L'OFI plaide pour des listes électorales égalitaires    OCDE : le Maroc ne figure pas parmi les gros émetteurs de carbone    Forum de Davos : Le redressement de l'économie post-Covid en débat (vidéo)    Musées : La FNM lance un concours pour la création et la réalisation graphiques destinées à la refonte de son identité visuelle    Le rock maghrébin en concert à Meknès    "Communication de crise. Crise de communication", nouvel ouvrage de Mustapha Elouizi    Le souffle révolutionnaire donne un nouvel élan au cinéma soudanais    Le dirham se déprécie de 0,67% face à l' euro    Smartphones : Attention au hacking malveillant !    La Chine accorde un grand attachement envers l'Afrique    Navalny marque des points dans un combat à hauts risques avec le Kremlin    La Ligue arabe salue les accords auxquels les parties libyennes sont parvenues à Bouznika    L'Opinion : La Maison tranche...    Zakaria Aboub: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium à la CAN U20    Le Onze des locaux attendu de pied ferme par l'Ouganda    Youssef En-Nesyri, au sommet de la Liga    Quelles mesures anti-Covid des Jeux Olympiques Tokyo 2021 ?    L'INDH à la rescousse de l'école publique    L'IF du Maroc soutient les librairies indépendantes francophones au Maroc    Foire Aux Questions sur les vaccins anti-Covid-19    Covid-19: Mobilisation des moyens appropriés pour réussir la campagne de vaccination    La souveraineté du Maroc sur ses terres, cette indéniable réalité qui enrage la junte et ses marionnettes    Un décret Royal relatif au statut particulier des internes des hôpitaux au menu du Conseil de gouvernement    Rabat : Une convention entre la Faculté de droit et le Parlement    «ISRAE, ELLE...», nouveau roman de Mohamed Ouissaden    Quand Victor Hugo guerroie contre l'anankè    Bientôt un prix spécial du nom de feu Noureddine Saïl    Le frère de Maître Gims s'installe à Marrakech    Neta ElKayam « La musique ancienne judéo-marocaine est la voix du futur »    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    La CGEM coopte la Fédération Marocaine de l'Externalisation des Services    Les Etats-Unis comptent s'appuyer sur les succès de la normalisation avec le Maroc dans les relations américano-israéliennes    Impôts: ce qui change pour les commerçants    Le trafic y afférent a grimpé de 20% en 2020: Tanger Med, 1er port à conteneurs de la Méditerranée    France : reprise des visas de regroupement familial    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »
Publié dans Albayane le 03 - 12 - 2020


Moncef Marzouki persiste et signe
L'ancien président tunisien, Moncef Marzouki, a affirmé que le régime algérien « prend en otage » les séquestrés « pour un choix politique fallacieux », jugeant judicieux de les voir regagner la mère-patrie, le Maroc, au lieu de croire à des perceptions erronées.
« Le régime algérien sur le déclin vend des illusions aux sahraouis qu'il détient comme otages au service d'un choix politique fallacieux », a-t-il dit lors d'une rencontre par visio-conférence organisée par une association algérienne sur la situation des libertés et de la démocratie en Algérie.
Il a ajouté que le régime algérien a commis un crime envers son propre peuple, qui s'est révolté contre lui, envers l'union maghrébine et envers les sahraouis séquestrés à Tindouf depuis quatre décennies dans des conditions difficiles, tout en s'interrogeant sur les « illusions qu'il est en train de vendre ».
« Pris en otage par le régime algérien », les séparatistes du « polisario » « courent derrière une patrie chimérique qui n'existera jamais », a-t-il estimé.
L'ancien président tunisien a avancé dans ce sens l'idée de vivre sous la souveraineté marocaine au lieu « d'être sous le protectorat ou les pressions dans une région saharienne algérienne ».
Ils auront le droit de s'installer en Tunisie ou de travailler en Libye ou en Algérie, de contribuer aux élections qui se déroulent dans les pays de l'UMA dans un espace ouvert qui leur garantit une vie digne au sein de 100 millions maghrébins, a-t-il poursuivi.
Le régime algérien « est dans une position peu enviable », car il se trouve face à « un mouvement de contestation populaire pacifique sans précédent, qui a constitué l'événement principal en Algérie l'année écoulée », a affirmé M. Marzouki, soulignant que ce « hirak » a prouvé sa capacité de réaliser « une révolution civile, démocratique et pacifique ».
Les méthodes testées depuis l'indépendance par ce régime, « qui ne peut pas être réformé et qui est en déclin sur le plan politique et moral, « sont devenues inefficaces » face à un peuple qui sait comment s'en sortir.
M. Marzouki a par ailleurs souligné que le régime algérien tente, à travers la campagne systématique de répression, de semer la terreur au sein du peuple, car c'est « un système qui ne peut évoluer que dans le cadre de la violence », mettant en garde contre le basculement de certaines forces dans la violence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.