Et revoilà Benkirane, le retour!    MCA/OCDE : Convention de partenariat pour l'amélioration des pratiques dans l'enseignement secondaire    Vaccin anti-grippal: le risque de pénurie se précise    France: voici les modalités du confinement    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Covid-19 au Maroc : De nouveaux chiffres inquiétants    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    David Fischer parle des relations Maroc-USA dans le Washington Times    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Le président Erdogan a reçu un message du roi Mohammed VI    Le journaliste Driss Ouhab est décédé du Covid-19    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    MCA-Morocco prolonge les dates de préparation des offres    Taxe de solidarité : Benchaaboune campe sur ses positions    Les éclaircissements de Abdelouafi Laftit    Tanger : Inauguration du siège de la Maison méditerranéenne du climat    Alerte – Afrique : Les Africains doivent se préparer à une 2e vague    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    Anticiper la brutalité : Un reconfinement ciblé est à nos portes    France. Avignon : un homme équipé d'une arme de poing abattu par la police    France : Nouvelle attaque au couteau évitée in extremis à Avignon    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Edito : Diplomatie    Météo: temps assez ensoleillé ce jeudi au Maroc    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Ligue des champions : Dortmund n'a plus d'âme, la faute à Lucien Favre ?    Premier but de Ziyech avec Chelsea (VIDEO)    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Projection de "Mica " d'Ismail Ferroukhi au Festival du film d'El Gouna    Johnny Depp toujours en guerre contre "The Sun "    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidentielle en Guinée : pour le président Alpha Condé, «il y a comme un climat de guerre»
Publié dans Barlamane le 24 - 09 - 2020

Les avocats du Front national de défense de la Constitution (FNDC) dénoncent la volonté du chef de l'Etat de «déporter le débat sur le terrain ethnique».
Le président Alpha Condé a donné des accents guerriers et communautaires, mercredi 23 septembre, à la campagne pour l'élection présidentielle en Guinée, à laquelle il se représente pour un troisième mandat contesté par l'opposition.
«Cette élection n'est pas seulement une élection, c'est comme si nous étions en guerre», a déclaré M. Condé, dont les propos en langue malinké par visioconférence à ses partisans à Siguiri, son bastion électoral de l'est du pays, ont été diffusés par la télévision nationale. «Les autres candidats ont fait un bloc pour me combattre», a-t-il rappelé, en référence à la décision de ses onze adversaires au scrutin prévu le 18 octobre de former un collectif pour parler d'une seule voix sur le processus électoral. M. Condé s'exprime habituellement en français durant ses interventions officielles nationales.
Dans son premier discours de campagne, le 19 septembre, également en malinké, il avait mis en garde les électeurs de Kankan (est) contre la tentation d'apporter leurs suffrages à un autre candidat issu de cette communauté. «Si vous votez pour un candidat malinké qui n'est pas du RPG [Rassemblement du peuple de Guinée, au pouvoir], c'est comme si vous votiez pour Cellou Dalein Diallo», son principal opposant, avait affirmé M. Condé. «Dans la région du Fouta, il n'y a pas d'autre candidat que Cellou», avait-il souligné en référence au Fouta-Djalon (centre), à population majoritairement peule et fief électoral de M. Diallo.
Crainte de «violences électorales»
Les Peuls et les Malinké sont les deux principales communautés du pays, dont ils constituent plus des deux tiers des 12 millions d'habitants, selon les estimations. L'appartenance ethnique est considérée comme un facteur de vote déterminant en Guinée.
Ancien opposant historique, M. Condé, 82 ans, premier président démocratiquement élu en 2010 après des décennies de régimes autoritaires, a été réélu en 2015. Il a fait adopter, lors d'un référendum contesté en mars, une nouvelle Constitution qui maintient la limite de deux mandats présidentiels. Mais lui et ses partisans arguent que ce changement de loi fondamentale remet les compteurs à zéro. Ses adversaires dénoncent un «coup d'Etat constitutionnel». La protestation contre une nouvelle candidature de M. Condé, à l'appel du Front national de défense de la Constitution (FNDC), a mobilisé depuis octobre 2019 des milliers de Guinéens. Plusieurs de ces manifestations ont été durement réprimées et des dizaines de civils ont été tués lors de heurts.
Les avocats français du FNDC ont écrit à la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, dans un courrier rendu public, pour lui signaler les premières déclarations de campagne de M. Condé. «Ces propos traduisent la volonté de M. Alpha Condé de déporter le débat sur le terrain ethnique, avec le risque d'alimenter des clivages au sein même de la population», écrivent les avocats William Bourdon et Vincent Brengarth. «Ces éléments nous font sérieusement craindre de nouvelles violences électorales à relent ethnique», ajoutent-t-ils, rappelant que le FNDC a lancé un mot d'ordre de mobilisation à partir du 29 septembre pour le départ de M. Condé.
Allègement des mesures sanitaires
Mercredi, une mission d'experts de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a jugé que les listes électorales, comportant 5,4 millions d'inscrits, permettaient en l'état la tenue du scrutin présidentiel. «Le fichier électoral de Guinée, débarrassé de toutes les anomalies rencontrées au regard du Code électoral, est de qualité suffisante pour les prochaines élections», a déclaré le général Francis Béhanzin, commissaire paix et sécurité de la Cédéao. «Ici en Guinée, de plus de 7 millions nous sommes quand même passés à un peu plus de 5 millions, c'est quand même important», a-t-il souligné, en référence aux 7,7 millions d'inscrits avant le référendum, dont près d'un tiers avaient été radiés avant le vote.
La présidence guinéenne a par ailleurs annoncé un allègement des mesures sanitaires contre le coronavirus pour les transports, les bars et les restaurants, ainsi que les activités socio-culturelles et sportives. Elle justifie cet assouplissement des mesures imposées à la population depuis presque six mois par une «revue de la situation épidémiologique, dont les résultats ont été jugés encourageants». Les taxis peuvent de nouveau prendre quatre passagers à l'arrière au lieu de deux et le prix de la course est divisé par deux. Les minibus ne sont plus contraints de limiter leur capacité à la moitié des places.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.