Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «Polisario» aux abois...
Publié dans Albayane le 18 - 07 - 2018

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne a adopté lundi la «décision d'étendre au Sahara occidental ses préférences tarifaires prévues par l'accord d'association avec le Maroc».
Autrement dit, il s'agit d'une décision d'adaptation, aussi, de l'accord agricole avec le Maroc, qui inclut, de manière expresse, le Sahara marocain. L'objectif de cette décision est également de se conformer à la décision de la Cour de Justice de l'Union européenne (CJUE) sur l'accord de libéralisation des produits agricoles qui vise «à consacrer dans les textes l'extension territoriale des préférences tarifaires».
Aujourd'hui, la décision du Conseil des ministres de l'UE a été transmise au Parlement européen dont l'approbation est indispensable pour modifier ledit texte.
Cela a attiré la foudre du mouvement soutenu par nos voisins de l'Est.
D'Alger, le Polisario, poussé au désespoir, a «condamné fermement cette décision» et «a demandé à ses avocats de déposer un recours en responsabilité devant la CJUE», rapporte l'APS, l'agence officielle algérienne.
Ainsi, Alger et ses marionnettes tablent encore sur la Cour de justice de l'UE pour bloquer les accords commerciaux entre Rabat et Bruxelles.Et comble du ridicule, les mercenaires vont jusqu'à lier la fin de leurs «procédures» à l'application d'une décision (l'arrêt la CJUE de décembre 2016) devenue caduque, et au «consentement du Front Polisario pour tout accord concernant son territoire» (sic).
La CJUE, en effet, demeurait en retard par rapport à l'évolution du dossier au niveau de l'ONU. Elle continue, comme Alger et le Polisario, à être induite en erreur par la propagande mensongère d'Alger sur le droit à l'autodétermination, alors que la consultation référendaire a été abandonnée par l'ONU il y a belle lurette, face à l'impossibilité de fixer un corps électoral de manière juste et équitable.
En plus, Alger et ses sbires refusent, d'abord, l'accès du HCR aux camps de Tindouf (en territoire algérien), imperméables à toute enquête ou investigation sérieuse, et voulaient exclure des tribus sahraouies entières de la consultation référendaire que le Maroc avait acceptée.
D'autre part, la bande du Polisario ne représente pas la population du Sahara, après l'érosion que le mouvement mercenaire a connue depuis les années 90, avec le retour à la Patrie de la majorité écrasante de ses membres fondateurs, qui vivent avec les leurs dans leurs régions, aujourd'hui en développement constant et harmonieux.
Or, la Commission européenne, mandatée par le Conseil et bien au fait des enjeux politiciens d'Alger, refuse tout contact avec des mercantilistes avérés qui profitent de l'aide internationale normalement destinée à des populations mises sous haute surveillance et dont Alger refuse l'ouverture des camps où ils sont maintenus depuis plus de quarante ans.
Et le communiqué des séparatistes à la solde de l'Algérie d'inverser les rôles et de s'attaquer au Conseil de l'Europe, accusé selon eux, «d'entraver les efforts de paix» de l'Envoyé personnel du secrétaire général, Horst Kohler (sic) et de... «maintenir un conflit international» qui pèse, selon le communiqué, sur «la stabilité de la région» et fait «endurer de nouvelles années de souffrance au peuple sahraoui» (resic).
Que Alger permette un recensement des populations des camps et ouvre la porte aux populations désireuses de regagner leur pays, en toute liberté.C'est là, la solution toute indiquée pour mettre fin à un conflit artificiel qui handicape le Maghreb, sévèrement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.