Affaire Pegasus: la justice française examine la plainte du Maroc    CESE: lancement de la plateforme numérique participative « Ouchariko »    Maroc: rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Renault, Nissan et Mitsubishi Motors annoncent une feuille de route commune    Glencore et Managem signent un partenariat stratégique    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    CAN: Amrabat s'exprime au sujet du match contre l'Égypte    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Officiel)    Les chutes de neige interrompent la circulation entre Agdz et Ouarzazate    La bonne parole littéraire    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    Etchika Choureau, grand amour de Hassan II, n'est plus    Big Fail (2) : L'application Wiqaytna subit le même sort que le site CovidMaroc    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    Vaccin anti-Covid: Une généralisation de la 4è dose pas recommandée en France    L'ONU salue le leadership du Maroc    L'angoisse hydrique dans le Souss    CAN 2021 : Le drame du stade d'Olembé, principal événement des huitièmes    CAN 2021 / Les Comoriens, les plus valeureux, les plus sympathiques en huitièmes !    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Affaire Pegasus : « 2M » déconstruit la manipulation des leaks    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    La Bourse de Paris recule après la Fed    Khouribga : Report au 28 mai prochain de la 22ème édition du Festival International du Cinéma Africain    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 27 janvier    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    UA : Le Maroc réitère son attachement à la solidarité africaine pour éradiquer la pandémie de la COVID-19    Chutes de neige et averses au Royaume ce jeudi 27 janvier    L'espoir s'amenuise pour retrouver des migrants ayant chaviré au large de la Floride    Le PAM, membre du gouvernement, plaide pour la réouverture des frontières    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Moncef Marzouki : « J'ai tenté une médiation entre le Maroc et l'Algérie dans le cadre de l'autonomie qui est la solution au conflit autour du Sahara »
Publié dans Barlamane le 26 - 11 - 2021

L'ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a déclaré dans une interview exclusive au site Arabi Post qu'il avait tenté une médiation entre le Maroc et l'Algérie. Il a déploré le fait qu'Alger avait fait la sourde oreille, rejetant toutes les initiatives visant à apaiser les relations entre les deux pays. Et ce, puisque l'Algérie soutient activement le front séparatiste du polisario, pour porter atteinte à l'intégrité territoriale du royaume. M. Marzouki, a également souligné que l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc est la solution à ce conflit artificiel qui date depuis plus de quarante ans.
Au début de l'entretien avec Arabi Post, Moncef Marzouki a indiqué que le dialogue entre le Maroc et l'Algérie est ce dont l'Union du Maghreb Arabe a besoin pour éviter toute division et fracture dans la région. Dans ce contexte, il a réitéré son soutien à l'initiative du Maroc d'autonomie au Sahara marocain, considérant que le front polisario soutenu par l'Algérie adhère à la mise en place d'un sixième Etat. Ce qui, explique-t-il, ne fera que contribuer à l'épuisement de toutes les parties dans la région, en conduisant la région au même sort que connaissent les pays du Moyen-Orient.
Crise Maroc-Algérie
S'exprimant sur la crise entre le Maroc et l'Algérie, l'ancien président tunisien a déclaré qu'il avait tenté une médiation entre les deux pays durant sa présidence. Marzouki a précisé que si côté algérien, on l'a ignorée, le Maroc lui, était prêt à ouvrir le dialogue. Cependant, a-t-il déploré, les choses ne se sont pas passées comme prévu et sont restées en suspens entre les deux pays.
Al-Marzouki a, dans ce contexte, déclaré égalementv: « en tant que Maghrebin, je crois en l'Union du Maghreb, et je constate que nos peuples en ont besoin. A contrario, je vois un glissement rapide vers l'inacceptable entre le Maroc et l'Algérie», appelant les voix de la raison au Maghreb à s'unir pour éviter ce dérapage : « Nous pensons rassembler le plus grand nombre de personnalités maghrébines pour tenter de mener toute action en vue de rapprocher les points de vue et jouer le rôle de médiateur ».
L'ex-président de la Tunisie a insisté en ajoutant : « Il n'est pas permis de permettre cet effondrement, car nous deviendrons comme le Moyen-Orient arabe. Dieu merci, jusqu'à aujourd'hui, nous avons pu maintenir un niveau minimum de stabilité et de sécurité », convaincu que si le Maghreb devient comme l'Orient, la nation islamique s'effondrera d'est en ouest. C'est en cela, défend Marzouki, que la région se doit de maintenir paix et sécurité, avant de revenir à la construction économique, sociale et environnementale.
Quelle est la solution à la crise ?
Dans cette optique, l'ancien président tunisien a déclaré : « la situation nécessite de se poser une question qui est la suivante : où mènera cette politique qui prévaut depuis quarante ans, de non-dialogue sans l'instauration d'une république sahraouie. Le fait est que nous n'avons abouti qu'à une situation sahraouie tragique. »
Marzouki a estimé que cette politique draine de grandes énergies tant de l'Algérie que du Maroc, et que la seule solution agitée par le front polisario du référendum n'aboutira à aucun résultat. Quant à l'établissement d'une république sahraouie au Maghreb arabe, elle ne conduira qu'à l'épuisement des forces algériennes et marocaines, et spécifiquement sahraouies, humainement.
L'ancien président tunisien a souligné qu'un changement doit être opéré et une solution recherchée, dans le cadre de l'Union du Maghreb, et de l'autonomie, ajoutant : « Je dis toujours à mes frères sahraouis : avec l'autonomie, vous aurez 3 patries, la première est l'autonomie, puis une patrie large, qui est le Maroc, et une patrie encore plus large, qui est l'Union du Maghreb , mais pas nécessairement en passant par l'établissement d'un sixième Etat ».
M. Marzouki a précisé que « l'histoire ne se soucie pas de la division des Etats, mais de leur union : je le dis par amour pour l'Algérie et des Sahraouis, même si on m'accuse de prendre parti pour le Maroc », concluant ses propos en déclarant : « la sagesse demande à reconsidérer la situation, car si nous nous tournons vers l'éventualité d'un référendum et l'établissement d'un nouvel Etat, nous nous tournerons vers la guerre et les tragédies qu'elle induit, dont les grandes pertes parmi les populations. La seule solution, à mon avis, est de réfléchir de la manière qui s'intéresse à la construction de l'Union du Maghreb, et non pas à sa division ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.