Un gouvernement tripartite et une opposition hétéroclite?    Omar Moro à la tête du conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Nabila Rmili élue maire de Casablanca, le PJD out !    L'USFP veut participer à la formation du prochain gouvernement    Session extraordinaire du conseil national du PJD : intenable discours victimaire    Le Maroc reçoit des drones réservés à la lutte contre les flux migratoires et contre le trafic de drogue    Edito : Digital décisif    Comment le digital a transformé la campagne électorale    Idriss Bensmail quitte la BMCI    Rencontres Digitales : PortNet organise un évènement le 29 Septembre    Le gouvernement Ethiopien et l'OCP scellent un accord pour l'implémentation d'un projet d'engrais à dire DAWA    Solutions de paiement innovantes : CIH Bank et Mastercard s'allient    Résultats semestriels : Wafa Assurance confirme la solidité de ses fondamentaux    Promotion immobilière : Une nouvelle demande en maisons individuelles    Bilan de l'AIEA sous la présidence du Maroc : plusieurs résolutions approuvées    Eau et électricité : 3 mois aux distributeurs pour se conformer    Volcan en éruption aux Canaries : évacuation massive de la population locale    Deux militaires tués dans une collision de deux hélicoptères à l'est de la Libye    Russie : au moins huit morts après une fusillade dans une université    L'Australie «n'a pas à prouver» son attachement à la France, selon le vice-premier ministre du pays    Secousse tellurique de 3,9 degrés au large de la province de Driouch    Situation politique en Guinée : Le CNRD dit niet à la CEDEAO    Botola: le Wydad bat le RCOZ (VIDEO)    Le calvaire du Onze national à Conakry    La situation épidémiologique au Maroc s'est améliorée, selon un expert    Classement Times Higher Education 2022: Les universités marocaines se distinguent    ONDA : Plus de 372.000 passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août à l' aéroport Tanger Ibn Battouta    Un virus avec qui il faut vivre    Afrique du Sud : une importante quantité d'héroïne pure saisie à Durban    Le Maroc reçoit 115 mille doses du vaccin « Astrazeneca »    Accusés de corruption et d'extorsion : Deux policiers épinglés à Kénitra    Tanger Med : Saisie de sommes importantes en dirhams et en devises    Immersion dans l'univers onirique lumineux de Mounia Amor à Casablanca    Soutien à la création artistique : L'IF lance la 2ème édition de l'appel à projets    Essaouira, symbole du renouveau politique !    VTT: le "Titan Desert MTB Marathon", du 10 au 15 octobre au Maroc    Rico refuse d'affronter Badr Hari « s'il continue de perdre ses matchs »    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle
Publié dans Barlamane le 21 - 02 - 2020

Il y a environ un an, le 22 février 2019, les Algériens se pressaient dans les rues pour protester contre la candidature du président d'alors Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat au pouvoir depuis 20 ans.
Abdelaziz Bouteflika s'est retiré en avril. Mais les Algériens ont continué à protester. À cette époque, les protestations avaient un nom – le Hirak (mouvement). Dix mois après le début des manifestations, une élection a inauguré Abdelmadjid Tebboune en tant que président. Mais les manifestations se sont poursuivies, réclamant le départ de l'élite qui président aux destinées du pays depuis 1962.
Un an plus tard, certains acteurs politiques et personnalités nationales ont tiré la sonnette d'alarme, mettant en garde contre «l'échec» et le «radicalisme» du mouvement. Ils ont appelé au dialogue avec les autorités et à la poursuite d'objectifs « réalisables ». Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, qui faisait partie intégrante de la vieille garde, a récemment évoqué le «soulèvement populaire béni et pacifique» et a annoncé mercredi que le 22 février serait une fête nationale. Il a également promis de profondes réformes.
« J'ai décidé d'aller loin avec un changement radical pour rompre avec les mauvaises pratiques, donner une morale à la vie politique et changer le mode de gouvernance », a déclaré Tebboune dans une interview au quotidien français Le Figaro publiée jeudi. Il a dit qu'une constitution remaniée serait soumise à un référendum et pourrait être en place d'ici cet été.
Des mouvements en faveur de la démocratie ont vu le jour dans d'autres pays arabes, notamment au Liban et en Egypte, mais n'ont pas perduré aussi longtemps que l'Algérie ou ont été marqués par la violence.
L'Algérie, partenaire stratégique mais contesté de l'Occident dans la lutte contre le terrorisme, semble engagée sur une voie inexorable de changement, selon des analystes et des militants.
« L'Algérie a retrouvé son unité, sa dignité », a expliqué Samir Belarbi, 48 ans, qui a passé plus de quatre mois en prison pour son implication dans le mouvement. «Le système s'effondre, mais le mouvement doit continuer, demeurer pacifique et joyeux jusqu'à la fin – qui est une nouvelle Algérie». La police a arrêté des dizaines de participants à la marche comme Belarbi, suscitant les critiques des ONG. Les marches spontanées ont commencé par des rassemblements dispersés dans plusieurs villes algériennes, filmées et publiées sur les réseaux sociaux. Cela a conduit à une grande manifestation à Alger, la capitale, le 22 février 2019.
