Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!    Milan : trois jeunes marocains prendront part aux négociations de la pré-Cop26    Maroc / Royaume-Uni : construction du "câble" électrique sous-marin le plus long du monde    Tunisie : des manifestants redoutent «un retour à l'ère de Ben Ali» et dénoncent la France    Compteur coronavirus : 734 nouveaux cas, plus de 18,3 millions de personnes complètement vaccinées    Dakhla : six morts dans un accident de la route    Le marocain SMDM et le portugais Movicortes créent une joint-venture    Les indicateurs en hausse du 20 au 24 septembre    Un «marchepied» vers l'amélioration de l'inclusion financière    Le Médiateur du Royaume souligne le rôle de la médiation institutionnelle    Mali / Affaire Wagner : Moscou sort de son silence    Allemagne : La page Merkel tournée dimanche    Angela Merkel s'apprête à quitter la scène    Mondial Futsal 2021: Le Maroc quitte la compétition la tête haute    Plus d'une tonne de cocaïne saisie au large des Canaries    Bourita réaffirme l'engagement continu du Maroc    Italie : Interpellation du leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont    En une semaine, une troisième découverte archéologique au Maroc anime les médias    Royaume-Uni : Palier à une pénurie de main-d'oeuvre par des visas temporaires    La créativité et l'art se manifestent en «Muse»    Démolition du cinéma L'Opera à Salé    L'exilé du Mogador: un autre regard sur la guerre du Rif    Ligue 1 : Paris SG, le grand huit    Angleterre: Liverpool vire en tête, City dompte Chelsea, United se rate    Hamdallah bien parti pour quitter Al-Nasr    Mondial Futsal / Quart de finale : Maroc-Brésil sur BeIN Sports à 14h00    Algérie : le procès du frère de l'ancien président Bouteflika reporté    Interview avec Hassan Aourid «L'islam politique au Maroc connaît une crise profonde»    Belgique. Le fonds activiste Bluebell Capital Partners demande le départ de la marocaine Ilham Kadri, PDG de Solvay    Etats-Unis : au moins trois morts dans le déraillement d'un train    Décès de Abdelouahab Belfquih: affaire classée, pas d'acte criminel    Ouverture exceptionnellement de centres de vaccination au profit des élèves    L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé    Agadir : deux tonnes de drogue saisies, sept interpellations    Les enjeux de la capitale du Souss!    Algérie. La descente aux enfers    Coupe du monde féminine U20 : Reprise cet après-midi du reste du temps du jeu du match Bénin-Maroc interrompu hier    Témoignage : «Monkachi, un homme politique»    Exposition : Voyage dans l'âme de Zokhrouf    Somalie: huit morts et sept blessés dans un attentat suicide à Mogadiscio    Championnats du monde de Force athlétique : Le Marocain Nezar Ballil remporte la médaille de bronze    Au moins huit soldats tués dans une embuscade de l'Iswap dans le Nord-Est du Nigéria    Musique: morceaux conquérants    A propos de la campagne contre le Maroc : Quand parler de coordination n'est pas faire preuve de paranoïa    Moulay El Hassan El Mounadi du PAM, élu président du Conseil de l'arrondissement Ennakhil à Marrakech    Image : La FNM célèbre la photographie artistique    Festival: Il était une fois... le Street Art (Part I)    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pegasus n'est pas une affaire marocaine, malgré les déchaînements
Publié dans Barlamane le 30 - 07 - 2021

Qu'est-ce en effet que cette étrange affaire où un grand pays tel que le Maroc, qui a eu la grande et périlleuse mission de coopérer avec le France dans ses moments les plus difficiles, s'est vu réduit à venir disputer la dignité de sa conduite et de son nom à toutes les animosités de presse, à toutes les récriminations ? L'affaire Pegasus ne concerne nullement le Maroc.
Dans les articles du journal Le Monde sur l'affaire Pegasus, il se propage on ne sait quel goût de travestissements, de révélations équivoques, de divulgations hasardeuses qui ne respectent rien. Le quotidien, qui passe pour être inspiré par un courant hostile à Rabat, a entrepris la plus singulière campagne contre ce qu'il appelle le client marocain de Pegasus. Cette diversion assez excentrique, tentée au profit de ce certaines coteries, n'a pas donné l'effet escomptée. Il s'est élevé il y a peu de jours, dans la presse modérée et nuancée, une polémique bien plus sérieuse. Il ne s'agit ici de rien moins que le peu de preuves derrière les fuites de l'affaire Pegasus.
