Collaboration entre la DGST et le FBI pour la neutralisation d' un soldat américain radicalisé    Le Maroc réitère son appel à la création d' une Plateforme des experts africains de la lutte contre les épidémies    Avancées substantielles du programme Compact II du Millenium challenge    La crise chamboule profondément l' activité des entreprises à fin 2020    Travail décent : une denrée rare en Afrique du Nord    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale sur la coopération en matière de lutte contre la prolifération nucléaire    Israël rouvre sa mission diplomatique au Maroc    Enfin, une victoire de l'EN avec la manière    Tuchel rebondit à Chelsea en quête de certitudes    Hommage appuyé au génie marocain dans la gestion de cette richesse vitale    1.776 douars ciblés par le Plan national de lutte contre la vague de froid    Derb jrane sous les décombres    Affaire "Hamza mon Bb" : Le verdict est tombé, prison ferme pour Batma    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    Madrid plaide pour le renforcement du dialogue et de la coopération avec le Maroc    La face cachée de la lune     Gomez quitte Bergame pour Séville    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    Baadi positif à la Covid-19    L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences    9.900 détenus ont bénéficié de procès à distance du 18 au 22 janvier    Auschwitz. La Shoah et nous    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses    Le malheur des uns fait le bonheur de l'autre    Approbation de la création de 21 établissements    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Sofia Essaïdi crève l'écran sur TF1    Avenir du textile marocain : «après une baisse de près de 36%, le secteur a pu retrouver son dynamisme»    CGEM : Un travail participatif en faveur de la relance    JLM Alumni organise sa caravane solidaire habituelle ce week-end    Conseils de Ford : Les astuces proposées pour protéger sa voiture du froid    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    Première feuille de route pour Stellantis : L'électrique avant tout    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    Le dialogue interreligieux au service des nouvelles générations : Les Oulémas travaillent sur la transmission de la mémoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu
Publié dans Challenge le 25 - 11 - 2020

Dans un monde, où les fake news remplacent les news, où la manipulation règne en maître, il est bon de tirer son épingle du jeu avec stratégie. À travers des cas concrets, véridiques, il sera plus aisé de se rendre compte de la nécessité de changer les modes de fonctionnement en entreprise. Tout le monde veut réussir, se développer, faire des bénéfices. Mais alors comment y parvenir enfin sans embûches ?
La scène se déroule le 14 avril 2013. Frédéric Pierucci, dirigeant d'Alstom, se fait arrêter à New-York par le FBI. Il s'agit d'un thriller politico-industriel où Alstom est accusé de corruption et de blanchiment et Pierucci est amené à plaider coupable. Il passera 14 mois dans une prison de haute sécurité à New-York. Il est par la suite libéré sous caution (2.350.000 euros). Il n'est pas rare que les services secrets d'un pays, comme rendu public avec l'affaire Snowden sur Wikileaks, usent d'informations obtenues par le billet de contacts pouvant servir leurs causes. Dans ce cas précis, General Electric a racheté la branche énergie d'Alstom, donc une partie du nucléaire français, pour 12 milliards de dollars en faisant pression sur les dirigeants d'Alstom. Les rebondissements médiatiques de l'affaire n'en finissent pas. Et encore aujourd'hui, l'affaire fait couler beaucoup d'encre.
Lire aussi | Engrais : OCP réagit à la décision du Département américain de Commerce
Autre affaire, cette fois nationale. Il s'agit du fameux boycott marocain. Une campagne contestataire en 2018 inédite où un groupuscule anonyme entraîne la population vers l'idée d'arrêter d'acheter des produits de grande consommation comme le lait, l'eau, le carburant... en opposition aux prix appliqués par les marques. Chose qui a mené in fine à une ouverture du marché et l'arrivée d'une nouvelle offre diversifiée sur les étales. Et actuellement, certains consommateurs boycottent encore et toujours ces produits, bien que la campagne ait pris fin il y a plus d'un an. Trois firmes ont vu leurs bénéfices chuter considérablement. Comme nous le rappelle le milliardaire américain Warren Buffett par sa citation bien connue de tous : « Une réputation se construit en 20 ans... mais se détruit en 5 minutes ».
