Préservation de la biodiversité: La fondation OCP soutient le Sénégal    Le Maroc dément tout contact avec la "république autoproclamée de Donesk"    Plus de 2,6 MMDH pour la réhabilitation des établissements scolaires en 2022    La météo pour ce mardi 28 juin 2022    Coup d'envoi à Rabat de la 21ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida"    JM Oran 2022 : Pour suivre Algérie – Maroc ce mardi    Sahara : L'ONU reste prudente sur une nouvelle tournée de De Mistura    Maroc : Saisie de 67 kg de cocaïne au port de Tanger ville    Evénements de Nador-Mellilia : Une délégation du CNDH sur place    Migration clandestine : L'UE coopère avec le Maroc et l'Espagne pour comprendre le drame de Melillia    Baraka à Tanger pour parler eau, énergie et sécurité alimentaire (VIDEO)    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida" : Coup d'envoi, à Rabat, de la 21ème édition    Affaire Brahim Saadoun: le Maroc dément tout contact avec les séparatistes du Donbass    Le Maroc dément tout contact avec la « république autoproclamée de Donesk », non reconnue ni par le Royaume ni par les Nations Unies    Le Maroc prend part à la réunion de préparation du Forum du Néguev    Etablissements scolaires. Plus de 2,6 milliards de dirhams en 2022 pour leur réhabilitation    Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    Le Maroc bat la l'Egypte 5-2 et file en finale    Collectivités territoriales: les recettes fiscales en hausse à fin mai    Une haute délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Le G7 annonce durcir ses sanctions contre Moscou    Le RCOZ retrouve espoir, le MCO en danger    573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Technologie GPON : ce qu'il faut savoir…    Melilla : Plus de 60 migrants déférés devant les tribunaux de Nador    Covid-19: 715 nouveaux cas et 03 décès en 24H    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance au Maroc la production des composants de fuselage    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À qui profite le conflit russo-ukrainien ? [Par Mohamed Jaouad Malzi]
Publié dans Challenge le 30 - 03 - 2022

La crise russo-ukrainienne, tournant de l'histoire moderne, a bouleversé le secteur de l'énergie, un secteur hautement sensible et un maillon fondamental de l'économie, engendrant un véritable désordre géopolitique et économique. La forte dépendance énergétique a soulevé plusieurs points d'interrogation sur la souveraineté de l'UE face à la Russie et ouvre la voie à de nouveaux partenariats qui positionne le Maroc comme partenaire fiable de l'UE.
La carte énergie, facteur clé du conflit, a démontré à quel point l'Union Européenne (UE) se trouve dans une position d'inconfort, comment la stratégie de ses membres a été impactée lors du traitement de la crise et pourquoi leurs choix stratégiques ont été limités cédant ainsi un avantage stratégique au Kremlin qui devient le maitre du jeu face à une posture complétement défensive de l'Europe.
Les sanctions de l'Europe contre la Russie ont touché à tous les volets économiques et financiers susceptibles d'affaiblir l'économie russe sans procéder à un embargo sur les importations en énergie. Une ligne rouge que l'UE n'a pas osé franchir malgré les multiples menaces de l'ours russe. Franchir cette ligne exposerait certainement les pays de l'Europe à une crise économique sans précédent, au moins à court et moyen termes.
Lire aussi | Ryanair lance 19 nouvelles destinations reliant Agadir à dix pays européens pour l'été 2022
Il faut rappeler que la Russie est le principal fournisseur de gaz pour l'Europe à travers son géant énergétique Gazprom. Rien qu'en 2021, 40% de la consommation totale en gaz de l'UE provenait de la Russie. Cette forte dépendance énergétique a soulevé plusieurs points d'interrogation sur la souveraineté de l'UE face à la Russie qui, elle, considère le gaz et le pétrole comme des armes diplomatiques fatales pour faire plier l'Europe.
Compte tenu de cette situation contraignante et très provocante, différents scénarios ont été étudiés pour changer la donne et redresser la barre. Dans ce sens, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a proposé aux pays européens un plan d'urgence en 10 actions pour sortir de cette dépendance en insistant particulièrement sur l'urgence d'arrêter les nouveaux contrats de fourniture d'énergie avec la Russie, d'explorer des sources alternatives d'énergie et de chercher de nouveaux partenaires énergétiques.
Lire aussi | The Boston Consulting Group se chargera de l'étude d'élaboration du PDR de la région Casablanca-Settat
Le Maroc comme partenaire fiable de l'UE ?
