Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien : «Sur la partie montage d'unités industrielles, Buzzichelli Maroc est leader au Maroc»
Publié dans Finances news le 24 - 03 - 2011

Un contrat de 500 MDH pour la réalisation d'une centrale de cogénération dans la raffinerie de Limbe, au Cameroun.
Des ambitions fortes.
Mehdi Zouhir, président Directeur général de Buzzichelli Maroc, revient sur les enjeux de ce nouveau contrat et les perspectives de développement du Groupe.
- Finances News Hebdo : Dans le cadre de votre stratégie de développement et de votre internationalisation, vous venez de décrocher un nouveau contrat au Cameroun. Tout d'abord, pourquoi le Cameroun ?
- Mehdi Zouhir : Le Cameroun fait partie d'une zone géographique que nous ciblons depuis plusieurs années, à savoir l'Afrique, le Maghreb et le Moyen-Orient.
Nous sommes en permanence en veille commerciale sur les grands projets dans l'ensemble de ces pays de l'Afrique de l'Ouest. Une veille, menée aussi bien du Maroc qu'à travers notre filiale Buzzichelli International située à Paris, qui nous a permis de décrocher ce projet.
C'est la société Foster Wheeler, filiale française d'un groupe américain d'ingénierie industrielle, spécialisé dans la pétrochimie et le raffinage, qui suit les appels d'offres et notamment celui du projet camerounais de la Sonara (Société nationale de raffinage du Cameroun). Nous avons donc reçu, comme bon nombre d'entreprises européennes, cet appel d'offres de cette compagnie internationale.
- F.N.H. : Quelle a été votre valeur ajoutée pour décrocher ce contrat, tout en sachant que vous aviez en face de vous des concurrents de poids ?
- M.Z. : Ce qui nous a permis de remporter cette offre c'est premièrement le prix. Bien évidemment, nous sommes dans une concurrence commerciale et le prix joue un rôle important. Il est clair qu'aujourd'hui les entreprises marocaines, par rapport aux entreprises européennes, ont un certain levier pour pouvoir offrir des solutions compétitives.
Deuxièmement, nous avons acquis une expérience dans le domaine de l'énergie et plus précisément dans la construction des centrales électriques. Une expérience qui s'est enrichie au cours des 10 dernières années pendant lesquelles nous avons construit de nombreuses centrales au Maroc. A savoir la centrale électrique à cycle combiné de Tahaddart pour le compte de Siemens, la centrale de Mohammedia pour Général Electric / Socoin et nous venons de décrocher celle de Kénitra pour le compte de Général Electric / Cegelec.
Nous avons également un partenariat avec la société française ICE, spécialisée en ingénierie Process dans le domaine de l'énergie, qui va d'ailleurs réaliser l'ingénierie Process du projet camerounais.
- F.N.H. : Aujourd'hui, vous êtes présent sur les plus grands chantiers lancés par le Royaume. Quelle serait votre part de marché ?
- M.Z. : Pour la réalisation des grandes infrastructures industrielles, le Maroc dispose de 2 ou 3 entreprises capables de réaliser de tels projets. Sur la partie montage d'unités industrielles, Buzzichelli Maroc est leader au Maroc.
- F.N.H. : Vous êtes présent en Libye, est-ce que la conjoncture actuelle n'entrave pas vos projets ?
- M.Z. : Nous sommes présents en Libye depuis 1992 où nous avons travaillé sur des projets importants dans le pétrole, à Zaouïa et Benghazi.
Aujourd'hui, Buzzichelli Maroc n'est pas impacté pas la situation actuelle en Libye, vu que depuis 4 ans la filiale est en veille.
- F.N.H. : Vous avez envisagé une hausse de 31% du CA pour l'année en cours ; quelles en sont les raisons ? Sont-elles dues à une bonne conjoncture ou à de nouveaux contrats en vue ?
- M.Z. : Notre CA a connu une croissance continue depuis les 10 dernières années. Il est clair que depuis 2000, le Maroc connaît un soutien fort à l'investissement à l'échelle macro, à savoir les logements sociaux, les infrastructures, les aéroports…
Derrière ces grands chantiers, il y a un besoin notamment en énergie et en matières premières.
Ce qui revient à dire que le développement de Buzzichelli est lié au développement que mène le Maroc.
Maintenant, si on compare cette hausse à la progression de la profession, on constate qu'elle est largement supérieure vu que nous prenons des parts de marché assez importantes, et nous apportons continuellement des innovations dans notre métier.
Pour conclure, cette croissance est due aussi bien à une conjoncture favorable qu'au fait que nous prenons des contrats de plus en plus importants.
- F.N.H. : Vous êtes engagé dans une démarche de système de management intégré, à savoir ISO 9001V2008,
OHSAS 18001 et ISO 14001. Quel est votre politique de développement durable ?
- M.Z. : Aujourd'hui, Buzzichelli Maroc est engagé dans une démarche de système de management intégré. Nous sommes certifiés ISO 9001 version 2008, OHSAS 18001 version 2007, et en cours de certification pour
ISO 14001.
L'objectif derrière ces certifications est, en premier lieu, de garantir à nos clients le respect des normes et des standards internationaux dans le cadre de la réalisation de nos projets.
De plus, vis-à-vis de nos clients, la certification joue un rôle important de vecteur commercial, de communication.
Et enfin, pour mieux protéger nos employés vu que nous travaillons sur des sites sensibles.
Nous sommes également très impliqués dans la problématique sociale que nous jugeons importante vu la nature de notre métier, avec en interne une charte de responsabilité sociale très volontariste dans un métier où le capital humain est au cœur de nos préoccupations.
À travers plusieurs vecteurs, nous créons une vraie dynamique sociale, un vecteur orienté salarié pour des avantages sociaux supplémentaires ; à titre d'exemple, un fonds dédié à l'accès au logement, soit un financement de 10% de la traite, un fonds de 5% de résultat net distribué à l'ensemble des employés dont le salaire est inférieur à 10.000 DH ainsi que bon nombre d'avantages sociaux. Nous organisons des activités sociales une fois par an pour l'ensemble de nos employés et leurs enfants sur différents thèmes d'actualité, à savoir le développement durable, la sécurité au travail pour créer une vraie culture de l'entreprise.
- F.N.H. : Quels sont les projets que vous avez en cours au Maroc et à l'étranger ?
- M.Z. : Sur le plan national, nous venons d'achever la cimenterie de
Ben Ahmed pour CIMAT, du groupe Addoha. Un grand projet qui a duré plus d'une année et pour lequel nous avons construit l'ensemble de la partie mécanique de la cimenterie. Nous venons également de terminer la centrale électrique de Mohammedia ainsi qu'une unité de production d'oxygène, d'hydrogène et d'argon pour le consortium
Air liquide / Maghreb Oxygène. Pour l'année en cours, nous devons achever le terminal pétrolier de Tanger Med ; nous travaillons pour la cimenterie de Fès et aussi pour plusieurs projets importants pour le compte de l'OCP, à Jorf Lasfar et Safi.
Propos recueillis par L. Boumahrou


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.