Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière
Publié dans Barlamane le 20 - 09 - 2020

Dans un documentaire qui sera diffusé dimanche soir, l'émission française «Enquête exclusive» aborde la contestation populaire en Algérie contre le régime ainsi que la question de la jeunesse du pays, qui vit un malaise sans précédent. Depuis la chute de Bouteflika,, la justice algérienne a ouvert une multitude d'enquêtes pour faits de corruption et condamné et/ou incarcéré d'anciens responsables et influents hommes d'affaires soupçonnés d'avoir profité des largesses du clan Bouteflika. Mais l'essentiel reste inaccessible : une transition politique entière.
«Enquête exclusive» tente de faire le point sur la situation en Algérie. Vaste (et sensible) sujet recadré en plusieurs reportages ponctués de témoignages éloquents. Tout commence quand une foule monstre a de envahi le centre d'Alger et les principales villes d'Algérie, le 5 avril 2019, à la suite de l'annonce du départ du pouvoir du président Abdelaziz Bouteflika. Les protestataires veulent chasser les anciens fidèles du raïs et une transition politique civile.
iframe title="Comment "Enquête Exclusive" a filmé les révoltes en Algérie malgré le régime dictatorial" width="500" height="281" src="https://www.youtube.com/embed/7eIAkK3v254?feature=oembed" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen="" style="height: 315px;"
Confronté à une contestation populaire inédite déclenchée le 22 février 2019 et très amoindri depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, Abdelaziz Bouteflika a démissionné après vingt ans à la tête du régime. L'effondrement de la «légitimité historique» de l'élite dirigeante ne fait plus aucun doute. En somme, malgré la pandémie du nouveau coronavirus, qui a suspendu leur mobilisation, les partisans du Hirak continuent d'exiger le départ du régime en place depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962.
iframe title="VIDÉO - "Enquête exclusive" : des jeunes décrivent l'Algérie dont ils rêvent" frameborder="0" width="500" height="281" src="https://www.dailymotion.com/embed/video/x7waj6s" allowfullscreen="" allow="autoplay"
La jeunesse algérienne souffre, tandis que l'État rentier déploie son dispositif de décision. l'Algérie a déjà connu le soulèvement contre l'autoritarisme en 1988. Pendant plusieurs jours, tous les départements avaient été secoués par des émeutes qui s'étaient soldées par la mort de 600 personnes et par quelque 1 300 blessés. Le système du parti unique n'était qu'une façade du pouvoir militaire. La Constitution proclamée un an après autorisait désormais les partis politiques à prendre part aux élections et permettait la liberté de la presse. Toutefois, comme en 2020, Il n'y avait pas un véritable projet de transition démocratique, et le système n'était pas prêt politiquement à renoncer à ses larges prérogatives. Les réformes ne servaient qu'à noyauter les partis pour plomber l'alternance électorale. L'opposition était tolérée, mais il lui est interdit de gagner les élections et d'accéder au pouvoir.
«On ne pardonnera pas !», ont scandé les manifestants, en référence à la lettre d'adieu, adressée par Abdelaziz Bouteflika, dans laquelle il demande pardon aux Algériens. La jeunesse algérienne, selon le documentaire, est affectée par un profond malaise dont les causes sont aussi perceptibles que multiples. Il convient de noter celles liées au sous-emploi et au chômage, absolument frappantes.
Le schéma politique algérien reste très décrié : une police qui a la main libre pour traquer les opposants, des partis inféodés à l'administration qui profitent du trucage des élections, un gouvernement sans réelle autorité politique pour diriger l'État, une justice aux ordres, des journaux, quand ils ne sont pas censurés, restent sous surveillance permanente. Cette conception a entraîné comme conséquences l'inertie de l'administration et la généralisation de la corruption. Les personnes liées aux appareils font preuve d'irresponsabilité et d'inconduite dans leurs fonctions. Le régime s'est enfermé dans une contradiction intenable : d'un côté, son refus d'Assemblées élues représentatives qui incarnent le peuple et d'un contrôle du pouvoir exécutif par des élus, et de l'autre côté, la nécessité de gérer les affaires étatiques de manière optimale. Raison pour laquelle le maintien du régime se fait au prix d'un dépérissement de la situation économique et sociale de plus en plus lourde pour les citoyens.
La politique économique incarne l'échec du régime, qui n'a jamais eu de perspectives à long terme pour développer les richesses du pays et son but a toujours été de calmer la fronde en annonçant des mesures souvent dans l'urgence et au gré des événements Les Algériens consomment des biens qu'ils ne produisent pas, tandis que les ravages de l'économie rentière se sont accentués à travers l'augmentation du chômage et la diminution du pouvoir d'achat. Ni sur le plan économique, ni sur le plan politique, le bilan n'a été positif.
Le nouveau président Tebboune est soupçonné par ailleurs de vouloir reproduire les méthodes de son prédécesseur, tandis que l'opinion publique est plus sensible aux questions de droits de l'Homme qu'il y a vingt ans. Elle réclame des réformes profondes et le départ du régime actuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.