Coupe du Trône: le Wydad file en quarts de finale (VIDEO)    Coupe du Trône: Les 8 qualifiés pour les quarts de finale connus    Le club de Ziyech se retire de la Super League    Cinq clubs anglais se retirent de la controversée « Super League »    Programme des principaux matchs du mercredi 21 avril    Dossiers des contractuels : Amzazi jette de l'huile sur le feu !    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Maroc/Prolongement des mesures exceptionnelles pour certaines catégories affiliées à la CNSS: Deux décrets adoptés    Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Restructuration de la direction technique des équipes nationales    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    DGAPR : la grève de la faim annoncée par les détenus Soulaimane Raissouni et Omar Radi "n'a aucun lien avec les conditions de leur détention"    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires
Publié dans Barlamane le 26 - 02 - 2021

Le remaniement du gouvernement en Algérie a provoqué une vague polémique dans les cercles politiques en raison de l'ambiguïté qui l'accompagne, couplée au retard de la date fixée par le président lui-même. La naissance d'un nouveau système démocratique prend du temps alors que l'application de la grille des conditions préalables à un changement politique est peu convaincante, tandis que tous les indicateurs économiques et sociaux ont baissé.
Les observateurs des affaires algériennes sont conscients que les autorités et l'opinion publique sont sur des axes différents. Alors que le président contesté Abdelmajdid Tebboune évoque des changements au sein du gouvernement pour améliorer ses performances et répondre aux besoins des citoyens, des dizaines de milliers d'Algériens descendent dans la rue pour demander le démantèlement de l'ensemble du système, considérant que les revendications du mouvement populaire ont été négligées.
Des sources gouvernementales algériennes ont révélé que le remaniement ministériel proposé par Tebboune visait essentiellement à se séparer du Premier ministre Abdelaziz Djerad. Cependant, la décision a été abandonnée à la dernière minute, ce qui explique le retard d'un jour dans l'annonce de la nouvelle composition de l'exécutif.
Selon des sources, Djerad a rencontré ses troupes le 17 février, deux jours avant le remaniement gouvernemental. Il a prononcé un discours d'adieu aux ministres, dans lequel il les a remerciés pour leurs efforts et les a encouragés à être prêts pour la prochaine étape.
Au moment où le remaniement gouvernemental devait être annoncé, la télévision d'Etat a rapporté un entretien entre le président de la république et le Conseil suprême de sécurité, ainsi qu'avec de hauts responsables civils.
Il semble, selon les observateurs, que le Conseil suprême de sécurité ait joué un rôle important pour maintenir Djerad et limiter la portée du changement voulu par le président, d'autant plus que des élections législatives anticipées auront lieu dans les prochaines semaines, qui conduiront à la formation d'un nouveau gouvernement, comme le stipule la nouvelle Constitution algérienne.
À la veille du 12 février, le président Tebboune est rentré en Algérie après un séjour d'un mois en Allemagne pour y être soigné. Son retour s'est produit au milieu de l'escalade des tensions dans le pays et dans des plates-formes de médias sociaux appelant les Algériens à retourner dans la rue pour atteindre les objectifs du mouvement populaire qui a été entravé par le coronavirus et la répression du régime.
Un jour après son retour, Tebboune a repris ses occupations et a entamé des rencontres bilatérales avec divers acteurs politiques, partisans et opposition. Il a rencontré le président du Mouvement El-Bina et son rival aux élections présidentielles d'octobre 2019, Abdelkader Bengrina, ainsi que Abdelaziz Belaïd, chef du Front El Moustakbal et Soufiane Djilali, chef du parti Jil jadid et ancien candidat à l'élection présidentielle de 2014. Djilali rejette les résultats des élections présidentielles qui ont permis à Tebboune de briguer la magistrature suprême, mais adhère à engager un dialogue avec le chef de l'Etat.
Le président algérien a également rencontré des partis d'opposition, dont le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazzak Mokri mais aussi le Front des forces socialistes, qui jusqu'à récemment ne reconnaissait pas Tebboune comme président du pays.
À l'issue de ces rencontres, Djilali a révélé que le président avait promis incessamment un remaniement du gouvernement, pour remplacer les ministres qui n'amélioraient pas les conditions de vie des citoyens. Pour sa part, Bengrina a déclaré que Tebboune avait pris la décision de dissoudre l'Assemblée populaire nationale et annoncé la tenue d'élections pré-législatives dans un proche avenir.
Dans un discours prononcé le 18 février, le président algérien a annoncé la dissolution de l'Assemblée populaire nationale, affirmant que la majorité des députés avaient obtenu leur siège par des moyens illicites.
Tebboune a également appelé les jeunes à se présenter aux prochaines élections législatives, tout en jurant de sécuriser une grande partie de leurs dépenses de campagne électorale. Dans le même discours, le chef du régime algérien a révélé son intention de procéder à un remaniement ministériel dans les 48 heures.
Après l'expiration de la durée précisée par Tebboune, de nombreuses parties sont devenues anxieuses et ont attendu que la télévision d'Etat annonce la nouvelle composition du gouvernement. Cependant, le remaniement ministériel n'a pas eu lieu, déclenchant la polémique sur les réseaux sociaux et incitant la presse algérienne à spéculer.
Le chef du parti Jil Jadid, qui est actuellement l'une des personnalités les plus proches du président Tebboune, a déclaré qu'il pensait que le remaniement du gouvernement ne pouvait pas être considéré comme un «événement politique».
Djilali a justifié cette affirmation en déclarant: «Le remaniement du gouvernement était principalement destiné à servir d'amendement technique pour gérer certains déséquilibres au sein du gouvernement, et ne concerne pas du tout l'opinion publique».
Concernant la nomination d'un des conseillers d'Abdelaziz Bouteflika comme ministre lors du remaniement du gouvernement, Djilali a expliqué: «C'était la nomination la moins attendue, car cette mesure peut être considérée comme une provocation à l'opinion publique algérienne et au mouvement populaire».
Il a ajouté: «Le véritable remaniement du cabinet interviendra après les élections législatives, et sera proposé par les partis vainqueurs qui créeront inévitablement une nouvelle feuille de route politique».
Le militant politique Samir Belarbi, l'une des figures de proue du mouvement populaire en Algérie, voit le remaniement du gouvernement différemment.
Belarbi, libéré avant un an de prison, a déclaré avec une pointe d'ironoie : «Après trois jours d'attente pour un remaniement radical du gouvernement qui répondrait aux exigences de la phase actuelle et aux conditions économiques et sociales difficiles que traverse le pays, le président Abdelmadjid Tebboune a annoncé un troisième gouvernement dirigé par Djerad, ce qui a été une surprise pour tout le monde.»
Il a ajouté: «Le remaniement du gouvernement n'a couvert que trois ministères et en a annulé un autre, mais la nomination de personnalités ayant travaillé avec l'ancien président déchu [Bouteflika] est également étrange.»
Le militant a évoqué une lutte au sommet de la hiérarchie du pouvoir, déclarant: «Ce qui s'est passé après trois jours d'attente confirme qu'il y a une lutte de pouvoir entre la présidence et le chef de l'état-major de l'armée qui domine les affaires du pays».
Un jour après que Tebboune eut signé la décision de remaniement du gouvernement qui a déçu la classe politique et de nombreux observateurs en Algérie, des dizaines de milliers d'Algériens sont descendus dans la rue pour commémorer le deuxième anniversaire du mouvement populaire qui a renversé Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.