Mais que veulent les caporaux généraux algériens ?    Le spectre d'une scission plane sur le parti d'Abderrahim Bouabid    Mort de l'ex-président algérien par intérim Abdelkader Bensalah : les condoléances du roi Mohammed VI    Le président de la FMPS appelle à l'ouverture urgente de salles de sport    Affaire Abdelwahab Belfkih : la thèse du suicide confirmée par une expertise    Eruptions volcaniques aux Canaries : Vrai ou faux risque Tsunamique sur le littoral Atlantique ?    Botola Pro D1 / MAS-FUS (1-1) : Un nul qui ne satisfait aucune partie    La faillite d'Evergrande fait planer l'ombre d'une nouvelle crise financière systémique    Nucléaire : Le Maroc pour des réponses efficaces aux menaces mondiales de la prolifération    Archéologie. Une nouvelle espèce de dinosaure découverte au Maroc    Rentrée culturelle de la FNM : la photographie artistique à l'honneur    Les Forces Royales Air s'entraînent sur des hélicoptères APACHE    Mohamed El Bouhmadi et Lamia Tazi élus à tête de la FMIIP    Covid-18 au Maroc : 1 620 nouveaux cas et 26 morts    Semaine de la Francophonie Scientifique: le Maroc participe à la 1ère édition    Guerre mondiale économique. Les Etats adoptent de nouvelles postures [Par Mehdi Hijaouy]    Sécurité alimentaire: défi majeur pour les dirigeants des entreprises agroalimentaires    Abdelouafi Laftit appelle au contrôle du compte administratif des collectivités territoriales avant la passation des pouvoirs    Quelque 800 migrants morts en route pour les Canaries en huit mois    World Benchmarking Alliance. Le Groupe OCP classé 4ème mondial    Le Maroc et l'Espagne évitent une tentative d'entrée de 400 immigrés    Promotion du sport : la MDJS innove    Festival : Ciné-Université fait son grand retour !    Sinopharm : Quatre millions de doses reçues ce vendredi    Soutenir les pme pour créer plus d'emplois    Le département d'etat Américain reçoit à Washington une délégation Marocaine de haut niveau    Sara Daif, vice-championne de l'arab reading challenge 2020    La Banque soutient la 2ème édition de l'appel à projets dédié à la création et la production du spectacle vivant    Mondiaux de cyclisme sur route: L'édition 2025 au Rwanda    Usage légal du cannabis : l'Agence nationale sur les rails    Botola Pro D1 : Ce vendredi, MAS-FUS mais surtout RCA-JSS en ouverture de la troisième journée    Une première africaine et arabe : Le Maroc en quarts de finale de la Coupe du monde de futsal    Raja de Casablanca-Jeunesse sportive Salmi, attraction de la 3ème journée    L'OMS recommande officiellement un troisième traitement contre le Covid-19    Agadir. Aziz Akhannouch élu président du conseil communal    Auto Hall. Un résultat net consolidé en forte hausse au premier semestre    Tramway Rabat-Salé: partenariat pour la mise en œuvre de solutions de performance énergétique    Rabat. Asmae Rhlalou élue à la tête du Conseil de la ville    Algérie: Quatre ans de prison pour atteinte au moral de l'armée !    Internet fixe : Orange, le plus "speed" au Maroc !    Projet d'attentat d'un groupe néonazi en France : cinq personnes en garde à vue    Maroc-USA : Exercices militaires conjoints liés à la prévention des catastrophes    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Accès au crédit bancaire : Fonds propres, talon d'Achille des PME
Publié dans Finances news le 28 - 01 - 2016

La 5ème édition du Forum Euromed-Capital a jeté la lumière sur l'importance du partage de croissance et du capital investissement pour l'entreprise, en particulier la PME. Le rôle du gouvernement ne doit pas se limiter au facilitateur ou de législateur, mais aussi de partenaire et aider sérieusement le développement de l'investissement privé.
Le partage de la crois­sance économique était au coeur du débat du 5ème Forum Euromed-Capial organisé récemment dans la capitale économique. Ce ren­dez-vous entre investisseurs et entrepreneurs, des deux rives de la Méditerranée, traite des moyens d'action à mettre à la disposition des entreprises pour permettre à une large frange de la population de bénéficier des fruits de la crois­sance économique. La question de la croissance n'est-elle pas dépassée ? Pas vraiment, si l'on passe en revue les taux alar­mants du chômage des diplômés, un signal fort que la richesse ne profite pas à toutes les catégo­ries. Etant donné la pertinence de la thématique et le choix des intervenants, pour ne citer que Jean-Pierre Raffarin, président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées au Sénat français (ex Premier ministre), Jaloul Ayed, ancien ministre des Finances en Tunisie, Mohamed El Kettani, PDG d'Attijariwafa bank, le Forum a fait salle comble, avec un bel audi­toire. L'édition 2016 du Forum est résolument orientée vers le conti­nent africain, avec pour sujets de réflexion l'internationalisation des entreprises et le rôle du «private equity» dans la création d'emplois et de la finance inclusive comme vecteur de croissance.
