Edito : Faux débat    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : Bouteflika sera inhumé à l'est d'Alger
Publié dans Barlamane le 19 - 09 - 2021

Malgré l'embarras des autorités et des médias, le président déchu reposera dans le carré des martyrs du cimetière d'El Alia.
L'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, décédé vendredi, sera inhumé dimanche au carré des martyrs du cimetière d'El Alia à Alger, réservé aux héros de la guerre d'indépendance, mais il n'aura pas droit aux mêmes honneurs que ses prédécesseurs.
Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après 20 ans à la tête de l'Algérie, s'est éteint vendredi à l'âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée à Zeralda (ouest d'Alger) où il vivait reclus depuis deux ans et demi. Il doit être inhumé après la prière du Dohr (après 13H00 locales, 12H00 GMT), selon la télévision d'Etat. Sa dépouille sera exposée auparavant au Palais du peuple, bâtiment d'apparat du centre d'Alger, pour permettre à de hauts dignitaires et aux citoyens de lui rendre un ultime hommage, avant de prendre le chemin du cimetière d'El Alia, à une dizaine de km de là, selon plusieurs médias locaux.
C'est au carré des martyrs de ce cimetière que reposent tous ses prédécesseurs, aux côtés des grandes figures et martyrs de la guerre d'indépendance (1954-1962). Depuis l'annonce de son décès, qui a suscité des réactions embarrassées des autorités, l'incertitude planait sur le lieu où allait être enterré Abdelaziz Bouteflika et sur l'organisation de ses funérailles. Affaibli et aphasique après un AVC subi en 2013, Abdelaziz Bouteflika avait été contraint à la démission le 2 avril 2019, après près de deux mois de manifestations massives du mouvement pro-démocratie Hirak contre son intention de briguer un cinquième mandat consécutif.
Au terme de plusieurs heures de flottement sans réaction officielle, le président Abdelmadjid Tebboune, qui fut Premier ministre sous Bouteflika, a décrété samedi midi, dans un communiqué, la mise en berne du drapeau national «pendant trois jours», pour honorer «l'ancien président, le moudjahid (combattant de l'indépendance, ndlr) Abdelaziz Bouteflika».
Atermoiements
Les anciens chefs d'Etat décédés auparavant avaient été enterrés avec les plus grands honneurs à l'instar du premier président de l'Algérie indépendante Ahmed Ben Bella (1963-1965) qui eut droit à des funérailles solennelles après son décès en avril 2012. Abdelaziz Bouteflika, qui avait alors décrété un deuil national de huit jours, avait personnellement accompagné le cercueil du palais du peuple, où la dépouille avait été exposée, jusqu'au cimetière d'El Alia, en présence de toute la classe politique et des hauts dirigeants du Maghreb.
Le troisième président d'Algérie (de 1979 à 1992), Chadli Bendjedid, à l'origine de la démocratisation des institutions, avait également été enterré avec tous les honneurs en octobre 2012 et un deuil national de huit jours fut aussi décrété après son décès. Signe de l'embarras des autorités, les médias officiels n'ont évoqué que par des brèves le décès du président déchu, sans lui consacrer d'émissions spéciales, contrairement à ses prédécesseurs.
Ce n'est que samedi soir que la télévision d'Etat a évoqué, quoique brièvement, dans son journal télévisé les principales étapes du parcours politique de près de 60 ans de l'ex-président. Les atermoiements autour de l'organisation des obsèques illustrent aussi, selon des observateurs, des craintes de manifestations hostiles contre un président à l'image ternie. Le frère d'Abdelaziz Bouteflika, Saïd, actuellement en prison pour des accusations de corruption, a été autorisé à assister aux funérailles, selon son avocat, Me Salim Hadjouti.
En dépit d'un bilan controversé, «à plus d'un titre, Abdelaziz Bouteflika, chef de la diplomatie pendant 14 ans, président pendant 20 ans, a marqué l'histoire du pays depuis l'indépendance nationale», estime le politologue Mansour Kedidir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.