Le Bahreïn réaffirme son soutien à la souveraineté et l'intégrité territoriale du Maroc    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Sommet de l'Otan: Quand Sanchez s'humilie et humilie son pays    Opération Marhaba 2021: Forte baisse des prix pour la liaison maritime    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Régionales de l'investissement: les étapes Laayoune et Dakhla font carton plein    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Euro 2020 : La Slovaquie prend le dessus sur la Pologne de Lewandowski    Vacances au Maroc: les premiers MRE débarquent à l'aéroport de Fès (PHOTOS)    Compteur coronavirus : 476 nouveaux cas, 9.368.046 personnes vaccinées    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    L'anesthésie après la vaccination anti-covid peut-elle causer la mort ?    Soulaiman Raissouni et Omar Radi confrontés à de charges concrètes, dit le ministère public    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    Réforme de l'administration : pénalisant ''bug'' législatif !    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Usage licite du cannabis : Vers l'adoption définitive de la loi    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Agriculture : un nouveau dispositif de soutien aux petits agriculteurs    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Mohamed Bouldini évoluera en Liga NOS avec Santa Clara    L'ONDA fortement mobilisé pour la sécurité sanitaire des voyageurs    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau
Publié dans Finances news le 12 - 05 - 2021

Loin d'être essoufflé, comme nous le font accroire les esprits chagrins, notre art pictural ne cesse de se vivifier. Et d'être célébré sous d'autres cieux. Avec d'autres artistes, Ahmed Amrani, ce peintre nordiste, prend d'assaut le Musée national centro de Arte Reina Sofia de Madrid.

Par R. K. Houdaïfa

Il est malaisé de brosser le portrait d'un personnage jaloux de son anonymat. D'un personnage qui s'évertue, douillettement, à se faire oublier, à dissoudre au profit de son art. Non par mauvaise volonté… «Le sage et discret Ahmed Amrani serait un réel artiste de l'insoumission (dixit Philippe Guiguet Bologne).»
Né à Tétouan en 1942. Ahmed Amrani a fait des études à l'Ecole des beaux-arts de sa ville natale (de 1945 à 1959), suivies d'une année fructueuse à l'Ecole des beaux-arts Santa Isabel de Hungria à Séville. Un an plus tard, cap sur l'Ecole des beaux-arts San Fernando de Madrid où il décroche une licence en arts plastiques. Sans oublier son escapade enchantée à l'Ecole des arts graphiques où il eut son diplôme.
Sa première exposition remonte à 1957. Il avait participé à «Gran exposicion collectiva hispano-marroqui de pintura y escultra» à Tétouan, aux côtés de Mariano Bertuchi, Saad Ben Cheffaj, Mohamed Serghini ou Meki Megara. Et quoi qu'il fasse partie de la première génération des artistes peintres marocains issus de l'Ecole des beaux-arts de Tétouan, érigée lors du protectorat, Ahmed Amrani n'est pourtant connu que par un cercle limité d'amateurs d'art. Car trop timide, forcément. Plus humble que lui, tu meurs ! La joie bon enfant lorsqu'il communique sur son travail…
Aussi, bien qu'il soit issu d'une culture, traditionnellement fermée à la peinture de chevalet, Amrani a développé un langage distinct, très personnel. Il s'appliqua à revisiter certains thèmes qui ont tant de fois été peints par les peintres occidentaux (quitte à se voir taxé d'hérésie). Mais à sa façon, de sorte qu'ils se trouvent dessertis du sens dont ils sont porteurs.
Amrani s'est préoccupé, par-dessus tout, à affiner son art dans le sens de la rigueur, de l'austérité, de la puissance évocatrice et de l'intensité fiévreuse... Il avait, depuis les sixties, poussé plus en avant ses recherches, lesquelles débouchèrent sur une prédilection pour le collage et l'utilisation du papier fin ainsi que le relief des couleurs. Les papiers (superposés les uns sur les autres) fondent si bien avec la couleur qu'il serait difficile de dissocier ce qui est peint : l'homme, et particulièrement le couple. Ceci constitue le sujet favori de ses tableaux. Il tente de percer les arcanes de la rencontre entre deux personnes.
Sa peinture, elle ne se laisse pas au demeurant prendre du premier regard, elle nécessite du temps pour révéler ses secrets. Une œuvre qu'il convient de scruter, de décrypter, si l'on désire en pénétrer l'intimité, car chaque composition consiste en une histoire. L'histoire de son démiurge. Ses états âmes… que ce gentil-papier n'a pas décliné, peut-être, et vous a pompé l'air de votre quiétude.

* «Trilogia Maroqui (Trilogie marocaine) 1950-2020», au musée de la reine Sofia à Madrid, jusqu'au 27 septembre.
*L'expo met en lumière la peinture et les peintres d'art contemporain et leur évolution à travers ces sept dernières décennies, depuis l'indépendance à nos jours. Pas moins de 200 œuvres réunies. Celles d'Amrani («Sans titre», «La protestation», «Vers l'avant» et «Trois noms») font partie de la période 1950-1969.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.