Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etudes à l'étranger : France, «terre promise» des étudiants marocains
Publié dans Finances news le 27 - 06 - 2014

Chaque année, ce sont près de 60.000 jeunes marocains qui quittent leur pays et leurs familles pour poursuivre des études supérieures à l'étranger. Une expérience enrichissante, tant sur le plan professionnel que personnel, mais qui, en amont, nécessite une longue phase de préparation : orientation pédagogique souhaitée, financement des études, etc... Toutes ces décisions lourdes de conséquences et engageantes pour l'avenir doivent faire l'objet d'une mûre réflexion, à commencer par le choix du pays de destination.
Au Maroc où la qualité de l'enseignement supérieur fait débat depuis longtemps, étudier à l'étranger est considéré comme un ascenseur pour l'excellence. Les raisons qui expliquent ce phénomène sont nombreuses : épanouissement personnel, découverte d'une nouvelle culture, ouverture sur le monde, apprentissage de nouvelles langues, autant de raisons qui poussent nos jeunes bacheliers à tenter l'aventure. Sans parler des motivations purement professionnelles, puisqu'au Maroc les recruteurs voient d'un bon oeil le fait d'avoir une expérience à l'étranger inscrite sur le CV. Cela procure une réelle valeur ajoutée dans le parcours des jeunes diplômés.
Parmi les pays plébiscités par les étudiants marocains, la France, partenaire historique et culturel du Royaume, reste la destination qui attire le plus. Près de la moitié des étudiants marocains qui décident de poursuivre leurs études à l'étranger choisissent le pays de Voltaire. A ce titre, les étudiants marocains constituent le plus gros contingent d'étudiants étrangers en France. En 2012, leur nombre a atteint 32.482, soit (11,3%) du total des étudiants étrangers en France, devant les étudiants chinois (10,3%) et algériens (8,3%), selon une étude de Campus France. Un engouement qui ne faiblit pas puisque le nombre de dossiers études déposés à l'Espace Campus France Maroc a, en effet, dépassé les 16.000 en 2013, en hausse de plus de 8% par rapport à 2012.
Si l'intérêt des étudiants marocains pour la France ne se dément pas, c'est que l'Hexagone dispose de très nombreux atouts. Le premier d'entre eux est la proximité linguistique et culturelle, en plus de la qualité et la variété interdisciplinaire de son enseignement.
La France est le 3ème pays d'accueil des étudiants étrangers avec plus de 260.000 étudiants, ce qui représente 12% de la population estudiantine. Issue d'une longue tradition, la formation française s'appuie sur un réseau national de plus de 3.500 établissements d'enseignement supérieur publics et privés et de centres de recherche de renommée internationale : on compte ainsi 83 universités, environ 205 écoles d'ingénieurs, 200 écoles de commerce et de management, 120 écoles supérieures d'art publiques, 20 écoles d'architecture. S'y ajoutent plus de 3.000 autres établissements, écoles ou instituts spécialisés qui concernent des secteurs spécifiques comme les carrières sociales, le paramédical, le tourisme, le sport, la mode, le design, ou encore les lycées préparant aux concours d'entrée dans les grandes écoles (CPGE).
L'attractivité que la France exerce sur les étudiants marocains se base avant tout sur un système d'enseignement unique. On y retrouve en premier lieu des universités avec une offre de formation très large et accessible à tous. La majorité de ces universités sont publiques puisque 80% des établissements de l'enseignement supérieur sont financés par l'Etat. Ces 83 universités publiques sont réparties sur l'ensemble du territoire et couvrent l'ensemble des disciplines : scientifique, économique, littéraire, ou technique. Ces universités sont très avantageuses pour les étudiants marocains dans la mesure où les frais d'inscriptions sont très peu élevés par rapport aux écoles privés : de 170 euros en licence à 350 euros en doctorat. En outre, les diplômes sont nationaux et ont donc une même valeur quels que soient les établissements où ils sont délivrés. Ils bénéficient en plus de la garantie et de l'agrément de l'Etat.
Ce système d'enseignement, bien qu'abordable, n'en reste pas moins de qualité. Les diplômes universitaires français sont unanimement reconnus de par le monde, et l'excellence du système éducatif n'est plus à démontrer.
Pour leur part, les grandes écoles bénéficient d'un réel prestige auprès des Marocains, mais les places y sont chères. Souvent vues comme une porte d'entrée vers les hauts postes de responsabilité, les grandes écoles constituent une particularité française et fonctionnent en parallèle au système universitaire. Leur réputation est due à l'enseignement professionnalisé de haut niveau qu'elles dispensent, et à la rigoureuse sélection qu'elles opèrent à l'entrée (admission sur concours après deux années en classes préparatoires). Mais elles sont également sélectives en matière de frais de scolarité, puisque les tarifs peuvent aller jusqu'à 10.000 euros l'année. Un coût qui peut en rebuter plus d'un, mais des solutions de financement existent heureusement. Les grandes écoles regroupent un grand nombre de formations : si l'on passe sur les plus connues qui préparent aux métiers de l'administration (ENA), de l'enseignement supérieur et de la recherche (ENS), on trouve les écoles d'ingénieurs (205) et les écoles de commerce et de gestion (200). D'après le Financial Times, 5 écoles françaises comptent parmi les 10 meilleurs Masters en management. Les écoles d'art ou d'art appliqué ne sont pas en reste. Elles sont publiques et délivrent des diplômes nationaux garantis par l'Etat après 3 et 5 années d'études. Elles permettent une formation aux disciplines artistiques de façon générale puis offrent une spécialisation. Une stricte sélection à l'admission est opérée, sous la forme de concours ou d'entretien.
Il faut savoir que la France ne fait aucune distinction entre les étudiants étrangers et français : les exigences d'accès sont identiques, les diplômes délivrés sur les mêmes critères et les coûts d'inscription sont les mêmes, quelle que soit la nationalité des étudiants.
Sachez enfin que les étudiants marocains en France sont loin de faire du tourisme ou de la figuration. Ils sont en effet surreprésentés dans les filières d'excellence (49% au niveau Master, contre 44% sur l'ensemble des étudiants étrangers présents en France), et privilégient les filières scientifiques 36% et économiques 34%.
Pages réalisées par A. Elkadiri


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.