UE: les 27 déterminés à verdir leurs importations, divisés sur l'énergie    Blinken consulte les alliés européens avant le face-à-face russo-américain    CAN 2021: Première séance d'entraînement des Lions de l'Atlas en vue des 8ès de finale    La Cour suprême inflige un revers à Trump dans l'enquête sur l'assaut du Capitole    L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Maroc-Mexique : Une coopération universitaire qui se fortifie    La pandémie de Covid-19 a fragilisé l'ensemble des droits humains dans le monde, selon l'ONU    Météo Maroc: temps assez froid sur l'intérieur du pays ce jeudi 20 janvier    CAN 2021: voici l'adversaire des Lions de l'Atlas aux huitièmes de finale    Tourisme. Des solutions ponctuelles à une crise structurelle    Le Chery Tiggo 7 Pro remporte le prix du SUV le plus vendu de l'année au Qatar    L'ancien président du Wydad, Abdelmalek Sentissi, n'est plus    Auteur de deux agressions, le meurtrier de Tiznit interné à l'hôpital psychiatrique Errazi de Salé    Le PPS appelle à la réouverture des frontières    Accord entre le gouvernement et les syndicats d'enseignement les plus représentatifs    Cervantes, le théâtre centenaire de Buenos Aires    «Il est temps de vous libérer du complexe du colonisé»    Le poète et militant, Houcine Kamari, n'est plus    La circulation temporairement coupée sur ce tronçon routier    USA: Bilan mitigé de Biden après un an à la Maison Blanche    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 Janvier 2022 à 16H00    Espagne : L'ONMT déploie une nouvelle task force au FITUR de Madrid    Consommation : Les ménages entre espoir et incertitude pour 2022    Liban : Le gouverneur de la Banque du Liban dans de sales draps    Maroc : La DGI lance un assistant virtuel «chatbot»    «L'autonomie, sous souveraineté marocaine. Autonomie entérinée par l'ONU» : en Espagne, le rapprochement entre Rabat et Berlin scruté    Casablanca : Interpellation de sept individus, dont un agent de sécurité, présumés impliqués dans l'enlèvement et la séquestration    Le PPS critique la faible présence politique du gouvernement et appelle à l'ouverture des frontières    Ouverture de la billetterie pour la Coupe du monde de football 2022    CAN2021-Arbitrage : La Marocaine Bouchra Karboubi assiste l'Ethiopien Tessema à la VAR du ''Soudan-Egypte'' (20h)    L'Oriental Fashion Show retrouve la scène de la mode parisienne    Maroc-Gabon : Le superbe golazo de Hakimi impressionne Mbappé et fait le tour de la toile    CAN: Halilhodzic s'exprime après le match Maroc-Gabon    Covid: nouveau record de contaminations en Allemagne    Ceuta. Les frontières avec le Maroc fermées jusqu'en juin    Covid-19: Abdelilah Benkirane hospitalisé suite à des complications    L'UA condamne "l'attaque terroriste" des houthis contre les Émirats Arabes Unis    Les ports de Casablanca et Jorf Lasfar ont réalisé 70,5% du trafic national en 2021    Bain de foule dans un souk populaire pour Najat Aâtabou (VIDEO)    Attaque des Houthis contre les Emirats : Pr Zakaria Abouddahab fait le point (VIDEO)    Emirates suspend des vols vers les Etats-Unis en raison de la transition 5G    L'Egypte en pleine confiance face au Soudan    Lucile Bernard présente «A l'aube de nos rêves» en février à Marrakech    Fès : Session de formation sur l'éducation inclusive et l'autisme    Khalifa Mennani, membre de Fnair, lance «Mi Lalla»    Affaire Ghali : Le directeur adjoint de la police nationale entendu par le juge Lasala    "أحسن Pâtissier", la deuxième saison bientôt de retour sur 2M !    Enseignement/Dialogue social : l'accord MEN-syndicats, "un accord d'étape" pour la FNE qui "augure du positif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pandémie de grippe
Publié dans Finances news le 08 - 12 - 2005

Le danger d’une pandémie de grippe est bien présent. Pour mieux s’y préparer, l’Hôpital Cheikh Zaïd a organisé une réunion pour faire le point sur la grippe aviaire, principal facteur de transmission. Depuis novembre 2005, le Maroc se prépare aussi à faire face à une pandémie qui toucherait 25 % de la population si elle survenait.
L’Hôpital Universitaire International Cheikh Zaïd a organisé une réunion sur la grippe aviaire dans le cadre de ses Assises Médicales de Formation. Les médecins des hôpitaux et les médecins généralistes, ainsi que les responsables des autorités sanitaires et universitaires médicales y ont pris part pour faire le point sur l’évolution de cette épidémie qui peut engendrer une pandémie de grippe.
Depuis déjà deux ou trois années, la théorie d’une éventuelle pandémie de grippe hante les prévisions des spécialistes mondiaux de la santé. En effet, on craint l’éclosion d’un virus grippal mutant, résistant aux vaccins et indifférent aux anticorps. Il ravagerait la moitié de la population et tuerait des gens par millions dans le monde entier.
