الحكومة تقرر إلغاء إلزامية اختبار PCR للدخول إلى المغرب    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Covid-19: Annulation de la condition du test PCR pour accéder au territoire national    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus: la contre-offensive judiciaire marocaine contre les médias propagateurs de rumeurs sera exemplaire
Publié dans Barlamane le 28 - 07 - 2021

Le Maroc, cité dans les révélations controversées relatives au logiciel d'espionnage Pegasus, a entamé une riposte judiciaire en France contre des médias qui ont multiplié les attaques contre les institutions du pays, notamment via des procédures en diffamation.
Le 22 juillet, le Maroc avait lancé une première procédure en diffamation contre Amnesty et Forbidden Stories, les deux organisations ayant ébruité une très polémique liste contenant des numéros de téléphones ciblés par les clients de Pegasus, logiciel développé par le groupe israélien NSO.
Mercredi, l'avocat du royaume du Maroc, Me Olivier Baratelli, a annoncé avoir fait remettre quatre nouvelles citations directes en diffamation contre Le Monde et Mediapart, entre autres.
Dans une déclaration à Sputnik, l'agence de presse multimédia internationale liée au gouvernement russe, Me Olivier Baratelli a déclaré que le Maroc va «accentuer [s]a réponse judiciaire en France en engageant de nouvelles procédures pour faire sanctionner ces accusations d'espionnage sans fondements. Plus précisément, l'Etat marocain a décidé de saisir, à nouveau, la justice française pour faire cesser et condamner la propagation d'allégations mensongères par le journal Le Monde, le site d'information en ligne français Mediapart et Franceinfo du Groupe Radio France, qui reprennent, sans la moindre vérification, des informations totalement fausses d'Amnesty International et de son relais Forbidden Stories».
Les quatre nouvelles procédures pénales visent Le Monde, Mediapart, et France Radio. «Ces nouvelles procédures en appelleront d'autres contre tous les médias, journaux, radios ou télévisons, dont RFI et France Culture, qui ont à leur tour repris à leur compte, sans les vérifier, ces inepties», a déclaré Me Baratelli.
Pour ce dernier, «le Maroc entend ne pas laisser impunies les reprises de ces multiples mensonges et les fake news propagées par ces médias», affirmant que le Royaume «a décidé d'intensifier ses poursuites judiciaires, dès lors que, malgré ses demandes réitérées, ni l'ONG Amnesty International, ni le consortium Forbidden Stories, ni aucun des médias qui ont, sans vérification, repris à leur compte ces mensonges, n'ont apporté la moindre preuve, le moindre document, la moindre pièce pour tenter de justifier ces accusations totalement ubuesques».
Pour l'avocat français, il s'agit de «condamner sévèrement ces procédés dangereux qui consistent à reprendre des informations erronées sans les vérifier et que la justice ordonne une juste réparation du lourd préjudice moral subi.»
«Par ces nouvelles actions judiciaires, l'Etat marocain entend réaffirmer justement sa position clairement exprimée dans ses communiqués des 19 et 21 juillet: le Maroc n'a jamais été client de l'entreprise NSO et n'a jamais utilisé le logiciel Pegasus, ce qui permet de mesurer l'ampleur de la désinformation dont a été et est encore victime l'opinion publique internationale» a-t-il mentionné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.