L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Blanchiment : Levée de boucliers au Parlement    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Vague de froid à Zagora: les autorités se mobilisent    ADM : 500 millions de recettes en moins à cause de la Covid    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Mission française au Maroc : le port du masque désormais obligatoire à partir du CP    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Fonds Mohammed VI d'investissement, fer de lance de la relance économique    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Appel à la lutte contre les formes contemporaines d'esclavage    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Rokhas: une plateforme au service du citoyen    Fès: L'ENCG s'allie au groupe français ESC Clermont    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biarritz : La France accueille le 45e sommet du G7
Publié dans Challenge le 23 - 08 - 2019

La France accueille à partir de ce samedi à Biarritz, le 45e sommet du G7, placé cette année sous le thème de « la lutte contre les inégalités ».
Le Sommet réunira les Chefs d'Etat et de gouvernement des sept pays les plus riches du bloc occidental : la France, l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, l'Italie, le Japon, et le Royaume-Uni. Ces pays représentent à eux seuls 40% du PIB mondial et seulement 10% de la population mondiale.
À l'occasion de leur Sommet, les dirigeants du G7 vont échanger, en plus de «la lutte contre les inégalités», sur les grands sujets économiques et géopolitiques qui occupent la scène internationale comme le réchauffement climatique, la régulation de l'économie mondiale, la taxation des géants du numérique, les tensions américano-iraniennes, la crise politique italienne et autres.
Le sommet a été préparé, tout au long de l'année, par des réunions de ministres du G7 sur diverses thématiques : économique, sécuritaire, environnementale… Depuis début 2019, les ministres du G7 chargés de l'intérieur, des affaires étrangères, de l'environnement, du numérique, de la santé, de l'économie se sont, en effet, rencontrés pour préparer la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement.
Officiellement, l'objectif du sommet de Biarritz est « la lutte contre les inégalités », qui doit passer, selon Paris, par « une coopération des pays du G7 pour une mondialisation régulée, plus juste et plus équitable », à travers « le renforcement du système financier international et de sa résilience, la promotion d'une mondialisation équitable fondée sur une croissance plus inclusive et un développement plus efficace ».
Mais ce noble objectif pourrait être occulté par les dissensions entre les puissances du G7 sur nombre de sujets occupant la scène internationale.
Lire aussi : Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend
Selon le journal Le Figaro, la réunion des sept grandes puissances économiques du monde s'annonce particulièrement difficile, en raison des vives tensions internationales et des différends qui opposent ses membres (Etats-Unis, Canada, Japon, France, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne).
« Sur la plupart des grands sujets internationaux, qu'il s'agisse du commerce, de l'Iran, de la Syrie, de l'Ukraine ou du Brexit, les dirigeants du G7 sont aux antipodes les uns des autres. La France veut sauver l'accord sur le nucléaire iranien déchiré par Donald Trump, quand le président américain veut accentuer la «pression maximum» contre Téhéran. L'Allemagne et le Canada s'opposent à la suggestion du président américain de reformer le G7 en réintégrant la Russie. L'Allemagne et la France se divisent sur les modalités du Brexit, la première se voulant plus conciliante que la seconde… », énumère le journal.
Créé en 1975 pour répondre au premier choc pétrolier, le G7 s'est depuis imposé comme l'une des principales enceintes de concertation de l'année diplomatique. « Mais ce rendez-vous annuel est aujourd'hui secoué par les changements de cap des plaques tectoniques géopolitiques, par les attaques portées au multilatéralisme, par la poussée des nationalismes et par l'affirmation de puissances émergentes comme la Chine et l'Inde », observe le journal.
Cette même analyse est partagée par le journal Le Monde qui souligne que « face à la longue liste des tensions géopolitiques et commerciales également au programme », la mobilisation contre les inégalités, érigée en priorité par la présidence française, « risque fort de passer au second plan. Ou de se limiter à des déclarations de bonnes intentions », au grand dam des associations et ONG invitées au G7, ou celles participant au contre-sommet organisé non loin à la frontière franco-espagnole.
Même sans accord, le G7 reste une enceinte où les grandes démocraties peuvent aborder tous les sujets sans tabou. « Un lieu de débat indispensable pour ébaucher des solutions, désamorcer des crises et renforcer les solidarités au sein du monde démocratique », s'accordent à penser les observateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.