Radio France Internationale rapporte le souci de Paris de ne pas «pousser à une brouille diplomatique avec un pays ami comme le Maroc, avec lequel les relations bilatérales sont très fortes, notamment dans l'échange entre services de renseignements» avant de rappeler les nombreuses informations fournie à la France par le Maroc dans sa lutte contre le terrorisme.
«Au-delà de cet écran de fumée – ce coup de bluff, si je puis me permettre – monté de toutes pièces et sans preuve aucune, il convient de jeter la lumière sur les faits, loin de la polémique et de la calomnie», a tenu à préciser le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita, dans un entretien accordé au magazine panafricain Jeune Afrique. L'avocat de Rabat, Olivier Baratelli, a qualifié les accusations contre le Maroc «d'ubuesques». Il a révélé que NSO Group, la société israélienne détentrice du logiciel d'espionnage Pegasus, «n'a jamais eu de liens contractuels ou commerciaux» avec le Maroc et qu'«Emmanuel Macron n'a pas et n'a jamais été une cible sélectionnée par des clients NSO».
Les accusations du consortium, rappelle le site de «la Revue Internationale», se sont concentrées sur le Royaume chérifien. «Si 40 Etats, principalement européens, seraient clients de la start-up israélienne NSO Group, étonnamment, ces dernières restent pour le moment épargnées par la couverture des médias. Seules les nations émergentes font l'objet d'accusations d'espionnage» affirme la revue.
Le Maroc «a immédiatement démenti les accusations et a décidé de poursuivre en diffamation le consortium de médias. Rabat veut jeter la lumière sur les faits, et invite les acteurs à l'initiative de l'enquête à faire part de preuves tangibles et scientifiques pour justifier leurs accusations» a-t-on précisé.
Dans un article du Monde intitulé "Projet Pegasus" : face aux dénégations de NSO Group et du Maroc, "Le Monde" maintient ses informations", le quotidien français évoque de fait des "preuves matérielles" publiques, mais à la lecture de l'article, aucune nouvelle donnée n'a été divulguée.
Une opacité contestée l'Ambassadeur du Maroc en France Chakib Benmoussa, qui rappelle que l'acharnement est réitéré : "En juin 2020, Amnesty International nous avait accusés de surveiller des journalistes au Maroc en utilisant une telle application. Le chef du gouvernement avait déjà réfuté de tels faits et demandé dans une lettre adressée à l'ONG d'apporter les éléments de preuve qui permettraient de conforter ses accusations. Une demande restée sans réponse".
«Il existe des réseaux hostiles au Maroc, en France et ailleurs, qui sont dans une logique de déstabilisation», avance Chakib Benmoussa, avant de poursuivre : «Nous constatons également un timing particulier. Des éléments disponibles il y un an, ressortent aujourd'hui, de manière coordonnée, à l'approche de la Fête du trône, à l'approche des élections législatives, régionales et locales, dans un contexte où le Maroc réalise des avancées sur de nombreux sujets. Cela peut ne pas plaire».
En dehors du Maroc, les fuites et leur source sont interrogées. Le fondateur de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui a indiqué sur Twitter que «les connaisseurs savent que c'est trop facile et bien commode d'accuser le Maroc alors même que son roi a lui-même été espionné». Christian Cambon, à la tête de la commission des Affaires étrangères au Sénat, estime quant à lui que «la décision américaine de reconnaître la souveraineté du Maroc sur son Sahara a fait beaucoup de jaloux sur la scène internationale et a conduit à un acharnement très ciblé de certains pays».
Ce qui est sûr, c'est que la montée en puissance économique et diplomatique du Maroc dérange. «Certains dans ce cartel de supports médiatiques et d'ONGs n'arrivent pas à se faire à la réalité du Maroc qui réussit, se renforce et consolide sa souveraineté à tous les niveaux. Ils pensent pouvoir le mettre sous emprise. A leur grand dam, ceci n'est pas possible et ne le sera jamais», déclarait le 22 juillet Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères dans les colonnes de Jeune Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.