Changement de modèle ?    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Ouverture vendredi de la deuxième session de la Chambre des représentants    Le Covid-19 fait chuter la demande et les prix de l'huile à l'échelle mondiale    Intensification des opérations de contrôle des prix et de la qualité des produits alimentaires dans la province d'Al Haouz    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    La guerre des masques a bel et bien lieu    Le pain farci de ma mère ! Il n'y a pas mieux pour tromper le confinement    La culture, un besoin vital en temps de crise    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire : 8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Les sept consignes de Benchaâboun    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Covid-19 : 92 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.113 au total    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle
Publié dans Barlamane le 21 - 02 - 2020

Il y a environ un an, le 22 février 2019, les Algériens se pressaient dans les rues pour protester contre la candidature du président d'alors Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat au pouvoir depuis 20 ans.
Abdelaziz Bouteflika s'est retiré en avril. Mais les Algériens ont continué à protester. À cette époque, les protestations avaient un nom – le Hirak (mouvement). Dix mois après le début des manifestations, une élection a inauguré Abdelmadjid Tebboune en tant que président. Mais les manifestations se sont poursuivies, réclamant le départ de l'élite qui président aux destinées du pays depuis 1962.
Un an plus tard, certains acteurs politiques et personnalités nationales ont tiré la sonnette d'alarme, mettant en garde contre «l'échec» et le «radicalisme» du mouvement. Ils ont appelé au dialogue avec les autorités et à la poursuite d'objectifs « réalisables ». Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, qui faisait partie intégrante de la vieille garde, a récemment évoqué le «soulèvement populaire béni et pacifique» et a annoncé mercredi que le 22 février serait une fête nationale. Il a également promis de profondes réformes.
« J'ai décidé d'aller loin avec un changement radical pour rompre avec les mauvaises pratiques, donner une morale à la vie politique et changer le mode de gouvernance », a déclaré Tebboune dans une interview au quotidien français Le Figaro publiée jeudi. Il a dit qu'une constitution remaniée serait soumise à un référendum et pourrait être en place d'ici cet été.
Des mouvements en faveur de la démocratie ont vu le jour dans d'autres pays arabes, notamment au Liban et en Egypte, mais n'ont pas perduré aussi longtemps que l'Algérie ou ont été marqués par la violence.
L'Algérie, partenaire stratégique mais contesté de l'Occident dans la lutte contre le terrorisme, semble engagée sur une voie inexorable de changement, selon des analystes et des militants.
« L'Algérie a retrouvé son unité, sa dignité », a expliqué Samir Belarbi, 48 ans, qui a passé plus de quatre mois en prison pour son implication dans le mouvement. «Le système s'effondre, mais le mouvement doit continuer, demeurer pacifique et joyeux jusqu'à la fin – qui est une nouvelle Algérie». La police a arrêté des dizaines de participants à la marche comme Belarbi, suscitant les critiques des ONG. Les marches spontanées ont commencé par des rassemblements dispersés dans plusieurs villes algériennes, filmées et publiées sur les réseaux sociaux. Cela a conduit à une grande manifestation à Alger, la capitale, le 22 février 2019.
Le pays était considéré comme étant réellement dirigé par le frère cadet de l'ex-président, Saïd Bouteflika, qui était conseiller spécial et prétendument un des oligarques qui se sont enrichis grâce à des pratiques de corruption. Le puissant chef de l'armée, Ahmed Gaid Salah, a dénoncé Saïd Bouteflika et ses copains comme «le gang» à éradiquer. Saïd Bouteflika a été reconnu coupable de complot contre l'Etat et condamné à 15 ans de prison. Les deux principaux chefs du renseignement du pays ont été condamnés avec lui.
Le purge, qui comprenait des industriels de haut niveau, a été ordonnée par Gaid Salah, le chef de l'armée qui a servi de quasi-leader après le départ de Bouteflika en avril – lors de la première victoire du mouvement de protestation. Gaid Salah dirigeait efficacement le pays, comblant le vide de l'autorité et suggérant une élection présidentielle le 12 décembre pour remplacer un gouvernement intérimaire faible, en place pendant huit mois.
