Le PJD aura malgré tout un groupe parlementaire    Un ex-ministre algérien des Finances sous mandat de dépôt    Collectivités territoriales: 1,93 MMDH d'excédent à fin février 2021    Algérie : La harga fait un drame en haute mer    Meknès: célébration du 200è anniversaire du décès de Rabbi Raphaël Berdugo    Le peuple dans la rue, craint «un retour à la dictature Ben Ali»    Les opportunités d'investissement présentées aux hommes d'affaires chiliens    Une compétition alliant protection de l'environnement et action sociale et solidaire    Le Maroc à l'honneur !    Usyk détrône Joshua aux points et à l'unanimité    Rentrée universitaire : à quand une révision du décret de la création de l'ISADAC?    Un septembre automnal à Paris    France: le Prix Caméléon 2021-2022 met le Maroc à l'honneur    Parution :partis politiques et protestations au Maroc (1934-2020)    Le PI remporte la présidence de 5 communes sur 6 dans la province d'Aousserd    Armement : Ankara lorgne vers un nouveau lot de S-400 russes    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 septembre 2021 à 16H00    Coronavirus. Les patchs de vaccination arrivent !    L'Opinion : En attendant l'allégement...    MoulZeri3a.com l Une plateforme digitale pour « pérenniser » un métier traditionnel    Entretien entre l'ambassadeur du Maroc et le nouveau ministre libanais des AE Beyrouth    Sahel : La mission Barkhane serait « de plus en plus difficile politiquement »    Lutte contre les menaces NRBC : David Greene relève l'efficacité des FAR    La malédiction Brahim Ghali hante le gouvernement Espagnol    Rabat-Salé-Kénitra : première session du conseil régional consacrée à la refonte du règlement intérieur    Foot africain : Le Ghana vire son sélectionneur national    Coupe du monde de futsal (Lituanie 2021): "Le Maroc a bousculé l'équipe la plus titrée de la compétition", selon la FIFA    Australie : La pratique de l'alternance au Maroc saluée lors d'un séminaire    Reim Partners va gérer le premier OPCI de la CMR    Participation du Maroc à la 2e édition de l'exposition économique et commerciale Chine-Afrique    Ministère de la jeunesse, ministère de la culture... la force et l'âme !    Botola Pro D1 "Inwi" (4ème journée): Aujourd'hui à 19h15, la Jeunesse de Soualem face à l'Olympique de Khouribga    Rapt au Nigeria : libération de dix étudiants    Séisme en Grèce: Un mort et 11 blessés    Tourisme: une stratégie de relance se prépare à Agadir    Attijariwafa bank, « Banque la plus sûre en Afrique » selon Global Finance    Construction/Industrie manufacturière : Les chefs d'entreprises se montrent optimistes    Sept personnes interpellées : Saisie de 2 tonnes de chira à Agadir    Sinopharm et Pfizer: le Maroc recevra des quantités importantes de vaccins    Covid-19 : Plus de 8,26 millions de cas confirmés en Afrique    L'ancien patron de Tesco veut investir 22 milliards de dollars à Guelmim pour résoudre la crise énergétique au Royaume-Uni    Canada. ASMEX promeut le Halal et le Bio «Made in Morocco»    Allemagne : Le parti social-démocrate remporte les élections législatives    Mondial de futsal: le Maroc vaincu par le Brésil    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Me Olivier Baratelli : «le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus»
Publié dans Barlamane le 23 - 07 - 2021

Le Maroc, cité dans une enquête évoquant le logiciel d'espionnage Pegasus, a décidé d'attaquer en diffamation Amnesty et Forbidden Stories devant le tribunal correctionnel de Paris, a annoncé, jeudi, l'avocat du royaume dans un communiqué.
Me Olivier Baratelli, mandaté par le Maroc, a précisé sur la chaîne française BFMTV, que «le Maroc n'a jamais eu de liens contractuels ou commerciaux avec la société NSO», propriétaire de la solution sécuritaire Pegasus. «L'Etat marocain considère faire face à une nouvelle affaire de liste et que le passé a largement démontré qu'il était aisé de tirer des conclusions mensongères de telles pratiques», souligne l'avocat, déplorant un «procès d'intention médiatique, infondé et visiblement créé de toute pièce pour déstabiliser la relation diplomatique profonde entre le Maroc et la France».
«Le Maroc n'a jamais fait appel à la société NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus», dans une première réaction officielle publique. Une première audience procédurale est prévue le 8 octobre devant la chambre spécialisée en droit de la presse, mais le procès ne devrait pas avoir lieu avant environ deux ans, a-t-on précisé plutôt dans la journée.
Pegasus: l'avocat du royaume du Maroc affirme que "NSO n'a jamais eu de lien contractuel" avec le pays pic.twitter.com/K9m5uNJMel
— BFMTV (@BFMTV) July 22, 2021
Interrogé, lavocat a dit aussi que «deux ONG sont aujourd'hui au pied du mur, et qu'elles ont dix jours, selon la loi 1881 sur la liberté de presse, pour fournir les preuves qu'elles ont ou qu'elles n'ont pas». L'Etat marocain «entend immédiatement saisir la justice française car il souhaite que toute la lumière soit faite sur les allégations mensongères de ces deux organisations qui avancent des éléments sans la moindre preuve concrète et démontrée», avait accusé l'avocat français.
«Le Royaume du Maroc m'a chargé d'une réponse judicaire claire, limpide , directe, efficace pour contrecarrer ces rumeurs qui sont naturellement, totalement infondées», a relevé Me Baratelli. «C'est ubuesque d'imaginer que le Maroc ait pu placer sur écoute ou entendre ou infecter un téléphone comme celui du chef de l'Etat français» s'est-t-il indigné.
«Le Maroc nie catégoriquement les allégations malveillantes dont il fait l'objet et le Maroc est en mesure d'affirmer clairement, afin de couper court à cette rumeur délétère qui se propage sur les médias, qu'il n'a jamais fait appel à NSO» a-t-il rétorqué.
"Il n'existe aucune preuve matérielle", a-t-il assuré, dénonçant des rumeurs sans aucune assise qui ne sont fondées ni sur rien.
«C'est la raison pour laquelle, très officiellement, le Royaume du Maroc, son gouvernement, via son ambassadeur en France Chakib Benmoussa, m'ont demandé» d'entamer «deux procédures pénales lourdes contre ceux qui sont à la source de ces rumeurs», en l'occurence Amnesty International et Forbidden Stories, devant le tribunal correctionnel de Paris.
«Amnesty essaie depuis 2019 de colporter et d'alléguer cette rumeur», a-t-il souligné, disant que le Maroc réclame des preuves sans succès.
«La justice française est saisie. Un compte à rebours judiciaire vient de commencer», a-t-il pointé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.