La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    La face cachée de la lune    Auschwitz. La Shoah et nous    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Boutayeb met en avant les efforts déployés pour faire face à la vague de froid    Paul Lemoine à Bir Retma    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Formation e-learning : L'Acaps lance «E-wassit Taamine»    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    Entreprises : HCP précise les effets du Covid-19    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    Casablanca : Trois maisons s'effondrent dans l'ancienne médina (vidéos)    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire    Législation : Un bilan maigre se profile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changement de modèle ?
Publié dans Challenge le 06 - 04 - 2020

En 2017, Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle française, avait promis, comme le préconisait Thomas Piketty, grand économiste, l'instauration d'un revenu universel, une nouvelle vision du travail, un vrai coup de barre environnemental. Il a été sèchement battu. Il a recueilli à peine 5 % des voix et accéléré l'implosion du parti socialiste français.
En politique, il n'est jamais bon d'avoir raison avant tout le monde. Car, ces idées sont reprises par des gens de tous bords, qui découvrent enfin l'indécence du capitalisme financier, des dividendes produits par la détresse sociale et de l'importance de l'écologie.
Les chantres de la mondialisation heureuse réclamant la relocalisation, le protectionnisme intelligent, rejettent alors en bloc la théorie du musèlement qui était leur bible il y a encore quelques mois. Même Angela Merkel redécouvre que la protection sociale est un investissement.
Lire aussi: Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives
A la sortie de la crise, cela laissera des traces. Le recours à Keynes ne sera pas suffisant pour sortir les économies du désastre. Le changement de la politique Budgétaire ne suffira pas comme réponse.
Deux visions s'affronteront, celle qui plaidera pour une période de dopage, basée la politique de l'offre et une autre qui réclamera un autre modèle de société, comme dans toutes les étapes historiques. C'est le mouvement des masses qui, en fonction de sa puissance, fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre.
Car les mouvements sociaux seront très importants, surtout dans les pays où les gouvernants se sont révélés imprévoyants, où les restrictions budgétaires ont touché la santé publique.
La gauche mondiale, en perte de vitesse, a un challenge se reconstruire. Elle ne peut le faire en acceptant la doxa libérale. Gramsci disait que c'est l'hégémonie sur le plan des idées qui prépare l'hégémonie politique. La gauche caviar n'a aucune chance de ressusciter. Parce qu'elle sera clarifiée, la lutte mettra hors-jeu les adeptes de la collaboration de classes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.