Préservation de la biodiversité: La fondation OCP soutient le Sénégal    Le Maroc dément tout contact avec la "république autoproclamée de Donesk"    Plus de 2,6 MMDH pour la réhabilitation des établissements scolaires en 2022    La météo pour ce mardi 28 juin 2022    Coup d'envoi à Rabat de la 21ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida"    JM Oran 2022 : Pour suivre Algérie – Maroc ce mardi    Sahara : L'ONU reste prudente sur une nouvelle tournée de De Mistura    Maroc : Saisie de 67 kg de cocaïne au port de Tanger ville    Evénements de Nador-Mellilia : Une délégation du CNDH sur place    Migration clandestine : L'UE coopère avec le Maroc et l'Espagne pour comprendre le drame de Melillia    Baraka à Tanger pour parler eau, énergie et sécurité alimentaire (VIDEO)    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida" : Coup d'envoi, à Rabat, de la 21ème édition    Affaire Brahim Saadoun: le Maroc dément tout contact avec les séparatistes du Donbass    Le Maroc dément tout contact avec la « république autoproclamée de Donesk », non reconnue ni par le Royaume ni par les Nations Unies    Le Maroc prend part à la réunion de préparation du Forum du Néguev    Etablissements scolaires. Plus de 2,6 milliards de dirhams en 2022 pour leur réhabilitation    Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    Le Maroc bat la l'Egypte 5-2 et file en finale    Collectivités territoriales: les recettes fiscales en hausse à fin mai    Une haute délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Le G7 annonce durcir ses sanctions contre Moscou    Le RCOZ retrouve espoir, le MCO en danger    573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Technologie GPON : ce qu'il faut savoir…    Melilla : Plus de 60 migrants déférés devant les tribunaux de Nador    Covid-19: 715 nouveaux cas et 03 décès en 24H    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance au Maroc la production des composants de fuselage    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Gazoducs, passages maritimes, AQMI et Boko Haram
Publié dans Barlamane le 08 - 05 - 2022

Les deux sorties consécutives du régime algérien les 23 et 27 avril derniers par respectivement le président et son ministre de l'Energie, sur le gaz qui transitera à travers le GME selon les accords entre Rabat et Madrid, interpellent à plusieurs niveaux.
Le premier, au niveau de l'ingérence d'un pays tiers sur une infrastructure hors ses frontières. Ce niveau relève de la compétence des deux Etats concernés de dénoncer pareille immixtion dans des affaires bilatérales. D'ailleurs, si le Maroc, habituellement, ne prête pas attention aux vociférations et provocations algériennes, l'Espagne, par la voix de son ministre des Affaires étrangères et de sa ministre de la Transition écologique et troisième vice-présidente du gouvernement , a recadré Alger. Ce qui nous mène tout droit au deuxième niveau de lecture.
Il concerne à la fois le manque de maturité et le manque de fiabilité du régime militaire algérien de plus en plus inquiétant.
Voilà un pays qui a réaffirmé, en août 2021, ne pas revenir sur sa décision de non-reconduction du contrat relatif aux hydrocarbures avec le royaume, via le GME qui relie le Maghreb à l'Europe, en alimentant principalement l'Espagne. Cette dernière a vu son approvisionnement en gaz algérien décroître via Medgaz aux capacités de débit bien moindres. Tout ceci motivée par une guerre diplomatique que mène Alger contre le Maroc. Ce que l'Algérie a prouvé par cet acte c'est qu'elle n'hésite pas à mettre en danger ses partenaires européens qui sont aussi ses premiers clients et ses premiers pourvoyeurs d'aides. Elle les fragilise ainsi sur les plans de sécurité énergétique et de sécurité tout court, au plus fort de la guerre Russie -Ukraine aux conséquences énergétiques mondiales désastreuses encore à venir.
En Europe, l'on savait l'Algérie non fiable sécuritairement. Et ce, bien avant ce positionnement de 2021 aux ramifications plus diverses qu'un simple approvisionnement en énergie et bien avant ces menaces incessantes d'avril 2022 de fermer les robinets de gaz à l'Espagne.
Un rapport de l'UE datant de juin 2013, à l'époque où la communauté européenne, comme les USA d'ailleurs, croyait pouvoir contenir et infléchir les visées et marges de manoeuvres illicites algériennes au Sahel aux multiples ressources (uranium, or...) affirme le peu de fiabilité de l'Algérie et la dangerosité de mettre entre ses mains la sécurité de toute une région. Florilège :
-" l'Algérie joue un rôle ambivalent dans la région";
-"L'Algérie est à son tour critiquée en raison de sa position ambiguë dans la région, de ses efforts insuffisants en matière de surveillance et de contrôle des activités des groupes armés au Sahel, et de sa réticence à partager les renseignements concernant les acteurs impliqués au Mali".
-Certains experts ont également avancé que l'Algérie a été très peu touchée par les activités d'AQMI et que le pays se sert de cette organisation comme prétexte pour renforcer son prestige régional dans la lutte contre le terrorisme.