En l'absence d'une croissance inclusive...
Le partage de croissance écono­mique prend la forme d'alliances inter pays ou interentreprises, avec comme toile de fond, la distribution des richesses et des revenus issus des investisse­ments. Dans son allocution, J. P. Raffarin rappelle qu'il n'y a pas d'avenir dans la fermeture et dans le repli sur soi-même. Il insiste à cet égard sur le partage de la croissance en amont par le biais des projets d'investissements, de l'innovation et des nouvelles technologies. Toutefois, en l'ab­sence d'un dynamisme continu et durable, une répartition équitable s'avère difficile, voire utopique. «Il faut créer de la richesse et faire en sorte que tous les acteurs puissent y contribuer tout en favorisant un partenariat gagnant-gagnant», plaide-t-il sur un ton ferme. Et d'ajouter : «Aujourd'hui, on par­tage l'influence politique (ONU), mais il faut aussi répartir l'in­fluence économique (OMC) et cer­tains traités partenariaux entre les différents pays ou les continents. Il faut chercher l'équilibre parce que le codéveloppement est l'ave­nir». L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac revient sur le positionnement du Maroc. Il consi­dère que le Royaume jouit d'une stratégie d'ouverture empreinte de bonnes relations avec l'Europe et l'Afrique. La volonté de coo­pération est bien visible, allusion faite aux multiples déplacements du Souverain et des fortes délé­gations économiques en Afrique. Toutefois, l'implication de l'Europe et d'autres pays africains dans la réalisation de la croissance éco­nomique reste conditionnée par l'élaboration d'une vision com­mune basée sur l'achèvement des réformes dans les pays du continent.
Pour sa part, Jaloul Ayed, ancien ministre des Finances en Tunisie, revient sur la problématique du chômage des jeunes diplômés, qui prouve que cette catégorie est exclue du processus de crois­sance économique. «Le Printemps arabe n'a pas pu éradiquer le chômage des diplômés dans les pays qui ont connu la révolution», illustre-t-il. Depuis le soulèvement, la croissance du PNB en Tunisie n'a pas dépassé 2% et le pro­blème du chômage des jeunes persiste et menace aujourd'hui encore le fragile équilibre de ce pays voisin. Après la révolution, 450.000 diplômés universitaires tunisiens sont sur les bancs des chômeurs. Un retour à la case départ ! Vaille que vaille, le pays a besoin d'un modèle de croissance basé sur l'offre et l'investissement, dans toutes ses formes, afin de créer des richesses et de l'emploi.
J. Ayed n'y va pas par quatre che­mins. Selon lui, il faut mettre en oeuvre une formulation de politique adaptée aux besoins des PME, leur permettant d'investir plus. La problématique des PME ne se cantonne pas à l'accès au finan­cement bancaire, mais surtout aux fonds propres. «Conformément au principe de l'orthodoxie financière, une PME pauvre en fonds propres ne peut pas accéder au crédit bancaire», assure-t-il. D'où la nécessité de développer un mar­ché de fonds propres (développe­ment, transmission...) qui répond aux besoins spécifiques de cette catégorie d'entreprises. Il s'inté­resse à la PME parce que malgré sa taille réduite, elle emploie 70% de la main-d'oeuvre. Aussi, le rôle du gouvernement ne doit-il pas se limiter à celui de facilitateur ou de législateur, mais aussi de partenaire et aider de manière importante le développement de l'investissement privé.
Partant de ce principe, il est à rappeler que l'intégration maghré­bine constitue un énorme manque à gagner pour les pays de la région. Aujourd'hui, ces derniers ont tous besoin d'une croissance économique à même de créer plus d'emplois en surmontant les inégalités.
Témoignage de Mohamed El Kettani
Pour le PDG d'Attijariwafa bank, ce partage de croissance éco­nomique, la banque le vit chaque jour en tant qu'investisseur, en mettant à la disposition des autres pays africains, son savoir-faire, en l'occurrence celui lié à la banque de détail. «En matière de distribution de crédits, nos filiales africaines affichent des taux de croissance à deux chiffres et ce, malgré les problèmes politiques existants», explique-t-il. A ce titre, il trouve que le spread appliqué au risque africain n'est pas justifié dans la mesure où la croissance à deux chiffres vient des inves­tissements de la banque dans ce continent. Il est tout à fait conscient que l'enjeu de demain est de donner de l'emploi à ces milliers de jeunes qui se pointeront. Il est aussi conscient que la problématique de la PME africaine est d'abord celle des fonds propres et ensuite d'accès au crédit bancaire. Il recommande de développer nos ressources en interne et de créer un marché de fonds d'investissement spécialement conçu pour répondre à leurs besoins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.