Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 21 juin    Euro 2021: coup dur pour la France    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement, la lutte contre la violence à l'égard des femmes au menu    Permis de conduire : La digitalisation des épreuves pratiques pour bientôt    Jumia conclut un partenariat avec Huawei    Palestine : Biden appelé à aider à mettre fin à l'oppression israélienne    Chambre des conseillers : séance plénière mardi pour examen et vote de projets de loi relatifs au domaine agricole    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    Coupe de la CAF: le Raja de Casablanca et Pyramids font match nul (VIDEO)    Botola : Le FUS tombe à Berrechid, le MAS et la RCOZ accrochent le HUSA et le DHJ    Coupe arabe U20 : Réaction d'Idrissi après la victoire des Lionceaux    Le président du Barça défend encore le projet de la Super Ligue    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 juin 2021 à 16H00    Tout savoir sur la qualité des eaux de baignade    Covid-19: La Santé met en garde contre le non-respect des mesures préventives    France : au moins trois blessés dans l'effondrement de deux immeubles à Bordeaux    Météo au Maroc: il fera chaud ce lundi 21 juin    Patrimoine immatériel : La tutelle complète son inventaire    Mohamed Aboudrar quitte le PAM pour le MP    Une relance des IDE en 2021 face à des perspectives incertaines    Guercif. Le britannique Predator a foré le puits MOU-1    Tanger Med. MFM Radio au cœur de Marhaba 2021 [Vidéo]    Michelle Bachelet déplore une augmentation de l'extrême pauvreté et des inégalités dans le monde    Le Chili reconnait avoir rompu la bulle sanitaire en faisant venir un coiffeur    10.000 spectateurs autorisés sur les sites de compétition    Organisation des ministres de l'Education d'Asie du Sud-Est. Le Maroc est le premier pays arabe et africain à obtenir le Statut de «Membre Associé»    La pandémie aggrave les effets néfastes du blocus américain contre La Havane    Echec de Macron et Le Pen, un avertissement pour 2022    Elections iraniennes : Un ultraconservateur à la tête du pays    Allemagne : les conservateurs dessinent le paysage politique de l'après-Merkel    Quarantaine des voyageurs au Maroc. Voici la liste des hôtels participants    Opération Marhaba 2021: voici la liste de numéros de téléphone et d'e-mails mise à disposition des MRE    Espagne : malgré la polémique, le gouvernement va gracier les indépendantistes catalans    «Drawing life» remporte le Grand Prix de la Compétition internationale officielle du court-métrage    Remise du Prix de l'Excellence musicale de la Fondation Brahim Akhiate pour la diversité culturelle    Un chef d'œuvre qui inspire la haute couture mondiale    Exposition: Abdoulaye Konaté, un doux harmattan    Corée du Nord: le représentant spécial des Etats-Unis propose une rencontre    Législatives au Maroc : une circulaire du ministère public et le ministère de l'Intérieur dévoilé    RAM: de nouveaux vols additionnels programmés en juillet (PHOTO)    La Libye, calvaire pour les femmes sur le chemin de l'Europe    Bac 2021 : taux exceptionnel de réussite dans la région Dakhla-Oued Eddahab    Marché des changes (10-16 juin): le dirham se renforce face à l'euro    Guterres reconduit, les félicitations de Sa Majesté le Roi    Elections professionnelles : L'UMT confirme, le syndicat du PJD régresse    Exposition: danse avec le papier    Décédé à l'hôpital américain à Paris : Haj Brahim Id Hali Bicha, une icône du mécénat s'éteint    Abdoulaye Konaté, le croisé à angle droit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Jadida : l'Institut Français une institution dont les prestations ne cessent de se dégrader
Publié dans Eljadida 24 le 07 - 05 - 2014

Il y a un peu plus de deux années la France disposait au Maroc d'un maillage d'établissements culturels d'une densité sans équivalent au monde : 10 Instituts français et 3 Alliances franco-marocaines dont celle d'El Jadida.
L'Alliance d'El Jadida a donc existé depuis une vingtaine d'années. Années, au cours desquelles elle a assuré à la population locale le meilleur enseignement du français et les meilleures animations culturelles possibles.
Des réalisations qui étaient le fruit d'efforts conjugués de toutes les femmes et de tous les hommes qui ont assumé une responsabilité dans cet Etablissement : Directeurs, administrateurs, enseignants et fonctionnaires.
La qualité atteinte résultait également d'apports et d'appuis de toutes natures, des différents partenaires : Fondation de Paris, Ambassade de France, Autorités Locales, Mécènes, Etablissement d'enseignement Supérieur et Direction Régionale de La Culture.
