Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    Casablanca: mini-tsunami à Ain Diab    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale
Publié dans Barlamane le 21 - 09 - 2020

Au moins 2 000 milliards de dollars de transactions suspectes auraient été réalisées entre 2000 et 2017, selon les révélations du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).
Après les Panama Papers, les FinCEN Files. Une nouvelle enquête internationale du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) dénonce les carences de la régulation du secteur bancaire. Selon cette enquête, des montants astronomiques d'argent sale auraient transité durant des années par les plus grandes institutions bancaires du monde.
«Les profits des guerres meurtrières contre la drogue, des fortunes détournées des pays en développement et des économies durement gagnées volées dans le cadre d'une pyramide de Ponzi ont tous pu entrer et sortir de ces institutions financières, malgré les avertissements des propres employés des banques», détaille l'investigation menée par 108 médias internationaux de 88 pays.
2 000 milliards de dollars de transaction
L'enquête est fondée sur des milliers de «rapports d'activité suspecte» adressés aux services de la police financière du Trésor américain, FinCen, par des banques du monde entier. «Ces documents, compilés par les banques, partagés avec le gouvernement, mais gardés hors de la vue du public, exposent le gouffre béant des garanties bancaires, et la facilité avec laquelle les criminels les ont exploitées», assure le média américain Buzzfeed News en préambule de son enquête. Les documents portent sur 2000 milliards de dollars de transactions, qui ont circulé entre 1999 et 2017.
L'investigation pointe notamment du doigt cinq grandes banques – JPMorgan Chase, HSBC, Standard Chartered, Deutsche Bank, et Bank of New York Mellon – accusées d'avoir continué à faire transiter des capitaux de criminels présumés, et ce même après avoir été poursuivies ou condamnées pour faute financière. Au terme de ses recherches, Buzzfeed News affirme que «les réseaux par lesquels l'argent sale transite dans le monde sont devenus des artères vitales à l'économie mondiale».
Des informations «bien connues» selon la Deutsche Bank
Dans un communiqué, la Deutsche Bank a assuré que les révélations du Consortium étaient en fait des informations «bien connues» de ses régulateurs et a dit avoir «consacré d'importantes ressources au renforcement de ses contrôles» et «être extrêmement attentive au respect de (ses) responsabilités et de (ses) obligations».
L'investigation pointe aussi l'impuissance des autorités américaines dans la régulation de ces transactions. Dans un communiqué publié avant la diffusion de cette enquête, la police financière du Trésor américain a averti que la diffusion des rapports d'activité suspecte était un «crime» qui «peut avoir un effet sur la sécurité nationale des États-Unis».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.