Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    GB: les femmes enceintes fortement encouragées à se faire vacciner, face au variant Delta    Hausse de 4,1% du crédit bancaire en juin (BAM)    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    Causalités foireuses et jugement médiatique orienté    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19. Le ministère de la Santé lance un appel à éviter les centres de vaccination à grande affluence    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    CEA-ONU : Les Initiatives Royales pour la promotion de la condition de la femme, saluées par Vera Songwe    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Le président russe félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    BCP : Un Produit net bancaire de 10,2 milliards DH à fin juin    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Banques participatives/ BAM : les dépôts à vue collectés grimpent de 49% en 2020    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    Marocanité du Sahara : Une reconnaissance américaine historique    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Covid-19 en Chine : les experts de l'OMS entament leur enquête à Wuhan
Publié dans Barlamane le 29 - 01 - 2021

Les membres de l'équipe ont discuté dans la matinée avec des scientifiques chinois avant de se rendre dans un hôpital de cette ville où la pandémie a démarré fin 2019.
Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont enfin entamé vendredi à Wuhan, au centre de la Chine, leur enquête de terrain sur l'origine du coronavirus, qui doit les conduire sur des sites sensibles.
Sortis jeudi de 14 jours de quarantaine, les membres de l'équipe ont discuté dans la matinée avec des scientifiques chinois avant de se rendre dans un hôpital de cette ville où la pandémie a démarré fin 2019.
«Première visite extrêmement importante», a tweeté Peter Daszak, un des membres de la délégation.
«Nous sommes dans l'hôpital qui a traité certains des premiers cas connus de Covid-19. Nous rencontrons les médecins et le personnel qui ont travaillé là-dessus, avec une discussion franche sur les détails de leur travail.»
L'OMS a confirmé jeudi que la dizaine d'enquêteurs irait bien au désormais célèbre Institut de virologie de Wuhan – équipé de laboratoires P3 et P4 de haute sécurité – qui manipulait notamment des coronavirus.
Dès le début de la pandémie, l'établissement a fait l'objet d'hypothèses, reprises par l'administration de l'ex-président américain Donald Trump, selon lesquelles le virus aurait pu s'en échapper avant de contaminer la planète.
Une théorie qui ne s'appuie pour l'instant sur rien de tangible.
Durant leur séjour, qui pourrait durer quelques semaines, les experts se rendront également au marché Huanan, premier foyer de l'épidémie où étaient notamment vendus des animaux sauvages vivants. Il est fermé depuis janvier 2020.
«Pas une enquête»
«L'équipe prévoit de visiter des hôpitaux, laboratoires et marchés», a par ailleurs souligné l'OMS sur Twitter. Les experts «s'entretiendront avec les premiers intervenants [contre la maladie] et certains des premiers malades de la Covid-19».
L'emploi du temps précis des experts reste toutefois opaque. Leurs tweets et ceux de l'OMS constituent les principales sources d'information, la Chine étant quasi-muette sur cette visite, ultra-sensible politiquement pour elle.
Les autorités chinoises, accusées d'avoir tardé à réagir face aux premiers cas de Covid-19, cherchent depuis l'an passé à concentrer l'attention médiatique sur leur réussite dans l'endiguement de l'épidémie en Chine même.
Vendredi encore, Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a refusé que la Chine soit davantage pointée du doigt et minimisé la portée de la mission des spécialistes étrangers.
«Je veux souligner que cette coopération et ces échanges entre experts internationaux de l'OMS et experts chinois sont l'un des volets de la recherche mondiale sur l'origine du coronavirus. Ce n'est pas une enquête», a-t-il déclaré devant la presse.
Cette mission, qui devrait encore durer quelques semaines, se déroule par ailleurs dans un climat de tensions sino-américaines.
Les États-Unis ont réclamé cette semaine une enquête «claire et poussée», soulignant qu'ils allaient évaluer sa «crédibilité» une fois terminée. La Chine a rejeté jeudi toute «ingérence politique» dans cette visite scientifique.
Appel de Tedros
Face aux risques réels ou supposés d'une obstruction chinoise, le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué jeudi soir dans un tweet avoir eu une «discussion franche» avec Ma Xiaowei, le ministre chinois de la Santé.
J'ai demandé à ce que les scientifiques internationaux obtiennent tout le soutien, l'accès et les données nécessaires, et qu'ils aient la chance de coopérer pleinement avec leurs homologues chinois.
Tedros Adhanom Ghebreyesus, chef de l'OMS
L'OMS souligne depuis plusieurs semaines que l'enquête menée à Wuhan n'est pas destinée à trouver un pays ou une autorité «coupable», mais à «comprendre ce qui s'est passé pour éviter que cela ne se répète à l'avenir».
Un fort doute subsiste toutefois sur l'intérêt des éléments que les enquêteurs seront en mesure de réunir, plus d'un an après le début de la pandémie et face à des autorités chinoises connues pour leur opacité sur les sujets polémiques.
La Chine a fait état de 4 636 morts depuis le début de la pandémie. Seuls deux ont été enregistrés depuis mi-mai. Un chiffre en net contraste avec les plus de 2,1 millions recensés dans le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.