Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus : le Maroc riposte, Christian Cambon bat en brèche des imputations diffamatoires
Publié dans Barlamane le 23 - 07 - 2021

Le président de la commission de la défense du Sénat, Christian Cambon, a déclaré que le Maroc fait l'objet de «campagnes de presse de dénigrement» destinées à le «déstabiliser».
Selon une enquête entachée d'irrégularités et d'approximations du consortium Forbidden Stories et Amnesty International, des milliers de numéros de téléphone ont été recensés comme cibles potentielles du logiciel Pegasus, commercialisé par l'entreprise israélienne NSO pendant l'année 2019. Ces révélations non étayées de preuves ont suscité l'indignation su sénateur français Christian Cambon.
«Quant on porte des accusations, il faut en assumer les preuves», a-t-il lancé dans des déclarations à la presse, affirmant que «les instigateurs de ces campagnes médiatiques de dénigrement cherchent avant tout à ternir l'image du Maroc», vu que «la réussite du Royaume par rapport à d'autres voisins fait tache, engendre des jalousies». En effet, les preuves matérielles mises en ligne dès ce dimanche par le Security Lab d'Amnesty International sont tout sauf concluantes. La méthodologie de ce rapport n'a jamais pu être validée de manière indépendante par des sources indépendantes. Plusieurs éléments de ce travail ont été remis en cause par le milieu de la sécurité informatique, ainsi que des proximités douteuses de certaines ONG avec des régimes liberticides et peu regardants des droits humaines.
«On est dans l'absurde. On voit bien que ces accusations sont des montages, et donc nous n'avons aucune preuve, et jusqu'à présent nous n'en avions jamais eu aucune» a-t-il cinglé. Pour Christian Cambon, le Royaume fait en ce moment «l'objet manifestement d'attentions particulières, de campagnes de presse et de dénigrement avec des accusations très graves».
Pour rappel, le Maroc a nié être client de NSO Group. Dans sa réponse portant sur l'utilisation supposée du logiciel espion Pegasus commercialisé par la société israélienne NSO Group, l'ambassade du Maroc en France avait affirmé qu'Amnesty International «a été incapable de prouver une quelconque relation entre le Maroc et [NSO]». Le 19 juillet, dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle MAP, le Maroc affirme n'avoir «jamais acquis de logiciels informatiques pour infiltrer des appareils de communication, de même que les autorités marocaines n'ont jamais eu recours à ce genre d'actes».
Christian Cambon a aussi pointé des «allusions et des généralisations», une manœuvre «agitée par une main qui, comme d'habitude et depuis longtemps, rassemble les adversaires du Maroc», et a souligné que «par chance, le Maroc a des amis». Le groupe d'amitié France-Maroc, qu'il préside au Sénat, est présent «pour témoigner de son amitié, dire que nous sommes [aux] côtés [du Maroc]. Nous souhaitons bien évidemment que toutes ces affaires cessent», a-t-il exhorté.
L'enquête dit avoir accumulé de multiples éléments, mais sans démontrer très catégoriquement que le Maroc est client de NSO ou qu'il opère des surveillances électroniques par le biais de Pegasus. Dans un communiqué publié ce 20 juillet, Rabat a «mis au défi les colporteurs d'allégations mensongères et infondées, dont Amnesty International et le consortium Forbidden Stories, ainsi que leurs soutiens et protégés, de fournir la moindre preuve tangible et matérielle, en appui à leurs récits surréalistes».
«On s'aperçoit que les crédits sont très sélectifs, on voit des pays voisins qui ne font l'objet d'aucune critique, ni sur le front des droits, ni sur le front du développement économique», a souligné Christian Cambon.
«Je pense que c'est une forme de jalousie à l'égard du Maroc et je trouve ça triste, parce que dans le monde difficile et compliqué dans lequel nous vivons (...) on voit des tentatives de déstabilisation partout», a-t-il pointé.
Christian Cambon a ainsi décrié une «espèce d'hostilité» à l'égard du royaume, de la part de «certains intellectuels, qui prennent le Maroc comme cible de critiques», et a qualifié ce dénigrement de «déraisonnable», ainsi que «ne correspondant pas à la réalité».
«Je pense que cela est parfaitement orchestré, ce qui me fait dire que si j'additionne les tensions avec l'Allemagne, avec l'Espagne, [et] maintenant cette affaire d'écoutes, les différents éléments laissent à croire que des gens agissent pour déstabiliser le pays», a-t-il accusé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.