Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    CNSS: bonne nouvelle pour les employés de la restauration et de l'événementiel    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Coupe du trône: le WAC domine Oued Zem et file aux quarts de finale (Vidéos)    Le Maroc abritera la première édition de la Ligue des champions féminine    Braquage à la hollywood à Tanger : les délinquants interpellés par la DGSN    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Affaires Raissouni et Radi: la direction des prisons répond aux députés PJDistes    Officiel : Schalke et Amine Harit relégués en Bundesliga 2    Coupe de la CAF: La RSB joue le quitte ou double en Zambie    ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes
Publié dans Barlamane le 02 - 03 - 2021

Gros revers pour les séparatistes : la justice européenne a soutenu l'accord commercial portant sur les produits agricoles, signé en 2012 entre le royaume du Maroc et l'Union européenne (UE), malgré la propagande séparatiste qui estime que l'application de cet accord au territoire du Sahara contrevient au droit international et aux engagements de l'UE.
Le partenariat entre le Maroc et l'Union européenne (UE) dans les domaines agricole et de la pêche vit au gré de procès à répétition intentés par une entité qui n'a aucun statut juridique, ni aucune qualité d'agir ou de parler au nom des populations sahraouies.
Cette vérité a éclaté au grand jour à l'ouverture, mardi, d'une audience devant la 9e chambre du tribunal de l'UE (CJUE) au Luxembourg, pour examiner la recevabilité d'un recours intenté par le polisario contre la décision du Conseil de l'UE ayant modifié l'accord agricole Maroc-UE pour étendre les préférences tarifaires aux produits originaires des provinces du sud du Royaume.
Le Maroc, rappelons-le, n'est pas partie prenante de cette affaire mais victime d'une guérilla juridique orchestrée par l'Algérie et le polisario visant ses accords commerciaux avec l'Europe.
Dans leurs plaidoiries, les avocats de l'Union européenne (Conseil et Commission) soutenus par ceux du gouvernement français et de la confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (COMADER) ont d'emblée ôté au polisario toute capacité juridique et toute qualité de personne morale pour ester en justice devant les juridictions de l'UE.
S'appuyant sur la jurisprudence même de la Cour européenne, ils ont estimé que les précédents arrêts ont tranché cette question en précisant que le polisario n'était pas apte, au regard du droit européen et du droit international, de contester devant la justice des traités dûment conclus par l'Union européenne avec ses différents partenaires.
Les avocats ont expliqué que le fait que le polisario prenne part à des pourparlers sous l'égide de l'ONU dans le cadre du processus politique de règlement du conflit du Sahara, ne lui confère aucune qualité, ni de personnalité juridique internationale.
Faisant remarquer que toute l'argumentation du polisario repose sur un postulat erroné, les avocats de l'UE ont précisé que ce dernier n'est pas non plus le représentant des populations sahraouies comme il le prétend et n'est donc concerné ni de près ni de loin par ces accords.
Ils ont par ailleurs défendu, chiffres et arguments solides à l'appui, le bénéfice que les populations des provinces du sud tirent de l'accord agricole Maroc-UE et son impact en termes de développement local et d'emploi dans la région.
Dans son rapport d'évaluation de l'accord agricole rendu public en décembre dernier, la commission européenne avait relevé le caractère hautement bénéfique de cet accord sur les populations de la région.
Cette évaluation positive de l'accord, dont l'ambition est d'accompagner le développement socio-économique des provinces du Sud dans le cadre d'une approche partenariale intégrée et durable, est venue apporter un démenti cinglant aux allégations mensongères des séparatistes sur le prétendu «pillage» des ressources naturelles.
Le Maroc et l'Union européenne, rappelle-t-on, avaient conclu en 2019, cet accord sous forme d'échange de lettres pour élargir les préférences tarifaires aux produits originaires des provinces sahariennes du Royaume.
Les deux parties avaient également procédé au renouvellement de l'accord de pêche dont l'étendue territoriale englobe le Sahara marocain.
Aujourd'hui, le polisario se présente une nouvelle fois devant la justice européenne pour introduire deux recours en annulation de ces accords.
Les premiers actes de cette guérilla avaient commencé en 2015 lorsque la Cour de justice de l'UE avait examiné un recours en annulation de l'accord agricole avec le Maroc intenté par le polisario.
Le Maroc avait à l'époque marqué une pause dans ses relations avec l'UE réclamant une immunisation de ses accords contre l'instrumentalisation des séparatistes.
Dans une récente interview à un média européen, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a appelé l'Europe à faire face sérieusement à cette guérilla juridique qui vise ses accords commerciaux avec le Maroc.
«Si l'Europe croit au partenariat entre le Maroc et l'UE, elle doit être consciente que ce partenariat a des ennemis. C'est à l'Europe de réagir à ce harcèlement judiciaire», a-t-il affirmé.
Au regard de la dynamique que connait la question du Sahara marocain aujourd'hui, la justice européenne est appelée à contrer de manière ferme et définitive cette «spirale infernale sans fin» qui met en péril la sécurité juridique des traités de l'Union européenne.
Répondant à une question de la MAP sur ces procès à répétition, le porte-parole de l'UE Peter Stano a affirmé, mardi, que «l'Europe défendra la légitimité et la légalité de ces accords qui ont tous été renégociés à la lumière de la jurisprudence de la Cour de Justice de l'Union européenne».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.