L'affaire Volkswagen, aussi appelée "Dieselgate", met en cause en 2015 différentes techniques frauduleuses qui ont été utilisées pour réduire les émissions polluantes sur des moteurs diesel et essence. 11 millions de véhicules seraient concernés selon le groupe. Les voitures concernées sont Audi, Opel, Volkswagen, Skoda et Porsche. Et ce scandale a entraîné la démission du président du directoire Martin Wintercorn.
Un diplomate d'entreprise, c'est pour gagner
Pour défendre les intérêts d'une entreprise et ses actifs immatériels (image, marque, notoriété), le diplomate d'entreprise agit comme une boîte à outil primordiale d'aide à la décision. Il s'aide des informations obtenues par le biais de ses réseaux. L'approche est offensive. Elle se résume à agir sur les règles du jeu : lois, règlements, normes. Les conséquences sont forcément avantageuses et créent une différenciation par rapport aux concurrents, sans user de diffamation ou de déstabilisation. Habilement, le diplomate d'entreprise influe sur l'image de l'entreprise et gagne le rapport de force dans la compétition : appels d'offre, parts de marchés locales, nouveaux marchés à l'export. De facto, l'effet final recherché est de modifier l'environnement de l'entreprise. Et l'effet escompté est de maintenir et de développer la position de l'entreprise sur son secteur d'activité.
Lire aussi | Vaccination anti-Covid : les détails du plan logistique mis en place pour assurer l'opération
Des pièges en eaux troubles ?
La désinformation règne en maître. Les fake news peuvent donner naissance à des campagnes de boycott ou provoquer un tollé. Elles font et défont aussi les réputations des grandes enseignes. Alors comment contrecarrer ces pratiques déloyales ? Quelles mesures mettre en œuvre pour anticiper ces crises ?
Ces dernières années, la diplomatie d'entreprise s'est imposée comme étant la référence incontournable en matière de défense des intérêts stratégiques des entreprises. Le métier de diplomate d'entreprise est le dénominateur commun entre une entité et toutes les parties prenantes au sein de son écosystème. Ce dernier cultive et nourrit son réseau d'influence de manière régulière. L'objectif est qu'il puisse en disposer et ainsi l'activer en cas de crise majeure. Il est le garant de la réputation de l'entreprise qu'il représente. En d'autres termes, c'est une assurance pour les dirigeants qui prônent la proactivité dans leur processus de décision. Il s'agit plus précisément d'un choix de posture de la part des décideurs, soit défensive, soit offensive. A titre d'exemple, le Groupe Nike n'ayant pas à l'époque de direction de relation institutionnelle, faisait fabriquer ses chaussures dans des ateliers de sous-traitants par des enfants tout en affirmant être une entreprise responsable. Il y a là clairement une absence de cohérence entre son discours et sa pratique. Cette dichotomie étant mise en lumière à travers l'instantanéité de l'information, le Groupe en a pâti.
Lire aussi | La « douche froide » d'Abdellatif Jouahri
Dans le royaume
Dans notre pays, les enjeux croissants des entreprises face au contexte actuel de crise doivent pousser les dirigeants à mieux anticiper les doléances des clients/consommateurs, mais aussi de créer un nouveau canal d'information entre le patronat et les pouvoirs publics afin de penser un cadre plus propice au développement du climat des affaires. En définitive, les diplomates d'entreprise maîtrisent la veille et l'intelligence économico-stratégique, une nécessité pour ces spécialistes des affaires institutionnelles de travailler de concert avec toutes les directions de l'entreprise : stratégie, affaires juridiques, commerciale, communication, marketing. Un métier qui devrait avoir toute sa place dans les organigrammes des entreprises marocaines.
Par Nacer Mekouar, Senior Advisor de HQB Conseil Intelligence Stratégique
Tribune et Débats
La tribune qui vous parle d'une actu, d'un sujet qui fait débat, les traite et les analyse. Economistes et autres experts, patrons d'entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s'y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.
Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.