Climat : l'ONU appelle à abandonner les combustibles fossiles comme source d'énergie    Bourse Chevening : London Academy de Casablanca apporte son soutien    Maroc/Finance: Le Trésor place 7,6 MMDH d'excédents de trésorerie    Schalke : Amine Harit autorisé à se trouver un nouveau club    Sahara: la Zambie toujours aux côtés du Maroc    Météo Maroc: le temps prévu ce vendredi 7 mai    Lions de l'Atlas : Des matchs amicaux pour les dates FiFA de juin ?    La reprise des relations entre le Maroc et Israël renforce la dynamique de paix au Proche-Orient (M. Bourita)    L'affaire du dénommé Brahim Ghali sous les projecteurs de la presse nationale et internationale (Vidéo)    Maroc: bientôt une nouvelle loi sur le micro-crédit    Affaires Radi-Raissouni : Bouayach se positionne dans le gris    Le PAM, le PI et le PPS réclament «une bonne préparation des échéances électorales»    L'ONMT organise les "Tourism Marketing Days régionales" pour préparer la relance    La coopération Maroc-Serbie prendra une nouvelle dimension dans un proche avenir (ministre serbe des AE)    Le Maroc et l'ONU célèbrent l'Arganier à Agadir    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Climat : selon l'ONU, des mesures simples pourraient réduire le réchauffement dû au méthane    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Le Maroc rappelle son ambassadeur à Berlin    Mounir Satouri : Ghali-gate, rien ne saurait justifier l'impunité    Décélération du rythme d' accroissement du crédit bancaire en mars    La DGAPR dément les allégations fallacieuses véhiculées par Chafiq Omerani    Marchés/Ramadan: approvisionnement abondant et prix stables    Chelsea mate le Real et s'offre une finale anglo-anglaise    Ligue des champions de la CAF : Mouloudia Club d'Alger recevra le WAC le 14 mai    Covid-19 au Maroc: plus de 4,3 millions de personnes complètement vaccinées    Japon : l'état d'urgence prolongé, les JO compromis ?    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue gabonais    Madrid : une conservatrice à la tête du Parlement régional    Le Maroc représenté dans le nouvel institut de Jared Kushner    Cyclisme-Mondiaux 2025 : le Maroc favori pour accueillir l'événement    Le calligraphe Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Création d' un réseau d' acteurs pour la promotion des droits de l'Homme    Bill Gates, légende de l'informatique devenu milliardaire philanthrope    En Algérie, un haut dignitaire religieux renie aux Algéries non-musulmans leur nationalité    La France a profité du cannabis marocain    Temara: Un accord trouvé entre les éboueurs grévistes et le Conseil communal    Interview avec Mouna Hachim, écrivain: « Casablanca est victime d'un réel problème de gouvernance »    Exposition : «Primary Colors» se poursuit dans l'espace Artorium à Casablanca    WAC-SCCM (4-0) : Ce soir là, le Wydad a bien fonctionné !    Prime 3-Replay: Découvrez le courage inouï de Souileh dans la Catapulte infernale    Fitch Ratings confirme la notation par défaut des émetteurs en devises à long terme du Maroc    "Il faut avoir une démarche plus inclusive des TPME", affirme Chakib Alj    Covid: La France ouvre la vaccination aux mineurs de 16 et 17 ans atteints de certaines maladies graves    Botola Pro: les résultats et le classement de la 14ème journée    Le Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes dédié à la mémoire de feu Salaheddine Ghomari (Interview)    Coupe du Trône : Les FAR éliminent le RAJA et rejoignent le carré final    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Béchir Ben Yahmed, fondateur de "Jeune Afrique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19: la troisième vague sera plus féroce que la deuxième, estime un expert en systèmes de santé
Publié dans Barlamane le 11 - 04 - 2021

Le médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé Tayeb Hamdi a mis en garde contre une troisième vague de la Covid-19 caractérisée par sa rapidité, sa force, sa virulence et son profil plus meurtrier, et qui déferle actuellement sur l'Europe et d'autres parties du monde.
