Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Monia Rizkallah: Notes du paradis
Publié dans Finances news le 03 - 02 - 2021

Monia Rizkallah n'est pas uniquement une immense violoniste, reconnue mondialement par les plus grands orchestres. Elle n'est pas seulement un véritable prodige du violon et une gloire à la fois en Allemagne où elle travaille à la Deutsch Oper Berlin, et au Maroc, mais c'est une femme de conviction et d'engagement. Atteignant ce haut niveau mondial, Monia Rizkallah de passer le relais, de former, de faire éclore d'autres talents, ici même, dans son pays le Maroc.
Et c'est là qu'elle lance et initie ce beau projet baptisé : El Akademia. Un projet qui a connu, dès sa première année, un succès phénoménal. Des centaines de jeunes y ont pris part. Des tournées dans plusieurs villes au Maroc pour dénicher les petites perles, le tout avec une abnégation digne des grands artistes. Simple, modeste, la tête sur les épaules, Monia Rizkallah incarne le travail bien fait, la force des principes et un sens aigu de la rigueur à toutes épreuves.
Evidemment, il y a derrière cette maîtrise une formation solide. Lauréate de plusieurs concours européens dont la «FNAPEC», la Bourse Lavoisier des affaires étrangères et la Bourse de la vocation «Marcel Bleunstein Blanchet», c'est en 1997 que la violoniste s'ouvre les portes de l'Académie Mozart à Varsovie où elle va apprendre aux côtés de Grégory Zhislin. Il lui suffit d'une année de travail et de discipline (ce qui est son fort) pour être admise dans la classe de perfectionnement de Thomas Brandis à Berlin.
C'est là que Monia Rizkallah remporte le second grand prix du concours «Ibolyka-Gyarfas-Stiftung». C'est un cap. Un autre niveau s'offre à elle. C'est là qu'en 2000, elle fait son entrée à l'Opéra de Berlin. La même année, elle sera invitée au Philharmonique de Berlin. Une consécration.
Depuis presque vingt ans, elle travaille, elle se perfectionne, elle apprend, elle avance, toujours avec la même humilité que seuls les grands portent dans le creux du cœur. Forte de cette réputation, elle décide d'apporter sa belle pierre à l'édification d'un Maroc où la musique classique peut jouer un grand rôle. C'est là qu'elle lance El Akademia dont la première édition s'est tenue en juillet 2017 à Rabat.
Un grand événement mené sous le patronage de l'Ambassade d'Allemagne et de l'Institut Goethe au Maroc, en partenariat avec le Conservatoire de musique et d'art chorégraphique de Rabat.
Pour Monia Rizkallah, la philosophie de cette action est limpide : El Akademia est une plateforme internationale regroupant des musiciens classiques issus des plus grands orchestres allemands. Cette structure a été créée dans le but de transmettre la culture d'orchestre au plus près des jeunes talents en devenir et les préparer à une carrière professionnelle. L'artiste va à la rencontre des jeunes marocains et découvrent de belles pépites. Depuis, le projet est sur les rails.
Ces escales marocaines n'ont pas empêché la violoniste de continuer sur sa lancée en Allemagne puisque Monia Rizkallah a fait partie de la très select Short list des nominés pour les Diwan Germany Awards, qui récompensent chaque année les artistes qui se sont illustrés dans leurs domaines. En toute logique, avec un parcours aussi immense, on ne peut qu'être salué par ses pairs, là où on va.
En effet, Monia Rizkallah a donné des concerts un peu partout en Allemagne et en Europe. Et elle a marqué l'année de belle manière faisant partie de la liste des artistes les plus respectés et aimés en Allemagne. Il faut également souligner que depuis 2002, Monia Rizkallah est titulaire du poste de premier chef d'attaque à l'Opéra de Berlin. Elle joue aussi régulièrement à l'orchestre philharmonique «A.Toscanini» en Italie ainsi qu'à Valence en Espagne à l'orchestre «Palau de arts».


Déclaration

«La double culture constitue indéniablement une richesse, sans clivage, ce n'est pas la culture marocaine d'une part et la culture française de l'autre. C'est plus un mélange qui se fait naturellement. Maintenant, lorsque l'on parle spécifiquement de musique classique européenne, les codes et l'histoire des œuvres ne permettent pas que l'on puisse s'en écarter. La façon de jouer est plus influencée par le caractère de l'interprète que par ses origines.»
«Mon violon, c'est devenu avec le temps un très fidèle partenaire. Je connais tout de mon violon, jusqu'aux diverses sonorités qu'il peut produire selon les conditions climatiques. Un même instrument ne sonnera pas de la même façon entre toutes les mains. C'est une «relation» si je puis dire exclusive et spéciale.»
«Mon rêve a toujours été d'intégrer une maison d'excellence. Cela a toujours été une source de motivation et de dépassement de soi très saine. On se mesure aux meilleurs, on se met en danger, on s'expose à des remises en question et parfois aussi à des échecs. On sort de sa zone de confort et on développe, comme pour des sportifs de haut niveau une force mentale. Aujourd'hui, mon ambition est plutôt tournée vers le partage de mon expérience, je ressens le besoin à mon tour de transmettre ce que j'ai pu apprendre; j'ouvre un nouveau chapitre.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.