Liaison fixe entre le Maroc et l'Espagne: Les deux pays entretiennent le rêve    LA SFI RENFORCE SON SOUTIEN AU ROYAUME    Tchad: obsèques à N'Djamena du président Idriss Déby    Barça: Koeman se prononce sur le feuilleton Messi    Bourses scolaires : les parents d'élèves dispensés de déclarer leur revenu annuel à la DGI    Bank Of Africa et Technopark unissent leur expertise pour soutenir l'entrepreneuriat    Le Conseil de Sécurité désavoue le Polisario (papier d'angle)    L'ASADEH appelle les autorités espagnoles à arrêter Brahim Ghali    Une vingtaine de protestataires devant le siège du FUS: "Nous voulons des changements !"    Botola Pro D1 / 13ème journée: FAR-HUSA et RCAZ-MAS en ouverture    Foot français : Les Girondins de Bordeaux menacés de faillite    Sidi Mohamed Abouchikhi, DG de Créditinfo Group : « Les usagers du service de centralisation des chèques irréguliers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés »    Espagne : Démantèlement d'une organisation criminelle exploitant des immigrés marocains    Vaccin russe anti-Covid : Berlin envisage de commander 30 millions de doses    "Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Le champ miné du Sahel    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nucléaire iranien Washington à Téhéran : «Notre patience a des limites»
Publié dans Barlamane le 25 - 02 - 2021

«Notre patience a des limites !», a lancé le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price à des journalistes qui lui demandaient combien de temps l'offre américaine de dialogue resterait sur la table.
Les États-Unis ont manifesté mercredi une certaine impatience face à l'absence de réponse de l'Iran sur une possible rencontre directe pour lancer le processus de sauvetage de l'accord sur le nucléaire iranien.
«Notre patience a des limites !», a lancé le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price à des journalistes qui lui demandaient combien de temps l'offre américaine de dialogue resterait sur la table.
«Défi urgent»
Il a estimé que le retour à «des contraintes vérifiables et permanentes sur le programme nucléaire iranien» était «un défi urgent».
Le gouvernement de Joe Biden a dit il y a six jours qu'il acceptait une invitation des Européens à une future réunion informelle avec l'Iran et les autres signataires de l'accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie).
Mais depuis, les autorités iraniennes n'ont pas répondu.
«Nous attendons de savoir quelle sera la réponse de l'Iran à l'invitation européenne», a dit pour sa part la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki.
L'ex-président américain Donald Trump a retiré en 2018 les États-Unis de cet accord international, estimant qu'il était insuffisant. Il a dans la foulée rétabli toutes les sanctions américaines qui avaient été levées en échange des restrictions imposées au programme nucléaire iranien.
De son côté, Téhéran a commencé à s'affranchir de ses engagements nucléaires pour protester contre les mesures punitives de Washington, et exige leur levée pour revenir dans les clous.
Joe Biden a lui promis de revenir dans l'accord de 2015 «si» l'Iran respecte à nouveau ses engagements.
La coordination des décisions de chaque pays doit être, dans l'esprit des États-Unis, l'objet de ce dialogue direct avec l'Iran. Le gouvernement américain refuse jusqu'ici d'évoquer d'éventuels gestes de bonne volonté préalables à une rencontre avec les autorités iraniennes.
«Le détail de ce qui pourrait être sur la table à l'avenir, on veut en discuter, avec nos partenaires, dans le contexte de l'offre» de «discussions avec les Iraniens», a insisté Ned Price.
Il a par ailleurs refusé de conditionner le retour dans l'accord de 2015 à la libération par la République islamique de ressortissants américains «injustement détenus».
«Nous n'avons pas de priorité plus importante que leur retour», a-t-il assuré. Pour autant, «nous ne voulons pas lier leur sort à un problème qui est complexe, difficile, et qui peut s'étirer sur le long terme», a-t-il ajouté.
Plusieurs ténors républicains ont appelé Joe Biden à ne pas revenir dans l'accord sans avoir obtenu la libération de ces détenus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.