"C'est ce qui explique le recours des pays qui ont été largement touchés aux mesures très restrictives y compris le confinement général et généralisé, incluant même la fermeture des écoles", a indiqué Dr Hamdi, dans une analyse sur l'évolution de l'épidémie, appelant à éviter ce scénario au Maroc par le respect renforcé des mesures barrières et des mesures territoriales, ainsi que l'ajustement de celles-ci au vu de l'évolution de la situation en attendant une vaccination plus élargie de la population.
La troisième vague actuelle en Europe est rapide avec beaucoup plus de nouveaux cas, de cas critiques et de décès à cause des variants, essentiellement britannique en Europe, affirme l'expert, évoquant aussi le caractère virulent du variant britannique qui se propage 70% plus vite que la souche classique, avec 60% plus de virulence et de mortalité.
Pour clarifier la gravité de ces deux caractéristiques (plus de transmissibilité et plus de virulence), le médecin prend un exemple chiffré. Avec dix mille personnes infectées par le Sars-Cov-2, B.1.7.7, le début d'un mois, on trouvera à la fin du même mois environ 130 décès avec la souche classique, contre 7 fois plus de nouveaux cas pour le variant britannique et environ 10 à 11 fois plus de cas critiques et de décès.
Sur 1 000 cas d'infections par ce virus on observe 4,1 décès pour le variant britannique contre 2,5 pour la souche classique, a poursuivi le médecin, relevant que le taux de réinfection (le risque de faire une deuxième fois la Covid) est six fois plus avec le variant.
De même, le taux de reproduction du virus Rt est revu à la hausse d'une valeur qui va de 0,4 à 0,7 points selon les estimations, avec comme conséquence une épidémie plus rapide, et un taux de vaccination plus élevé à atteindre pour assurer l'immunité collective, a-t-il ajouté.
Il cite aussi l'infection qui est plus longue avec 13,3 jours de maladie en moyenne pour le variant britannique, contre 8.2 jours pour la souche classique, alors que la clairance virale est plus longue, soit 8 jours pour que le corps humain se débarrasse du virus au lieu de 6.2 jours.
Selon cet expert, une large infection au variant britannique donne lieu à des services de réanimation engorgés par des patients de plus en plus jeunes. C'est d'abord l'effet de la vaccination des personnes âgées qui a protégé ce groupe d'âge contre les formes graves et l'hospitalisation, mais aussi ce variant très contagieux qui fait ravage chez les jeunes moins respectueux des mesures barrières.
Même si les enfants sont moins contaminables et moins contaminants avec la souche classique, Dr Hamdi indique que le variant britannique plus contagieux augmente la transmissibilité chez tous les groupes d'âge, avec un risque beaucoup plus élevé de transformer les écoles en foyers épidémiques.
"Une pandémie évolue en vagues jusqu'à obtention d'une immunité collective indépendamment de l'existence de variants ou non", alerte-il notant qu'avec la présence de variants plus rapides et plus virulents, elle devient plus féroce.
Pour ces considérations, il relève que la stratégie d'aplatissement de la courbe de l'épidémie (Stop and Go) utilisée lors des vagues précédentes ne résiste pas à l'ampleur de cette troisième vague. Toutefois, insiste-il, la stratégie Zéro-Covid ou du moins casser la courbe, s'est révélée nécessaire dans les pays européens, avec des mesures généralisées, drastiques, incluant des confinements et la fermeture des écoles, pour des périodes suffisamment longues pour contrer la vague et freiner la transmission des variants, en accélérant la vaccination.
Sur ce registre, il a insisté aussi sur le renforcement des mesures barrières et restrictives et l'isolement strict des personnes positives et leurs contacts, expliquant que les variants sud-Africain et brésilien ont un profil plus accentué que le variant britannique, avec en plus une mise en cause de l'immunité et de l'efficacité des vaccins déployés actuellement.
Sans le respect strict et généralisé par toute la population des mesures barrières individuelles et collectives, les mesures restrictives et territoriales ne seront jamais assez suffisantes, a affirmé Dr Hamdi, appelant à tirer les leçons pour protéger notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.