Akhannouch sur 2M et Al Aoula pour les 100 premiers jours du gouvernement    Bourita s'entretient avec Staffan de Mistura    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Libye : Une ONG annonce le décès de trois Marocains dans un centre de détention    Gabon-Ghana se termine par une bagarre générale : La CAF annonce les sanctions    La CAF confirme les dates des tirages au sort des Eliminatoires africaines du Mondial 2022 et de la CAN 2023    Maroc: la réouverture des frontières est recommandée (Expert)    Report sine die du festival international «ElHal» de Casablanca    Le Zajal marocain à l'honneur à la Maison de la Poésie à Marrakech    L'artiste-peintre Hamid Douieb expose ses œuvres récentes à Marrakech    Le festival d'Angoulême en mars    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Azzedine Ounahi : « Avancer comme il faut dans cette CAN »    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Coronavirus : Un milliard de doses de vaccin livrés via le programme Covax (OMS)    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Volkswagen va développer sa production de véhicules électriques en Chine    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Fraude fiscale: d'anciens dirigeants et cadres de Wendel jugés à Paris    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ben Bella, l'homme du clan d'Oujda | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 13 - 04 - 2012

« Le premier président de l'Algérie indépendante est décédé» ; «Cette fois-ci, il est mort le président Ben Bella» ; « Le Président Bouteflika décrète un deuil de 8 jours»… La presse algérienne a tenu, jeudi sur ses colonnes et sur ses sites web, à rendre hommage, à sa manière, à l'une des figures les plus emblématiques de l'Algérie. Le premier président de l'Algérie indépendante (1962-1965), Ahmed Ben Bella, décédé mercredi à Alger à l'âge de 96 ans, à son domicile familial à Alger, avait été admis, février dernier, à l'hôpital militaire Mohamed-Seghir-Nekkache (Aïn Naâdja), suite à un malaise. L'agence de presse officielle algérienne (APS) annonçait que les funérailles du défunt allaient avoir lieu vendredi au Carré des martyrs au cimetière d'El Alia. Le président algérien, Abdelaziz Bouteflika, a décrété, à l'occasion, un deuil national de huit jours à compter du mercredi, sur l'ensemble du territoire national, précisait la présidence de la république algérienne, rapportée par l'APS.
Le clan d'Oujda
22 octobre 1956 à l'aéroport de Rabat. Ahmed Ben Bella, Mohamed Khider, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Boudiaf et Mostefa Lacheraf, les cinq leaders du FLN s'apprêtant à prendre l'avion d'Air Maroc à destination de Tunis. Au milieu, en tenue militaire, feu Hassan II, alors prince héritier.
Fils de paysans marocains originaires de Sidi Rahal près d'El Jadida, ayant émigré, Ben Bella est né à Maghnia dans l'Oranie, en Algérie. Sa date de naissance n'est pas précise entre 1914 et 1916, mais l'historiographie du personnage retient 1916. Après des études secondaires à Tlemcen, il joue la saison 1939-1940 à l'Olympique de Marseille comme milieu de terrain. Durant la seconde Guerre mondiale, il combat dans l'armée française au sein du 5e régiment de tirailleurs marocains de la 2e division d'infanterie (2e DIM) et en 1944, il participe à la bataille du monte Cassino au sein du Corps expéditionnaire français commandé par le général Juin, puis aux campagnes de France et d'Allemagne au sein de la 1e armée du général de Lattre. Promu adjudant, il est cité quatre fois, dont deux, à l'ordre de l'Armée et décoré de la Médaille militaire par le général de Gaulle en avril 1944 en Italie. Marqué par les massacres du 8 mai 1945, il adhère au PPA–MTLD, de Messali Hadj. Il est ensuite élu conseiller municipal de sa ville en 1947. Membre de l'O.S. dirigée par Hocine Aït Ahmed avec Rabah Bitat, il participe au casse de la poste d'Oran de 1949 afin de financer le parti.. En mai 1950, il est arrêté à Alger, jugé coupable et condamné, deux ans plus tard, à sept ans de prison. Il s'évade en 1952 et se réfugie au Caire auprès d'Hocine Aït Ahmed et de Mohamed Khider avec qui il formera plus tard la délégation extérieure du Front de libération nationale (FLN). Un des neuf chefs historiques du Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA), il est arrêté une deuxième fois lorsque est détourné l'avion qui le conduisait du Maroc à Tunis en compagnie de Mohamed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Khider et Mostefa Lacheraf. Libéré en 1962 après son emprisonnement au Fort Liédot sur l'île d'Aix, il participe au congrès de Tripoli où un différend l'oppose au GPRA. Après les accords d'Evian, il critique en effet la légitimité du gouvernement provisoire et se heurte à Mohamed Boudiaf et Belkacem. Il rentre alors à Alger et, le 27 septembre 1962, est désigné président du Conseil. Il installe alors un pouvoir.
Renversement et exil
4 août 1962. La foule acclame Ahmed Ben Bella et brandit un portrait de lui pour l'accueillir à son arrivée à Alger. L'Algérie a proclamé son indépendance après la signature des accords d'Evian le 18 mars 1962 et leur ratification par référendum en France puis en Algérie le 1er juillet 1962.
Il est renversé par le coup d'Etat de Boumedienne le 19 juin 1965, emprisonné jusqu'en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980. Gracié par le président Chadli Bendjedid, il s'exile en Suisse en 1981. Il crée alors le Mouvement pour la démocratie en Algérie et se rapproche d'un autre « chef historique» , exilé, de la révolution algérienne, Hocine Aït Ahmed. Il revient en Algérie le 27 septembre 1990. Il assiste à la prestation de serment du président Abdelaziz Bouteflika en 2009 et il prône la réconciliation avec les islamistes en Algérie En 2007, il est nommé président du groupe des Sages de l'Union africaine. Par la suite, il devient membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009. Membre fondateur de l'Organisation de l'union africaine (OUA), il présidait, depuis 2007, le Groupe des sages de l'Union africaine (UA). Le quotidien Liberté, dans son édition du jeudi, écrivait: « Ben Bella sera enterré comme un président de la République dans une tombe forcément profonde tant l'énigme a, de tout temps, accompagné le personnage».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.