La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biarritz : La France accueille le 45e sommet du G7
Publié dans Challenge le 23 - 08 - 2019

La France accueille à partir de ce samedi à Biarritz, le 45e sommet du G7, placé cette année sous le thème de « la lutte contre les inégalités ».
Le Sommet réunira les Chefs d'Etat et de gouvernement des sept pays les plus riches du bloc occidental : la France, l'Allemagne, le Canada, les Etats-Unis, l'Italie, le Japon, et le Royaume-Uni. Ces pays représentent à eux seuls 40% du PIB mondial et seulement 10% de la population mondiale.
À l'occasion de leur Sommet, les dirigeants du G7 vont échanger, en plus de «la lutte contre les inégalités», sur les grands sujets économiques et géopolitiques qui occupent la scène internationale comme le réchauffement climatique, la régulation de l'économie mondiale, la taxation des géants du numérique, les tensions américano-iraniennes, la crise politique italienne et autres.
Le sommet a été préparé, tout au long de l'année, par des réunions de ministres du G7 sur diverses thématiques : économique, sécuritaire, environnementale… Depuis début 2019, les ministres du G7 chargés de l'intérieur, des affaires étrangères, de l'environnement, du numérique, de la santé, de l'économie se sont, en effet, rencontrés pour préparer la réunion des chefs d'Etat et de gouvernement.
Officiellement, l'objectif du sommet de Biarritz est « la lutte contre les inégalités », qui doit passer, selon Paris, par « une coopération des pays du G7 pour une mondialisation régulée, plus juste et plus équitable », à travers « le renforcement du système financier international et de sa résilience, la promotion d'une mondialisation équitable fondée sur une croissance plus inclusive et un développement plus efficace ».
Mais ce noble objectif pourrait être occulté par les dissensions entre les puissances du G7 sur nombre de sujets occupant la scène internationale.
Lire aussi : Retour en Europe : Ce passage est à éviter ce weekend
Selon le journal Le Figaro, la réunion des sept grandes puissances économiques du monde s'annonce particulièrement difficile, en raison des vives tensions internationales et des différends qui opposent ses membres (Etats-Unis, Canada, Japon, France, Allemagne, Italie, Grande-Bretagne).
« Sur la plupart des grands sujets internationaux, qu'il s'agisse du commerce, de l'Iran, de la Syrie, de l'Ukraine ou du Brexit, les dirigeants du G7 sont aux antipodes les uns des autres. La France veut sauver l'accord sur le nucléaire iranien déchiré par Donald Trump, quand le président américain veut accentuer la «pression maximum» contre Téhéran. L'Allemagne et le Canada s'opposent à la suggestion du président américain de reformer le G7 en réintégrant la Russie. L'Allemagne et la France se divisent sur les modalités du Brexit, la première se voulant plus conciliante que la seconde… », énumère le journal.
Créé en 1975 pour répondre au premier choc pétrolier, le G7 s'est depuis imposé comme l'une des principales enceintes de concertation de l'année diplomatique. « Mais ce rendez-vous annuel est aujourd'hui secoué par les changements de cap des plaques tectoniques géopolitiques, par les attaques portées au multilatéralisme, par la poussée des nationalismes et par l'affirmation de puissances émergentes comme la Chine et l'Inde », observe le journal.
Cette même analyse est partagée par le journal Le Monde qui souligne que « face à la longue liste des tensions géopolitiques et commerciales également au programme », la mobilisation contre les inégalités, érigée en priorité par la présidence française, « risque fort de passer au second plan. Ou de se limiter à des déclarations de bonnes intentions », au grand dam des associations et ONG invitées au G7, ou celles participant au contre-sommet organisé non loin à la frontière franco-espagnole.
Même sans accord, le G7 reste une enceinte où les grandes démocraties peuvent aborder tous les sujets sans tabou. « Un lieu de débat indispensable pour ébaucher des solutions, désamorcer des crises et renforcer les solidarités au sein du monde démocratique », s'accordent à penser les observateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.