Ismaïl Aissati : "Je n'avais pas confiance en moi et j'étais timide"    Mohammadin Boubekri, président de l'Ordre des médecins : « Nous n'avons aucune réserve pour le recrutement de médecins étrangers sauf une »    Coronavirus : le Portugal poursuit son déconfinement graduel    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    VIDEO// Comment le footballeur marocain Mohamed Amine Talal gère ses efforts pendant le Ramadan    A Tindouf la population astreinte à payer des contributions au Polisario    Mobilité électrifiée : le Maserati Levante se convertit à l'hybride    Aubergines : les Etats-Unis songent au Maroc pour l'import    Tanger : neuf personnes interpellées pour trafic international de drogue    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    ANP : baisse de 2,3% du trafic global à fin mars    Baccalauréat : L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Open d'Espagne de taekwondo G1: le Marocain Achraf Mahboubi remporte la médaille d'or    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    Foot espagnol : Un 16ème but d'En-Nesyri décisif !    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Un déficit budgétaire autour de 7 milliards de dirhams à fin mars    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    José Mourinho viré de Tottenham    Super League: la nouvelle compétition qui chamboule le foot    Transport : La BAD appuie la modernisation du rail au Maroc    Prix à la consommation: salée ou pas, la facture de ce ramadan ?    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    La Bourse de Casablanca débute en baisse    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    Covid-19 en France: nouvelles révélations sur le variant brésilien    Un malade mental commet un carnage à Taounate    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    VIDEO// Aides alimentaires marocaines au Liban : Un don Royal hautement apprécié par les autorités libanaises    Covid-19 : La vaccination avec Johnson & Johnson devrait reprendre rapidement aux Etats-Unis (Conseiller médical)    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    En Egypte, un accident de train fait 11 morts et près de 100 blessés    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi
Publié dans Barlamane le 26 - 02 - 2021

Les États-Unis ont publiquement accusé vendredi le prince héritier d'Arabie saoudite d'avoir «validé» l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, au risque d'une crise entre les deux pays alliés.
«Nous sommes parvenus à la conclusion que le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane a validé une opération à Istanbul, en Turquie, pour capturer ou tuer le journaliste saoudien Jamal Khashoggi», écrit la direction du renseignement national dans un court rapport de quatre pages, déclassifié à la demande du président Joe Biden alors que son prédécesseur Donald Trump l'avait gardé secret.
«Le prince héritier considérait Khashoggi comme une menace pour le royaume et plus largement soutenait le recours à des mesures violentes si nécessaire pour le faire taire», ajoute-t-elle.
Le rapport souligne que le prince héritier disposait depuis l'année 2017 d'un «contrôle absolu» des services de renseignement et de sécurité du royaume, «rendant très improbable l'hypothèse que des responsables saoudiens aient pu conduire une telle opération sans le feu vert du prince».
Les services de renseignement américains supposent par ailleurs que, à l'époque de l'assassinat de Jamal Khashoggi, Mohammed ben Salmane faisait régner un climat tel que ses collaborateurs n'osaient vraisemblablement pas remettre en question les ordres reçus, «par crainte d'être renvoyés ou arrêtés».
La Maison-Blanche a annoncé que des «mesures» seraient dévoilées dans la foulée, sans plus de précisions.
Le président Biden, qui avait jugé, avant son élection en novembre, que le royaume du Golfe devait être traité comme un État «paria» pour cette affaire, a tenté de déminer le terrain en appelant jeudi au téléphone le roi Salmane pour la première fois depuis son arrivée à la Maison-Blanche.
S'il a mis l'accent sur «les droits de l'homme universels» et «l'État de droit», il a aussi adressé un satisfecit au monarque pour la récente libération de plusieurs prisonniers politiques. Et il a évoqué «l'engagement des États-Unis à aider l'Arabie saoudite à défendre son territoire face aux attaques de groupes pro-Iran», selon la présidence américaine.
Ni Washington ni Riyad n'ont mentionné, dans leur compte-rendu de cet appel, le rapport déclassifié potentiellement explosif pour leurs relations bilatérales.
Moment de vérité
Critique du pouvoir saoudien après en avoir été proche, Jamal Khashoggi, résidant aux États-Unis et chroniqueur du quotidien Washington Post, avait été assassiné le 2 octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul par un commando d'agents venus d'Arabie saoudite.
Son corps, démembré sur place, n'a jamais été retrouvé.
Après avoir nié l'assassinat, Riyad avait fini par dire qu'il avait été commis par des agents saoudiens ayant agi seuls. À l'issue d'un procès opaque en Arabie saoudite, cinq Saoudiens ont été condamnés à mort et trois condamnés à des peines de prison – les peines capitales ont depuis été commuées.
Cette affaire a durablement terni l'image du jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, dit MbS, véritable homme fort du royaume rapidement désigné par des responsables turcs comme le commanditaire du meurtre malgré les dénégations saoudiennes.
Le Sénat des États-Unis, qui avait déjà eu accès aux conclusions des services de renseignement américains, avait aussi jugé dès 2018 que le prince était «responsable» du meurtre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.