«Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Assurer la continuité des services dans le respect des règles de sécurité    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Rabbah met l'accent sur le rôle des investissements pour assurer la sécurité énergétique    Non à un gouvernement de compétences ou de salut national    Aziz Akhannouch: Les exportations de produits agricoles totalisent 17,5 milliards de DH jusqu'à présent    Le Maroc accède au 2ème rang africain en tests de dépistage du Covid-19    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Achraf Hakimi de nouveau buteur    La capitale des alizés prépare sa relance post-confinement    La culture en détresse    Les différentes pistes du CMC pour relancer l'économie nationale    Le Bureau politique réitère son appel à tous les militants de rester unis autour de leur parti    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    Pr Abderrahmane Machraoui : Les mesures prises par les autorités marocaines ont été prudentes, sages et exemplaires    Arrestations pour violation de l'état d'urgence sanitaire à Essaouira    De la drogue saisie par les FAR près du mur de protection    Les humanitaires espagnols en effroi devant le détournement des aides destinées aux camps de Tindouf    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Hyperpuissance    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Les Etats-Unis s'embrasent    France: C'est l'heure de la reprise économique    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Epidémies... Ces romanciers qui ont tout vu !    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    La coupe du Trône, un cadeau d'adieu avant l'heure    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Changement de modèle ?
Publié dans Challenge le 06 - 04 - 2020

En 2017, Benoît Hamon, candidat socialiste à la présidentielle française, avait promis, comme le préconisait Thomas Piketty, grand économiste, l'instauration d'un revenu universel, une nouvelle vision du travail, un vrai coup de barre environnemental. Il a été sèchement battu. Il a recueilli à peine 5 % des voix et accéléré l'implosion du parti socialiste français.
En politique, il n'est jamais bon d'avoir raison avant tout le monde. Car, ces idées sont reprises par des gens de tous bords, qui découvrent enfin l'indécence du capitalisme financier, des dividendes produits par la détresse sociale et de l'importance de l'écologie.
Les chantres de la mondialisation heureuse réclamant la relocalisation, le protectionnisme intelligent, rejettent alors en bloc la théorie du musèlement qui était leur bible il y a encore quelques mois. Même Angela Merkel redécouvre que la protection sociale est un investissement.
Lire aussi: Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives
A la sortie de la crise, cela laissera des traces. Le recours à Keynes ne sera pas suffisant pour sortir les économies du désastre. Le changement de la politique Budgétaire ne suffira pas comme réponse.
Deux visions s'affronteront, celle qui plaidera pour une période de dopage, basée la politique de l'offre et une autre qui réclamera un autre modèle de société, comme dans toutes les étapes historiques. C'est le mouvement des masses qui, en fonction de sa puissance, fera pencher la balance d'un côté ou de l'autre.
Car les mouvements sociaux seront très importants, surtout dans les pays où les gouvernants se sont révélés imprévoyants, où les restrictions budgétaires ont touché la santé publique.
La gauche mondiale, en perte de vitesse, a un challenge se reconstruire. Elle ne peut le faire en acceptant la doxa libérale. Gramsci disait que c'est l'hégémonie sur le plan des idées qui prépare l'hégémonie politique. La gauche caviar n'a aucune chance de ressusciter. Parce qu'elle sera clarifiée, la lutte mettra hors-jeu les adeptes de la collaboration de classes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.