La revue de presse du jeudi 26 mai    Gestion de l'eau: «le Maroc peut profiter l'expérience israélienne», assure Orit Farkash-Hacohen    Une amende de 150 millions de dollars pour Twitter    La météo pour ce jeudi 26 mai 2022    Météo au Maroc: les prévisions du jeudi 26 mai    AC Milan: coup dur pour Ibrahimovic    Rabat: l'ambassade du Suriname inaugurée    Hakim Ziyech s'en prend violemment à Vahid Halilhodzic (VIDEO)    Maroc/Covid-19: 170 nouveaux cas et 1 décès ces dernières 24h    Découvrez « Yallah Rouh », le dernier clip de Samira Saïd (VIDEO)    La danseuse Maya au cœur d'une polémique    CEDAW: HarmonizationNow salue la décision du Maroc mais affiche ses réserves    Guerre en Ukraine : La Russie veut l'appui de l'Afrique pour la levée des sanctions occidentales    Frontières maritimes : L'ambassadrice du Maroc en Espagne tente de rassurer les Iles Canaries    Qui est Salvador Ramos, le tireur d'Uvalde ?    Romain Saiss proposé au Barça, le Betis et Besiktas à l'affût    Partygate: Un rapport accuse Boris Johnson qui refuse de démissionner    AZIZ, l'intellectuel révolutionnaire, qui a su lier la pensée à l'action    Meurtre de Shireen Abu Akleh : Washington pour une enquête «complète et transparente» mais pas à la CPI    Sahel : Une crise alimentaire aiguë pointe à l'horizon    Des milliers de traversées de la frontière entre le Maroc, Ceuta et Melilla une semaine après son ouverture    Le Maroc accueille une réunion de militaires et civils libyens    Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective    Vidéo. Sélection nationale: Vahid défend ses choix    Le Museo Arqueológico Nacional célèbre les liens entre le Maroc et l'Espagne dans sa nouvelle exposition    Le Cercle des Eco. Comment renforcer et fidéliser sa Customer community ?    Couverture médicale pour les agriculteurs : 4 conventions majeures signées à Rabat    Nadia Fettah prend part aux assemblées annuelles de la BAD    Canada : Consulat mobile au profit des Marocains de l'Alberta    Menace des attentats du Polisario. La stratégie de l'Algérie pour déclencher un conflit généralisé avec le Maroc ?    La liste des 25 Lions de l'Atlas pour la date FIFA de juin 2022    Brahim Ghali, génocidaire en chef du Polisario : Madrid a «des factures en attente qu'un jour elle devra payer»    La Journée mondiale de l'Afrique célébrée ce mercredi 25 mai    Sélection nationale: voici la liste des joueurs convoqués par Vahid Halilhodžić    «Casa-Paris», le beau duo d'Issam Kamal et AliceCatDesigner    Une Mercedes de 1955 vendue 135 millions d'euros, record mondial pour une voiture aux enchères    Le temps qu'il fera ce mercredi 25 mai 2022    Emballage en papier: Smurfit Kappa choisit le Maroc pour son premier investissement en Afrique    Variole du singe au Maroc : les 3 cas suspects testés négatifs    L'espace maroco-italien invite Mohamed El Jem et sa troupe chez Da Vinci    Gestion de l'eau : Les recommandations clés de Nizar Baraka en matière de gouvernance    Visite au Maroc du chef d'Etat-major général des Forces armées mauritaniennes    Fusillade au Texas. Biden tire sur le lobby des armes    Variole du singe : la flambée des cas reste « maîtrisable », selon l'OMS    Chelsea passe des Russes aux Américains    Les couleurs du Maroc brillent à Cannes pour la troisième année consécutive    SIEL : la 27e édition célèbre la littérature africaine    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Netflix déclenche une tempête en Egypte : Alcool, tromperies et homosexualité
Publié dans Barlamane le 25 - 01 - 2022

Netflix voulait frapper un grand coup avec sa première production panarabe « Ashab wala Aaz », « Les meilleurs amis du monde » en arabe. Objectif atteint : en Egypte, le plus peuplé des pays arabes, certains s'agitent pour le bannir et les autres se pressent pour le voir.
