New York Times en 1999, en allusion aux décennies de guerres et de destructions.
Malgré son silence, sa voix séraphique, paradisiaque, résonne toujours sur les radios arabes. Très discrète, Fairouz, de son vrai nom Nouhad Haddad, a donné de rarissimes interviews pendant sa carrière.
« Si vous regardez mon visage lorsque je chante, vous verrez que je ne suis pas là. Je pense que l'art est comme la prière », confie-t-elle dans un de ces entretiens, se disant « très croyante ».
Sa posture immobile, son visage presque en transe quand elle chante, ses timides sourires vite réprimés, sa garde-robe sobre, ont accentué sa stature quasi mystique auprès du public.
Du haut de son piédestal, cette mère de quatre enfants ne s'est jamais épanchée sur sa vie privée.
« En réalité, elle est loin de l'image de Madone froide qu'elle projette sur scène. Ce n'est que timidité et sérieux. Elle répugne à la vulgarité et à l'invasion de sa vie privée », selon la journaliste Doha Chams, sa plus proche collaboratrice.
« Quand elle le veut, elle peut être très drôle. Elle est aussi une cuisinière émérite. Très humble, elle aime servir ses invités elle-même », d'après elle.
Ecole unique
Aînée de quatre enfants, Fairouz, née en 1934 dans une famille chrétienne, passera son enfance à Beyrouth avant d'être repérée dès l'école. Engagée à la radio, le compositeur Halim al-Roumi, impressionné, lui donne son surnom et la présente aux frères Rahbani.
Dans les années 1950, elle épouse le compositeur Assi Rahbani qui, avec son frère Mansour, révolutionnent la chanson et la musique arabe traditionnelles en mêlant morceaux classiques occidentaux, russes et latino-américains à des rythmes orientaux, sur une orchestration moderne.
C'est après ses premiers concerts au Festival international de Baalbeck, au milieu des ruines de ce site libanais antique, que la carrière de Fairouz s'envole.
Elle a donné vie aux paroles de grands poètes arabes –les Libanais Gibrane Khalil Gibrane, Saïd Akl ou l'Egyptien Ahmed Chawki–, tandis que ses chants patriotiques se sont incrustés dans la mémoire des Libanais et du reste du monde arabe.
Elle a également brillé dans une dizaine d'opérettes et au cinéma –comme Le Vendeur de bagues (1965) du réalisateur égyptien Youssef Chahine.
Si Fairouz trône en reine de la chanson arabe, c'est aussi parce qu'elle a chanté la cause palestinienne, avec surtout « Sa Narjeou Yawmane » (« Nous reviendrons un jour »), une élégie interpellant les réfugiés palestiniens.
Elle dédie une autre chanson, « La fleur des villes », à Jérusalem, après la défaite des troupes arabes contre Israël en 1967.
Au Liban, le respect du public pour elle atteindra son apogée durant la guerre civile (1975-90), lorsqu'elle refusera de s'exiler ou de prendre parti.
« Je t'aime Ô Liban »
« Je t'aime Ô Liban, ma patrie je t'aime. Avec ton nord, ton sud, ta vallée, je t'aime », chante-t-elle dans l'une de ses plus célèbres chansons (« Bhebbak ya Lebnane »), notamment à l'Olympia en 1979, suscitant les larmes de la foule.
Elle se produit dans son premier concert post-guerre dans le centre de Beyrouth, devant des dizaines de milliers de Libanais en pleurs.
Adulée par les aînés, elle devient l'icône des jeunes lorsque son fils Ziad, enfant terrible de la musique libanaise, lui composera des chansons influencées par des rythmes de jazz.
Avec le temps, quelques controverses la rattrapent: en 2008, alors que le Liban est divisé entre pro et antirégime syrien, Fairouz provoque un tollé en se produisant à Damas, capitale culturelle du monde arabe cette année-là.
Un long litige de droits d'auteur l'oppose aux fils de Mansour Rahbani, l'empêchant de chanter ses plus célèbres chansons.
En 2017, sa fille Rima qui filme et monte ses concerts lui produit son dernier album, « Bibali ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.