Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oued Bouskoura: le danger qui menace Casablanca
Publié dans Finances news le 14 - 01 - 2021

Casablanca est construite en grande partie sur le lit de l'oued Bouskoura, qui a été obstrué dans les années 80. Cette situation augmente le potentiel de crues majeures et d'inondations pouvant noyer la ville. Celle-ci vit à la merci d'un fleuve qui peut la submerger n'importe quand et des aléas climatiques de plus en plus fréquents.
La ville de Casablanca n'existe que depuis plus d'un siècle. La zone intramuros n'excède pas les 130 ans. Durant cette jeune existence, elle a connu des inondations majeures, toutes causées par les crues de l'oued Bouskoura qui se jette dans l'océan atlantique. En 1906, 1910, 1912, 1915, 1929…alors que la ville était encore un petit conglomérat pas loin de l'actuel port et de la zone de Sidi Belyout, la montée des eaux a noyé tous les quartiers de l'époque : l'ancienne médina et ses remparts, le boulevard du 4ème zouave, l'actuel boulevard Hassan 1er, Sidi Belyout, jusqu'au port. Ceci pour ne parler que des débuts urbanistiques de la ville, qui connaîtra d'autres inondations majeures jusqu'à celles qui l'ont paralysée entre le 6 et le 11 janvier 2021.
Celles-ci ont rappelé la catastrophe et les dégâts des inondations de 2010, qui ont porté le coup de grâce à une ville qui s'est développée sur le lit d'un fleuve impétueux. Ce dernier risque de la noyer à n'importe quel moment si les pluies deviennent intenses avec les changements climatiques qui frappent le Royaume. D'ailleurs, à cause des bouleversements du climat, les risques que représente l'oued Bouskoura pour la ville de Casablanca sont très inquiétants voire effrayants pour tous les chercheurs qui n'arrêtent pas de tirer la sonnette d'alarme depuis plusieurs décennies.
Etant construite sur le lit de cet oued avec des pointes de crues qui ont connu une augmentation durant la dernière décennie, la ville peut un jour se réveiller sous les eaux comme cela fut le cas le 30 novembre 2010, quand des inondations ont occasionné des dégâts considérables dans le grand Casablanca. Plusieurs projets urbanistiques, plusieurs chantiers d'infrastructures ont été fatals au cours du fleuve et, par là même, ont accru les dangers qui guettent toute la mégapole de Casablanca. On s'en souvient, dans les années 70 et 80, nous avons assisté à la construction de la route d'El Jadida, qui a servi de prolongement au périphérique, qui joue son rôle d'autoroute urbaine. Ce projet, certes important pour la fluidité de la circulation, a perturbé de manière irréversible le lit du fleuve Bouskoura dont le lit a été définitivement obstrué.
Si l'on fait l'inventaire de toutes les zones construites aujourd'hui sur le lit du fleuve, on se rend compte qu'il y a de quoi avoir froid dans le dos. L'ancien aéroport d'Anfa, le Parc d'exposition de l'Office des changes, l'Ecole Hassania des travaux publics, les facultés et les sièges de sociétés aux alentours, le siège de l'OCP, qui malgré le fait qu'il ne soit pas directement sur le lit n'est pas épargné, non plus, puisque en 2010, il n'a pas échappé aux crues qui ont frappé toute la ville du Nord au Sud,et de l'Est à l'Ouest. Il faut aussi ajouter à la liste des zones à hauts risques toutes les zones résidentielles comme le lotissement Allaymoun, le nouveau pôle urbain de Casablanca qui abrite des centaines de milliers d'habitants et son prolongement vers la zone côtière de Sidi Abderrahmane au port. Sans oublier le quartier Riviera, Cité plateau, le quartier Palmiers et toute la zone de Ben Jdia.
Pour de nombreux urbanistes et ingénieurs, ce qui devait être fait en amont pour éviter toute catastrophe, n'a pas été fait. Et les mesures nécessaires n'ont pas été prises pour résoudre un véritable casse-tête qui peut déboucher sur un drame humain de grande envergure. Pour les spécialistes, les choses sont claires : «on s'est juste contenté d'aménager des petites voies à proximité des routes et autoroutes qui s'avéreraient incapables de contenir les eaux en cas de fortes précipitations».
Dans cette lancée d'ajourner le pire qui peut s'abattre sur la ville et toute sa région, les responsables ont même abandonné les projets de réalisation de parcs au profit de l'urbanisation galopante. On peut citer à titre d'exemple très parlant, la zone verte de protection de l'oued Bouskoura contenue dans le premier schéma directeur d'aménagement urbain (SDAU) de la ville en 1984. Ce projet prévoyait deux lacs de retenue qui n'ont jamais vu le jour. Toutes ces mesures primordiales ont fait les frais de la course à l'urbanisation coûte que coûte. Les dégâts sont aujourd'hui là pour attester d'une gestion pour le moins en contradiction avec les données géologiques d'une cité dont le destin est intimement lié à celui d'un fleuve souterrain qui n'en fait qu'à sa tête et dont le danger est une bombe à retardement qui menace grandement la capitale économique du pays.

Le super collector ouest
Le projet du super collector ouest a été réalisé dans le but de protéger la ville de Casablanca. Il s'agit d'un ouvrage souterrain permettant la canalisation des eaux de crue de l'oued Bouskoura et leur rejet direct vers la mer. Le projet comporte deux tronçons distincts :
• A l'amont de la route d'El Jadida, un tronçon en canal à ciel ouvert d'un linéaire total d'environ 3 km, à pentes et sections variables pour s'adapter au mieux à la morphologie du lit naturel de l'oued;
• À partir de la route d'El Jadida et jusqu'à son débouché en mer, une galerie en tunnel souterrain et en tranchée remblayée de 6.9 km environ et de 5.5 m de diamètre avec un débit 140 m3/s.
Le budget consacré à ce projet est de 855 millions de dirhams TTC, qui a été assuré par les contributions financières des pouvoirs publics. Il a été mis à la disposition de la société Casablanca Aménagement S.A, maître d'ouvrage délégué au projet. Ainsi, la solution qui a été retenue pour sauver la ville, est celle qui prévoit le prolongement du cours d'eau en un tunnel d'une capacité de 100 m3/s, qui correspond à une crue de période de retour de 100 ans.
Le profil en long du tunnel se maintient à une profondeur qui varie entre 6 et 40 ml sur les 5 premiers kilomètres. Au-delà, et du côté mer de la route d'Azemmour, la couverture diminue. A ce niveau-là, l'ouvrage passe en galerie réalisée en tranchée remblayée sous la voie de la route de Sidi Abderrahmane. A l'approche du rivage, le gabarit limité par la côte de sortie d'une part, et la ligne rouge des voies de circulation d'autre part, conduit à passer en dalot quadruple après une section de transition assurant une bonne répartition du débit entre les 4 pertuis du dalot. La section en tunnel se distingue des autres ouvrages hydrauliques de ce projet par sa particularité de conception, de dimension et de mode de réalisation qui constitue une première expérience du pays dans la réalisation de ce type d'ouvrage d'infrastructure en milieu urbain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.