En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Skoda Scala: Coup de jeune    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Effet de dissuasion    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition : Maoual et ses tatouages multiples
Publié dans Finances news le 17 - 05 - 2007

* Le peintre et graveur Maoual revient avec plusieurs travaux récents.
* L'artiste se distingue toujours par sa capacité à renouveler les techniques de son art, après 30 ans de carrière en France.
Réalisant souvent ses œuvres de manière presque instinctive, le plasticien Maoual revient sur scène jusqu'au 1er juillet à la Galerie RÊ de Marrakech. Ce peintre et graveur natif d'Essaouira a toujours été en relation profonde avec la terre africaine, ses mythes, ses couleurs, sa puissance onirique. Comme le constate le critique d'art Alain Paire, «en face de Maoual, j'imagine quelquefois les songes et les moments d'arrachement d'un homme de mémoire qui habiterait le voisinage d'une forge ou bien les rives d'un fleuve…».
Après 30 ans de carrière et d'expériences accumulées en France, Maoual se distingue toujours par sa capacité à renouveler les techniques de son art. Dans l'actuelle exposition «Tatouages multiples», on peut découvrir un travail authentique mais en même temps novateur.
A côté de Tibari Kantour, Maoual représente un autre style de la gravure au Maroc. En renouvelant sans cesse les techniques et les méthodes de ses expressions artistiques, ce peintre âgé de 48 ans a su se démarquer justement par cette capacité à innover tout en restant fidèle au cadre de référence ou du «paradigme» artistique qui l'inspire. «On découvre immédiatement chez cet artiste la bonté et la confiance d'un premier accueil», constate encore Alain Paire, «en dépit de la maturité de ses savoirs et de son imaginaire, on perçoit une sourde anxiété, une faculté d'étonnement, voire de stupeur, en face des surprises qui déjouent constamment ses attentes….».
Maoual, un artiste très apprécié dans le sud de la France, vit depuis trois ans au Maroc. Cette exposition est en fait un carrefour de plusieurs techniques : peinture, gravure, sculpture, recours aux matériaux de récupération…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.