Mais en tant d'années, il y a eu énormément de changements sociaux : L'évolution économique, pédagogique et culturelle a bouleversé la société autour de l'Alliance.
La ville d'El Jadida, devenue cinq ou six fois plus grande qu'elle ne l'était il y a 20 ans. Sa population et ses besoins en services pédagogiques et culturels ont évolué et ont changé aussi bien quantitativement que qualitativement. Alors que le mode de fonctionnement administratif de cet établissement était resté inchangé.
C'est dans un souci de restructuration et d'évolution positive, que le Bureau gestionnaire du Conseil d'Administration avait acquis la conviction de transformer l'Alliance en Institut
Questionné à ce propos, le président de ce conseil, Mr Ahmed BENHIMA, nous clarifia les motifs derrière un tel changement, ainsi que de l'opportunité qui était à saisir.
« Cette transformation comporte d'énormes avantages :
- Un budget revu à la hausse par le ministère des affaires étrangères français.
- Des garanties plus solides (Un Institut est sous la responsabilité directe de la France).
- Des spectacles d'une meilleure qualité et que l'Alliance n'avait pas les moyens de mettre à la disposition des jdidis.
Sans oublier que l'ambassade de France, ne propose une telle opportunité qu'à des établissements parfaitement gérés. »
Pour passer au statut d'Institut, El Jadida avait opéré vers la fin 2011, la mise à niveau administrative qui s'imposait et l'Ambassade de France avait procédé en 2012 à une mise en fusion de la totalité des Instituts au Maroc. Une fusion des compétences et des moyens, qui a pour finalité suprême: L'amélioration qualitative et quantitative du Travail et des services...
Une manifestation culturelle dont ne bénéficiait, à titre d'exemple, qu'un Institut ou deux auparavant, aura dorénavant lieu dans tous les Instituts du pays. Le but ? Offrir la même qualité des services, de meilleures opportunités et manifestations, des coûts en baisse, des sponsors plus intéressés et amplement satisfaits (publicité sur l'ensemble du territoire au lieu d'une seule ville)…
Rappelons à titre informatif, que l'Alliance est une association gérée par un Conseil d'Administration au pouvoir décisionnel et obéissant au droit local. Tandis que dans un Institut, ce conseil n'a qu'un pouvoir consultatif auprès de l'ambassade, seule qualifiée à prendre les décisions finales.
Cette transformation qui a eu lieu du temps de la Directrice Brigitte Mestre, a réussi à métamorphoser le champ culturel régional au point d'en faire l'un des plus animés sur le plan national. En témoigne, tous ces articles de presse qui en ont fait l'écho et l'éloge.
Malheureusement, une fois l'ex-Directrice partie à la fin de l'année dernière, suivie par Aline, celle qui s'occupait de l'organisation des prestations culturelles ; l'Institut d'El-Jadida n'est plus que l'ombre de lui-même.
Les prix qui devaient baisser ont augmenté. Les événements culturels : les grands spectacles, les écrivains et artistes-peintres célèbres, dont on devait bénéficier en tant qu'Institut, on n'en a vu que dalle …
A la place, nous avons du nous contenter d'une écrasante majorité d'écrivains et artistes jdidis, à croire que les Instituts français au Maroc passent par une période de vaches maigres et que chaqu'un doit essayer de s'en sortir, du mieux qu'il peut ?
Nous n'avons rien contre les locaux, mais entre un Nedali, un Binebine…et un X, il y a une sacrée différence. Le pire c'est qu'en grande majorité, on n'en a vu passer que cela.
Pourquoi cette brusque dégringolade ?
Est-ce due à la nouvelle Directrice et à sa méconnaissance du pays…ou à sa méconnaissance du véritable rôle quelle doit jouer et que l'on attend tout naturellement d'elle ?
Est-ce due à un staff décapité, après le départ de Brigitte et Aline et qui ne sait plus comment s'en sortir et honorer les promesses faites par cet Institution ?
Nous disons cela, parce que cet Institut, constituait à chaque fois l'Evénement Culturel au sein de la ville. Une cité qui ressemble de plus en plus à un désert culturel.
La seule Association qui arrive à tirer son épingle du jeu sur ce plan est celle de la Cité Portugaise présidée par Brahim El Kaliî et magnifiquement administrée par Khalid Sfini. Inutile de rappeler que c'est la seule Association d'ailleurs qui n'a pas bénéficié de subvention cette année et qui continue d'exister, contre vent et marée, grâce aux mécènes et aux amis du Patrimoine Jdidis.
Comme quoi, nos élus font de leur côté, tout ce qui en leur pouvoir, pour… « encourager » la culture dans cette ville !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.