Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Programme gouvernemental: ces zones d'ombre inquiétantes
Publié dans Finances news le 22 - 10 - 2021

Le retour d'expérience avec le gouvernement El Otmani montre qu'il est aisé d'aligner des objectifs chiffrés dans la Déclaration de politique générale exposée au Parlement en début de mandat. En revanche, tenir les promesses sur les plans économique et social ainsi que sur le front des finances publiques relève d'une autre paire de manches.
Il y a quelques jours, Aziz AKhannouch s'est livré au même exercice, à une exception près : il a dévoilé des objectifs chiffrés du programme gouvernemental 2021- 2026. Pour les cinq prochaines années, le nouveau gouvernement dirigé par Akhannouch promet, entre autres, un taux de croissance moyen de 4% et la création d'au moins 1 million de postes d'emploi net, couplée à l'accroissement du taux d'activité des femmes à plus de 30% (au lieu de 20% actuellement).
La pondération du nouveau gouvernement en matière d'objectifs de croissance pour les cinq ans à venir obéit-elle au réalisme ou au manque d'ambition, censée être boostée par les futures politiques publiques ? Au regard de la teneur des discussions au cours d'une séance plénière à la Chambre des représentants, Akhannouch joue vraisemblablement la carte d'un réalisme qui serait mu par la pandémie toujours d'actualité au Maroc et sous d'autres cieux.
Rappelons tout de même que le gouvernement El Otmani avait fait une promesse plus ambitieuse en la matière. Celle de réaliser un taux de croissance annuel moyen compris entre 4,5 et 5,5% du PIB lors de la période 2017-2021. La suite est connue. Le résultat escompté par l'ancien gouvernement en matière de croissance n'a pas été au rendez-vous.

Des doutes légitimes
Interrogé sur l'objectif de croissance fixé par le gouvernement Akhannouch pour le prochain quinquennat, l'économiste et professeur Mehdi Lahlou émet des réserves. «Il est clair que le taux de croissance visé par la majorité ne permettra pas d'atteindre l'objectif ambitieux de création d'un 1 million de postes de travail sur 5 ans. Ce qui revient à générer 200.000 emplois par an», assure l'économiste. Ce dernier rappelle que chaque année, ce sont entre 250.000 et 270.000 personnes qui arrivent sur le marché du travail.
Au regard de la baisse d'activité induite par la crise, le nouveau gouvernement devrait plutôt travailler afin de permettre à l'économie nationale de réaliser un taux de croissance annuel moyen plus important que l'objectif fixé. Ce qui serait un rempart contre les stigmates de la pandémie pour les années à venir. L'économiste s'interroge sur les voies qui seront investies par l'Exécutif pour réaliser ce qu'il convient d'appeler une prouesse en matière de création d'emplois.
Pour rappel, un point de croissance au Maroc ne génère qu'entre 25.000 et 30.000 emplois. Et dans le même temps, l'on sait que le secteur public de son côté génère entre 15.000 et 20.000 postes de travail annuellement.
Ainsi, au-delà de la question de la création d'emplois et de la réduction du taux de chômage qui sera l'un des plus gros défis du gouvernement, le fait que Aziz Akhannouch fasse l'impasse sur les données chiffrées relatives au financement des composantes-clefs du programme social de son gouvernement est tout sauf rassurant pour bon nombre d'économistes. L'omission d'objectifs chiffrés, voire d'ambitions claires en matière de finances publiques est très mal perçue par les experts.
Et ce, à une période charnière en proie au creusement du déficit budgétaire et à l'inflation inquiétante de la dette publique globale. «Lorsque l'on propose autant de mesures sociales dans un programme gouvernemental, la moindre des choses est de livrer ne serait-ce que quelques pistes de financement», soutient le professeur de l'INSEA de Rabat. Notons tout de même que le PLF 2022 pourrait permettre au nouveau gouvernement de lever le mystère sur les mécanismes de financement qui seront privilégiés en 2022, voire au-delà.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.