La crise ukrainienne a révélé l'erreur de l'Europe de compter majoritairement sur un seul partenaire pour satisfaire ses besoins en énergie. Consciente de cette dépendance et ses multiples enjeux, l'UE a récemment réorienté sa boussole vers l'Afrique du Nord dans le but de développer des partenariats stratégiques verts capables de garantir sa sécurité énergétique tout en atteignant ses objectifs de transition énergétique et de neutralité carbone d'ici 2050.
Dans cette perspective de diversification de sources d'approvisionnement pour réduire la dépendance vis-vis des exportations russes et compte tenu des réserves algériennes et égyptiennes insuffisantes en gaz et des tensions politiques entre l'Algérie et le Maroc ayant conduit au non renouvellement du contrat du gazoduc qui relie l'Afrique du Nord à l'Europe, les sources énergétiques vertes du Maroc devraient être considérées comme une alternative viable et durable pour les pays de l'Europe.
De ce point de vue, la déclaration de Frans Timmermans, Vice-Président de la Commission Européenne, en Juin 2021, incitant à renforcer le partenariat vert avec le Maroc pour partager les meilleures pratiques et développer des projets communs dans l'énergie propre, notamment les renouvelables et l'hydrogène vert, ne fait que confirmer la volonté de l'UE de se repositionner et de frapper la porte de l'Afrique en matière d'énergie.
Lire aussi | La BAD déploie 1 milliard de dollars pour soutenir la relance économique du Maroc
Les Etats-Unis, seul gagnant de cette crise
Comme les analyses des crises et guerres précédentes montrent qu'il y a toujours des perdants et des gagnants dans chaque conflit, la position des Etats-Unis semble plus confortable dans le conflit actuel. Considéré comme un acteur principal dans le déclenchement de la crise, Biden a pu faire d'une pierre plusieurs coups. Il a réussi à diviser l'Europe, essouffler son ennemi et adversaire historique russe et revitaliser l'économie américaine sans adopter une politique interventionniste et participer à une nouvelle guerre qui pourrait compliquer la situation économique du pays et affaiblir davantage ses forces armées et ses moyens militaires à l'instar de la guerre en Afghanistan et de l'invasion de l'Irak.
Pour atténuer l'influence de la Russie et limiter son pouvoir sur le marché énergétique européen, Joe Biden s'engage à garantir l'approvisionnement en énergie à l'Europe par l'acheminement du gaz naturel, notamment via le Gaz Naturel Liquéfié (GNL). L'engagement de l'UE et des Etats-Unis pour la sécurité énergétique de l'Europe n'est que le premier exploit et atout stratégique de Biden qui ambitionne de s'imposer sur le marché européen.
Lire aussi | Maroc. Les crimes organisés et transnationaux au cœur de la Réunion ministérielle de l'ISA
La Chine vers une domination mondiale ?
L'annonce de la Chine d'autoriser les importations de blé en provenance de la Russie juste après l'invasion est considérée, sans aucun doute, comme un signal fort de vouloir soutenir Moscou contre les sanctions économiques imposées par l'occident. En effet, la Chine est devenue la bouée de sauvetage économique de la Russie, puisqu'elle elle envisage, dans cette invasion, une préparation favorable du terrain et du contexte pour lancer une attaque militaire tant attendue contre Taïwan. De plus, la Russie est le plus grand exportateur d'énergie vers la Chine qui reste, à son tour, le plus grand partenaire commercial de la Russie.
Il faut dire, par ailleurs, que l'économie chinoise est encore largement dépendante du commerce international et que Pékin a été également touchée par la flambée des prix des matières premières. Dans cette optique, le choix stratégique de la Chine reste de soutenir indirectement l'invasion de la Russie par une assistance économique discrète tout en soutenant les efforts de paix et de médiation. Cette politique d'équilibre lui permettrait d'éviter les effets de potentielles sanctions économiques et surtout de perdre les liens financiers internationaux pouvant fragiliser ou même faire chuter l'économie du géant asiatique.
Ce ne serait donc nullement une erreur d'appréciation de dire que la Chine serait le grand gagnant stratégique si, comme cela semble probable, la crise devenait une longue épreuve de force entre la Russie et le monde occidental conjuguée à une implication militaire éventuelle de Washington. D'ailleurs, affaiblir l'occident, notamment les Etats-Unis considérés comme la première et véritable menace chinoise, ne ferait que préparer le champ pour une domination mondiale accrue. Finalement, l'Europe ne semble-t-elle pas être le seul perdant de la guerre ?
Mohamed Jaouad Malzi, Enseignant chercheur, Expert économiste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.