C'était la sensation attendue du début d'année: le film réunit des acteurs connus du Liban et d'Egypte, les deux mastodontes de la pop culture arabe. Et il est le remake d'un long-métrage italien à succès, « Perfect Strangers » — dont la version française, « Le jeu », a déjà fait un carton sur la plateforme en ligne.
Trois jours après sa sortie, « Ashab wala Aaz », qui raconte un jeu entre amis qui tourne mal, figure en tête des dix films les plus regardés sur Netflix dans le monde arabe.
Mais en Egypte, un avocat a saisi le ministère de la Culture et le service de la censure pour faire « interdire » un film qui, dit-il, « vise à briser les valeurs familiales » et le très zélé député Moustafa Bakri a réclamé une session extraordinaire du Parlement pour se pencher sur la question.
Interdire Netflix
L'histoire est celle de trois couples –deux Libanais, un Egyptien– qui se retrouvent pour un dîner arrosé. Au cours de la soirée, ils acceptent de se prêter à un jeu: mettre leur portable sur la table et partager chaque message ou appel avec l'ensemble du groupe. Des épouses découvrent des maîtresses, des amis des trahisons, des maris des liaisons et le groupe que l'un d'eux est homosexuel, dans un quasi huis-clos.
M. Bakri, lui, assure avoir scruté chaque plan. Résultat? « Il y a plus de vingt scènes pornographiques », assène-t-il –alors qu'aucune scène érotique, pas même un baiser, n'apparaît dans le film, que Netflix interdit aux moins de 16 ans pour son langage grossier.
Le député, qui s'érige régulièrement en gardien des mœurs, est allé sur tous les plateaux des talk-shows les plus suivis du pays de 102 millions d'habitants pour réclamer rien moins que l'interdiction pure et simple de Netflix en Egypte.
Le tort de « Ashab wala Aaz »? Montrer un père discuter avec sa fille de sa première relation sexuelle après la découverte de préservatifs dans son sac par sa mère et « défendre l'homosexualité alors que nous sommes une société orientale », accuse M. Bakri.
« Il y a une différence entre ne pas dénoncer un phénomène et l'encourager », répond le critique de cinéma Tarek al-Chennaoui dans un pays où l'homosexualité n'est pas expressément prohibée mais où la répression des personnes LGBTQ+ s'est accrue depuis l'élection du président Abdel Fattah al-Sissi en 2014.
Une actrice critiquée
Et surtout, plaide M. Chennaoui, le cinéma égyptien n'a jamais été frileux.
Il y a près de 20 ans, le public se ruait dans les salles pour « Sahr el-Layali », « Nuits blanches » en arabe, l'histoire de quatre couples qui se déchirent après un dîner entre amis avec, au menu, impuissance masculine, adultère et écarts entre classes sociales.
Plusieurs films égyptiens, dont « L'Immeuble Yacoubian », adapté du roman d'Alaa Al-Aswani, ont déjà traité de l'homosexualité de manière explicite.
Et comble de l'ironie, en 2016, le prix du meilleur scénario au Festival du film du Caire était décerné à… « Perfect Strangers »!
Mais dans un pays où conservatisme et lecture rigoriste de l'islam n'ont cessé de progresser, une femme concentre toutes les critiques: l'unique actrice égyptienne de « Ashab wala Aaz », Mona Zaki.
A l'écran, elle joue une femme prise entre une belle-mère qui la méprise et un mari qui ne la touche plus. A la ville, les internautes réduisent l'actrice — qui jouait justement dans « Sahr al-Layali » aux côtés de son mari Ahmed Helmi à leurs débuts — à son seul statut d'épouse.
Plutôt que de s'adresser à elle, ils interpellent M. Helmi, l'un des acteurs égyptiens les plus célèbres qui, lui, n'est pas au casting de Netflix.
« Comment a-t-il pu autoriser sa femme à jouer ce rôle? », écrit l'un. D'autres vont plus loin encore et lui demandent de la répudier immédiatement.
« C'est un film courageux et original », rétorque sur Facebook Khaled Ali, grande figure de la gauche égyptienne.
« Tout ce dont il parle existe bel et bien dans nos sociétés, n'en déplaise à ceux qui préfèrent l'ignorer, se taire ou attaquer ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.