Un argument chronologique renforce cette crainte. Puisqu’il y a eu 3 pandémies le siècle dernier, avec un intervalle moyen de 30 ans environ, la dernière étant survenue il y a 37 ans en Espagne et aurait été d’origine aviaire.
Les scientifiques ont ainsi déterminé plusieurs voies de transmission de cette grippe. Directement du poulet à l’homme mais non contagieux entre humains, comme ce fut le cas l’hiver dernier quand le virus de la grippe aviaire avait tué des dizaines de personnes en Asie et entraîné la destruction de 100 millions de poulets à travers le monde. Soit par association entre le virus du poulet et un autre, contagieux pour l’homme ou bien par contagion du virus aviaire directement à travers l’homme. Ces réarrangements génétiques du virus peuvent également se produire spontanément par contagions entre humains. Ce fut apparemment le cas pour la grippe espagnole de 1918.
Au Maroc, selon les chiffres du ministère de la Santé, l’impact d’attaque moyen toucherait 25 % de la population en cas de pandémie de grippe.
La population cible est estimée à 5.500.000 personnes
Quel plan de préparation ?
Au Maroc, les autorités ont déjà annoncé un plan de lutte national qui suit les recommandations de l’OMS en matière de stocks de médicaments. Le plan de préparation marocain repose sur la restriction des activités à risques. Par exemple, la prolongation de l'interdiction d'importation de toutes volailles vivantes et de produits originaires de volailles à partir de tous les pays déclarés infectés par la maladie connus jusqu'à présent. Et aussi, le Comité National de Vigilance de l'influenza est chargé de suivre et d'évaluer les développements de la situation sanitaire internationale à l'égard de la maladie et de maintenir une veille sanitaire permanente et rapprochée au niveau national aviaire.
Le plan comporte aussi la vaccination, l’hygiène et l’information. Cependant, en ce qui concerne la préparation à la pandémie et la communication, comme dans beaucoup d’autres pays, tout n’est pas encore prêt.
De même que dans le cadre de l’organisation des soins, le gouvernement marocain a acquis un premier stock d’antiviraux suffisant pour couvrir 1,5% de la population seulement.
L’OMS recommande des stocks de médicaments antiviraux (Oseltamivir) qui doivent couvrir 20 à 25% de la population. Seuls quelques pays sur les 192 membres, comme la Hollande, la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Suisse, la Finlande ou encore le Japon et la Nouvelle-Zélande ont respecté ces taux.
La communication sur la grippe aviaire est aussi un point essentiel pour se préparer à gérer une éventuelle crise sanitaire. Ainsi, la rencontre entre spécialistes et médias répond à une véritable attente du fait que la presse marocaine manque réellement de sources d'information. A ce propos, un récent sondage a été publié mettant en lumière ce besoin. Il semble évident qu’une population bien informée sur la maladie et les moyens de la traiter, ainsi que les mesures des pouvoirs publics pour la contrôler est une excellente démarche pour rassurer la population et éviter les comportements de panique.
Mais à présent, c’est l’efficacité et les moyens mis en œuvre pour leur réalisation en cas de pandémie qui sont à confirmer. Le Dr Lee Jong-Wook, Directeur général de l’OMS a déclaré: « Le monde entier reconnaît qu'il s'agit là d'un défi majeur pour la santé publique. L'OMS est prête à déployer ses ressources pour réduire le risque de pandémie humaine. Nous devons maintenant tester les plans que nous avons élaborés. Lorsqu’apparaîtra un virus pandémique, il sera trop tard».
Il faut dire que les voies de recours médicaux sont limités.
Il y a les traitements symptomatiques habituellement utiles pour réduire les symptômes, mais ils n’auront aucun intérêt devant la gravité d’une grippe pandémique et devant le risque vital qui s’ensuit.
Les vaccins ont une efficacité limitée. Pour avoir un vaccin efficace, il faudra attendre que le premier cas de pandémie se déclenche pour pouvoir identifier la souche du virus; ensuite, il faudra synthétiser le vaccin et le produire en quantité suffisante pour vacciner les populations.
Idem pour les traitements antiviraux. La première génération de ces traitements est inefficace contre la grippe aviaire. Par contre, il existe une nouvelle génération d’antiviraux, appelés «inhibiteurs de la neuraminidase», qui eux agissent sur ce virus et sur toutes les souches connues de virus influenza. L'OMS recommande d’ailleurs aux gouvernements de tous les pays de stocker l’un d’entre eux, dans le cadre d'une préparation à la pandémie, ou plan d’action anti-grippe aviaire
Il faut préciser qu’une bonne préparation sous-entend la capacité de traiter tous les patients qui seront atteints de grippe en cas de pandémie, soit environ 25% de la population, et ce en utilisant les traitements antiviraux (dans l'attente du vaccin). Les gouvernements des pays et autorités responsables sont donc appelés à constituer des stocks suffisants de médicaments, dans l’attente de la possibilité d’une vaccination spécifique à la pandémie. Le Maroc devra donc accélérer la cadence pour acquérir des stocks suffisants pour couvrir 25 % de la population au moins comme le recommande l’OMS.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.