Le pays était considéré comme étant réellement dirigé par le frère cadet de l'ex-président, Saïd Bouteflika, qui était conseiller spécial et prétendument un des oligarques qui se sont enrichis grâce à des pratiques de corruption. Le puissant chef de l'armée, Ahmed Gaid Salah, a dénoncé Saïd Bouteflika et ses copains comme «le gang» à éradiquer. Saïd Bouteflika a été reconnu coupable de complot contre l'Etat et condamné à 15 ans de prison. Les deux principaux chefs du renseignement du pays ont été condamnés avec lui.
Le purge, qui comprenait des industriels de haut niveau, a été ordonnée par Gaid Salah, le chef de l'armée qui a servi de quasi-leader après le départ de Bouteflika en avril – lors de la première victoire du mouvement de protestation. Gaid Salah dirigeait efficacement le pays, comblant le vide de l'autorité et suggérant une élection présidentielle le 12 décembre pour remplacer un gouvernement intérimaire faible, en place pendant huit mois.
Tebboune, jadis fidèle de Bouteflika, a été élu sur fond d'abstention massive. Gaid Salah est mort moins de deux semaines plus tard. Ses funérailles s'apparentaient à celles d'un chef d'Etat. Certains experts considèrent le mouvement de contestation comme l'éclosion d'une nouvelle génération destinée à remplacer la vieille garde et une conception dépassée du pouvoir. Ils voient les élections législatives de fin d'année comme un forum privilégié pour les membres du mouvement pro-démocratie pour tenter de renouveler la classe politique de l'intérieur.
« Les gens savent que pour changer la scène politique, il ne s'agit pas seulement de manifester », a déclaré Louiza Ait Hammadouche, professeur de sciences politiques à l'Université d'Alger. « Ce mouvement a révolutionné la société algérienne », a déclaré un commentateur du quotidien Liberté, Mustapha Hamouche. Les marches ont permis aux jeunes « de découvrir le débat pacifique, l'échange d'idées, tout ce qui est interdit par le système », a-t-il déclaré. «Ce seront les futurs dirigeants algériens. C'est l'énorme accomplissement de ce mouvement».
Mais d'autres sont plus négatifs. En janvier de cette année, l'écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud a écrit un article dans lequel il disait que le Hirak avait « échoué ». Son analyse est parue dans l'hebdomadaire français Le Point et a fait des vagues en Algérie. « Le régime a-t-il gagné? Oui, temporairement. Cela signifie également que le mouvement de protestation a perdu temporairement », a-t-il écrit. Il a cité la « myopie » des « élites urbaines de l'opposition » et un mouvement qui avait échoué et avait rencontré une « impasse », bien que « temporairement ».
Il n'est pas le seul à l'avoir dit. D'autres ont averti que le Hirak était au point mort alors que les autorités poursuivaient leur agenda. Depuis le début de 2020, le président Tebboune – éphémère Premier ministre de M. Bouteflika – consulte des personnalités politiques au sujet de la réforme constitutionnelle. Un référendum sur les amendements est prévu cet été, suivi par des élections législatives d'ici la fin de l'année 2020. Ce mois-ci, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a présenté le plan d'action de son gouvernement – surnommé « un nouvel accord pour une nouvelle Algérie » au Parlement, promettant de « liquider l'héritage désastreux » de la période passée.
Mais beaucoup sont sceptiques quant aux promesses des autorités. Plus de 100 manifestants seraient toujours en détention, les événements organisés par l'opposition sont toujours souvent interdits et le pouvoir judiciaire continue de faire preuve de soumission à l'exécutif. «Rien n'a changé» est le leitmotiv répété par l'avocat des droits de l'homme et militant politique Mostefa Bouchachi, un visage familier des manifestations. C'est pourquoi les Algériens continueront, dit-il, d'être découragés.
En revanche, certains ont appelé à une séparation complète des autorités. Le Pacte politique des forces de l'alternative démocratique (PAD) – lancé l'été dernier par sept partis politiques d'opposition établis, dont le Front des forces socialistes (FFS), le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) et le Parti des travailleurs (PT) – se penche à l'organisation d'une conférence nationale qui exclura les autorités.
Le PAD s'était opposé à la tenue d'une élection présidentielle et avait appelé à une assemblée constituante. D'autres personnalités telles que l'avocat des droits de l'homme Mostefa Bouchachi ont appelé les autorités à faire preuve de plus de bonne volonté – en particulier la libération des détenus – comme condition préalable à tout dialogue. Certains observateurs sont convaincus qu'un nouveau pacte dynamique et social a été établi et portera ses fruits. Un mot qui revient sans cesse dans les commentaires est «opportunité», donnant l'impression que le Hirak continuera de s'étendre dans le temps.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.