"Certains y voient également une intention cachée de défense de la position du pays en tant qu'acteur essentiel dans le Nord du Mali."
-« L'ambiguïté de certaines positions algériennes est peut-être liée au caractère particulier des menaces transnationales dans la région du Sahel, et celui-ci doit être pris en considération en cas de recommandations politiques".
-"Le Sahel est le terrain de plusieurs réseaux exerçant des activités extrêmement diversifiées, et l'Algérie occupe une place centrale pour un grand nombre d'entre eux. Ces réseaux comptent des hommes d'affaires ordinaires exerçant des activités entièrement légales mais également des trafiquants de cigarettes et de marchandises subventionnées (produits alimentaires et pétrole) en provenance de Libye et d'Algérie et à destination du Mali et du Niger, ainsi que des individus exerçant des activités illicites bien plus graves telles que le transport des migrants de l'Afrique subsaharienne jusqu'en Afrique du Nord et en Europe" .
C'est cette nonchalance occidentale, malgré sa pleine conscience de l'ambivalence des positions d'Alger fortement défendue par Paris, qui permet à ses dirigeants de prétendre avoir un droit de regard dans des affaires souveraines et légales, qui ne les concernent pas.
Cette attitude offensive sans fondement cache assurément autre chose. Il semble que cet "autre chose" soit d'entraver la réalisation du gazoduc Nigéria-Maroc. Pour empêcher le Maroc et tous les pays de l'Ouest dont les eaux traversent le golfe de Guinée de bénéficier de gaz, d'améliorer les échanges entre eux et avec d'autres pays africains, et d'arriver à une sécurité globale et une autosuffisance industrielle, ce qui constitue, rappelons-le, l'un des chevaux de bataille du roi Mohammed VI pour l'Afrique. Soulignons que le circuit du gazoduc emprunte le tracé du Golfe de Guinée et que ce Golfe* est le plus dangereux des passages maritimes au vu de la piraterie intensifiée qui y sévit ; et qu'il s'agit d'un passage de marchandise et d'énergie vers (et de) l'Europe et les Amériques également.
Est-il besoin de rappeler qu'avec avec la réalisation de ce gazoduc, le Maroc sera appelé, en tant que champion de la coopération sécuritaire, à jouer un rôle dans la sécurité de toute la région dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme ? Un défi lié également à la lutte contre le risque environnemental mondial que constituent les attaques de pirates contre les infrastructures pétrolières dans le Golfe de Guinée (lequel représente 24 milliards de barils de pétrole de réserves prouvées).
Cela dessert clairement l'agenda algérien au plan sécuritaire mais aussi au niveau d'infrastructures qui placeraient le Nigéria au premier rang des producteurs africains, place qu'occupe actuellement l'Algérie. Rappelons que le Nigéria qui occupe aujourd'hui la 3ème place, dispose de bien plus de réserves en gaz que l'Algérie : 2,7 % des réserves prouvées mondiales contre 2,2%.
Dans ce contexte, il est nécessaire de rappeler la collaboration entre AQMI et Boko Haram. Et il est primordial de rappeler ce qui ne fait plus de doute aujourd'hui, c'est-à-dire la collusion entre les services secrets algériens et AQMI, et entre les réseaux salafi-jihadistes et le crime organisé, dont le trafic de pétrole, la traite d'humains, le trafic de cocaïne et autres stupéfiants corrélés à l'économie de rente algérienne, comme le certifie le rapport de l'UE mentionné plus haut.
L'occident aujourd'hui, et l'Espagne et la France en particulier, n'ont plus aucun intérêt à fermer les yeux sur les actions de l'Algérie en vue de saper la sécurité énergétique de tous, liée à la sécurité des routes commerciales maritimes, terrestres, lesquelles parfois passent également par les voies aériennes.
Les positions erratiques de l'Algérie, outre de menacer la cessation du contrat gazier avec l'Espagne, avaient également concerné l'interdiction à la France du survol de son territoire vers le Sahel, pour avoir si justement affirmé qu'Alger était un système politico-militaire.
*Le golfe de Guinée fait l'objet de l'attention internationale au même titre que le Détroit de Gibraltar ou encore le Golfe d'Aden, car il constitue un passage obligé pour la route maritime, liant Amérique, Europe et Afrique mais aussi les pays le longeant. Ainsi l'Union européenne avec l'AFD agit sur leurs fragilités à travers le programme Stratégie Team Europe (2021-2027), mais aussi les Etats Unis, comme on l'a vu le 25 avril dernier dans un communiqué du département d'Etat US avec l'Officier commandant du USS Hershel «Woody» Williams, le capitaine de la marine américaine Michael E. Concannon Directeur des engagements en Afrique des forces navales des Etats-Unis pour l'Afrique, le capitaine de la marine américaine John M. Tully, dans le cadre de l'AFRICOM. Les pays du Golfe de Guinée attirent de plus en plus d'investisseurs chinois en infrastructures, également.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.