Dr Afif : la 3e dose du vaccin anti-covid protège "à plus de 90%" contre les formes graves de la maladie (vidéo)    Founders.ma, premier portail en ligne dédié à l'écosystème entrepreneurial de la région Marrakech-Safi    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    France/Covid: le projet de loi instaurant le pass vaccinal adopté définitivement par le Parlement    Fraude fiscale: d'anciens dirigeants et cadres de Wendel jugés à Paris    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    Chercheurs: les personnes doublement vaccinées ont 20% moins de chance d'être réinfectées    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Homicide volontaire : Un malade mental arrêté à Agadir    CAN-2021 : l'Algérie s'incline face à la Guinée équatoriale    Après sa visite au Maroc, Staffan De Mistura face à la déraison du polisario    Maroc/France: Le Maroc et Israël sont les principales cibles du "Pegasus Project"    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    Casablanca : Un nouveau cimetière pour palier le manque d'espaces d'enterrement    Bilan de la puissante éruption volcanique et de l'effrayant tsunami dans le Pacifique    Sécurité en Europe : 18 scénarios US pour punir la Russie    Covid-19 au Maroc : 5 428 nouvelles infections et 13 décès ce dimanche    France: le déficit public "proche de 7%" en 2021 (ministre)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 16 Janvier 2022 à 16H00    Selon des activistes algériens, l'incendie dans l'entrepôt d'équipements militaires à Alger porte la signature de généraux    Le PPS s'active sur tous les plans pour leur rapatriement immédiat    Netflix : ces séries à ne pas manquer en janvier    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    Mali: décès à Bamako de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta    Agadir. Un parc safari de 20 hectares pour admirer les lions en liberté    Le dirham se déprécie face à l'euro du 6 au 12 janvier    Open d'Australie: clap de fin pour le feuilleton Djokovic    Coupe du Roi d'Espagne: Interrompu samedi, le derby sévillan se joue dimanche à huis clos    CAN 2021 : Déclarations des Lions de l'Atlas avant Gabon – Maroc    CAN-2021: Le Ghanéen Benjamin Tetteh écope de trois matches de suspension    Covid-19 : Abdelillah Benkirane rassure sur son état de santé après sa contamination    Nouveaux vols exceptionnels de la RAM au départ du Maroc    Mehdi Bensaid reçoit la famille Megri après leur expulsion du domicile familial    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    Ricardo Bofill, l'architecte du Twin Center et de l'UM6P tire sa révérence    Covid-19: Report à la mi-mars du plus grand festival de BD de France    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc-Algérie : guerre de mots entre Hafid Derradji et ses collègues marocains de beIN Sports
Publié dans Barlamane le 16 - 08 - 2021

Le commentateur algérien Hafid Derradji et ses collègues marocains du réseau qatari beIN Sports ont échangé en fin de semaine des accusations violentes et inédites relatives à de récents événements politiques.
«C'est l'impudeur d'un individu arriviste unie à la frivolité des motifs, ce sont ces déclamations d'un individu proche d'un pouvoir contempteur des lois qui invoque, pour se justifier, des périls imaginaires, et ne paraît pas soupçonner ceux dont il entoure le pays qu'il gouverne» : ses mots, du journaliste marocain Amine Sebti, tournent en boucle sur les réseaux sociaux. La rhétorique belliqueuse des collègues a rapidement pris une tournure personnelle très enflammée. Alors que le commentateur algérien Hafid Derradji s'est fendu d'un tweet courroucé sur les déclarations du chef de la diplomatie israélienne Yaïr Lapid qui a confié avoir abordé avec son homologue marocain ses «inquiétudes au sujet du rôle joué par l'Algérie dans la région, son rapprochement avec l'Iran et la campagne qu'elle a menée contre l'admission d'Israël en tant que membre observateur de l'Union africaine», une guerre de mots a éclaté entre lui et ses collègues marocains de BeIn Sports le réseau qatari de chaînes de télévision sportives appartenant à BeIn Media Group, présidé par Nasser Al-Khelaïfi.
«Nos choix sont souverains y compris la demande de l'ouverture des frontières, vous êtes issu d'un pays où le régime n'a pas de libres allures, et vous répétez les formules dogmatiques de ses organes. Qu'avez-vous fait pour la cause palestinienne à l'exception de quelques slogans creux du boumédiènisme ?» a rétorqué Mohammed Ammor, président de la chaîne. «Les dévots vendus du principe d'autorité choisissent mal le moment et l'exemple pour proclamer leur haine contre le Maroc et son roi» a écrit l'ex-international marocain Youssef Chippo, actuellement conseiller de la chaîne.
La reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël a encore avivé les tensions avec l'Algérie qui a dénoncé des «manœuvres étrangères» visant à la déstabiliser, un discours jugé complotiste. De son côté, le Maroc considère l'Algérie comme «une partie prenante réelle du conflit» au dossier du Sahara.
«La conclusion vraiment pratique qu'il y aurait à tirer de l'examen des prises de position de cet individu [Hafid Derradji serait donc pour l'Algérie de se replier sur elle-même et de chercher avec ardeur dans sa vie politique intérieure cette obsession envers le Maroc qui est la condition la plus sûre de sa dégénérescence» a déclaré le représentateur marocain Youssef Ait El Haj.
«Les affaires publiques algériennes sont fort mal administrées. Un pays dont la prospérité paraissait illimitée, et la richesse de plus en plus croissante, se trouve avec un déficit dans son budget, avec des crises renouvelées. Grande leçon pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus de la dérive du régime algérien quoi corrompt tout ce qu'il touche et communique à tous les secteurs du pays sa propre impuissance» a déclaré un autre représentateur marocain de la chaîne.
Les relations entre Alger et Rabat a connu de nouvelles tensions après que le régime de Tebboune a décidé, le 18 juillet, de rappeler son ambassadeur au Maroc pour «consultations avec effet immédiat» après que «la représentation diplomatique marocaine à New York qui a distribué une note officielle aux pays membres du mouvement des non-alignés dans laquelle le Maroc "soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l'autodétermination du peuple kabyle"».
Durant une réunion du Mouvement des non-alignés les 13 et 14 juillet à New York, l'ambassadeur du Maroc aux Nations unies, Omar Hilale, a fait passer une note dans laquelle il estime que «le vaillant peuple kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination ». Un tabou pour Alger qui s'oppose à toute velléité indépendantiste de la Kabylie, région berbérophone historiquement frondeuse du nord-est de l'Algérie.
Ce n'est pas la première fois qu'un diplomate marocain exprime son soutien au séparatisme kabyle, en réaction à l'appui apporté par Alger aux milices du Polisario. Le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste) a été classé le 18 mai par les autorités algériennes comme «organisation terroriste».
Grèves, chômage chronique et paupérisation endémique, flambée des prix et pénuries de denrées de base: en Algérie, un front social en ébullition accentue désormais une profonde crise économique née de lu déclin de la rente pétrolière et aggravée par la pandémie de coronavirus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.