Tebboune, jadis fidèle de Bouteflika, a été élu sur fond d'abstention massive. Gaid Salah est mort moins de deux semaines plus tard. Ses funérailles s'apparentaient à celles d'un chef d'Etat. Certains experts considèrent le mouvement de contestation comme l'éclosion d'une nouvelle génération destinée à remplacer la vieille garde et une conception dépassée du pouvoir. Ils voient les élections législatives de fin d'année comme un forum privilégié pour les membres du mouvement pro-démocratie pour tenter de renouveler la classe politique de l'intérieur.
« Les gens savent que pour changer la scène politique, il ne s'agit pas seulement de manifester », a déclaré Louiza Ait Hammadouche, professeur de sciences politiques à l'Université d'Alger. « Ce mouvement a révolutionné la société algérienne », a déclaré un commentateur du quotidien Liberté, Mustapha Hamouche. Les marches ont permis aux jeunes « de découvrir le débat pacifique, l'échange d'idées, tout ce qui est interdit par le système », a-t-il déclaré. «Ce seront les futurs dirigeants algériens. C'est l'énorme accomplissement de ce mouvement».
Mais d'autres sont plus négatifs. En janvier de cette année, l'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud a écrit un article dans lequel il disait que le Hirak avait « échoué ». Son analyse est parue dans l'hebdomadaire français Le Point et a fait des vagues en Algérie. « Le régime a-t-il gagné? Oui, temporairement. Cela signifie également que le mouvement de protestation a perdu temporairement », a-t-il écrit. Il a cité la « myopie » des « élites urbaines de l'opposition » et un mouvement qui avait échoué et avait rencontré une « impasse », bien que « temporairement ».
Il n'est pas le seul à l'avoir dit. D'autres ont averti que le Hirak était au point mort alors que les autorités poursuivaient leur agenda. Depuis le début de 2020, le président Tebboune – éphémère Premier ministre de M. Bouteflika – consulte des personnalités politiques au sujet de la réforme constitutionnelle. Un référendum sur les amendements est prévu cet été, suivi par des élections législatives d'ici la fin de l'année 2020. Ce mois-ci, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a présenté le plan d'action de son gouvernement – surnommé « un nouvel accord pour une nouvelle Algérie » au Parlement, promettant de « liquider l'héritage désastreux » de la période passée.
Mais beaucoup sont sceptiques quant aux promesses des autorités. Plus de 100 manifestants seraient toujours en détention, les événements organisés par l'opposition sont toujours souvent interdits et le pouvoir judiciaire continue de faire preuve de soumission à l'exécutif. «Rien n'a changé» est le leitmotiv répété par l'avocat des droits de l'homme et militant politique Mostefa Bouchachi, un visage familier des manifestations. C'est pourquoi les Algériens continueront, dit-il, d'être découragés.
En revanche, certains ont appelé à une séparation complète des autorités. Le Pacte politique des forces de l'alternative démocratique (PAD) – lancé l'été dernier par sept partis politiques d'opposition établis, dont le Front des forces socialistes (FFS), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le Parti des travailleurs (PT) – se penche à l'organisation d'une conférence nationale qui exclura les autorités.
Le PAD s'était opposé à la tenue d'une élection présidentielle et avait appelé à une assemblée constituante. D'autres personnalités telles que l'avocat des droits de l'homme Mostefa Bouchachi ont appelé les autorités à faire preuve de plus de bonne volonté – en particulier la libération des détenus – comme condition préalable à tout dialogue. Certains observateurs sont convaincus qu'un nouveau pacte dynamique et social a été établi et portera ses fruits. Un mot qui revient sans cesse dans les commentaires est «opportunité», donnant l'impression que le Hirak continuera de s'étendre dans le temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.