Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Sahara marocain : Le Bundestag rejette la discussion d'une motion hostile au Maroc    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bourse : Les valeurs sur lesquelles il faut se positionner
Publié dans Finances news le 29 - 01 - 2009

* Agroalimentaire, «utilities», industrie pharmaceutique… sont les secteurs les plus recommandés par les analystes.
* Leur point fort : leur caractère défensif. Car ils sont rattachés à des secteurs pour lesquels la consommation ne faiblit pas, quel que soit l’état de la santé économique.
* Les sociétés dont le revenu est drainé essentiellement par des marchés étatiques sont elles aussi vivement recommandées. L’État vient en effet de relever son budget d’investissement de plus de 25%.
Le marché boursier pique du nez. Après une année 2008 pour le moins horrible, avec une perte moyenne de plus de 13%, le marché continue sur sa lancée baissière et accusait, à l’heure où nous mettions sous presse, une contre-performance dépassant les 9%. Et la reprise n’est pas, semble-t-il, pour demain. Analystes et professionnels du marché sont aujourd’hui unanimes à dire que le marché ne décollera pas avant l’année 2010. 2009 sera donc une année aussi déplorable que l’année précédente, sinon pire ! Que faire alors ? Déserter la place en attendant de meilleurs jours serait une bonne approche… Mais, hélas, trop simpliste. Car il est possible, voire sûr, qu’on puisse également se faire du fric en période de crise. La méthode : se positionner sur des valeurs dites défensives. Des valeurs qui résistent à la baisse. Et qui, mieux encore, ne prennent leur élan que dans un pareil contexte.
Misez sur l’agroalimentaire !
Ces valeurs sont nombreuses. Leur force réside dans leur activité. Car elles sont rattachées à des secteurs pour lesquels la consommation ne faiblit pas, quel que soit l’état de la santé économique. C’est le cas notamment des valeurs agroalimentaires. Les Cosumar, Lesieur Cristal et Centrale Laitière l’ont bel et bien prouvé en 2008. Cosumar et Lesieur ont été classés en haut du tableau des meilleures performances avec des gains respectifs de 48 et 35%. Centrale Laitière n’est pas en reste puisqu’elle a engrangé quelque 9% au moment où toute la place, représentée par son indice-phare le Masi, en perdait quelque 13%. Et ces trois valeurs sont aujourd’hui vivement recommandées par tous les analystes et professionnels du marché. Outre leur activité qui ne risque pas de ralentir, leur fondamentaux sont plus que jamais solides. Leurs performances industrielles également. Mais autre chose, ces valeurs seront cette année des plus généreuses en terme de dividendes. Appartenance au groupe ONA oblige. ONA a plus que jamais besoin de cash. Tout le monde vous le dira. Preuve en est : ses sorties régulières sur le marché de la dette, servant essentiellement au soutien de sa filiale Télecom, Wana, et au financement de l’aventure africaine de son groupe financier Attijariwafa bank. «ONA fera remonter beaucoup de dividendes cette année. Ses filiales vont servir un joli taux de rendement (Dividend Yield)», nous dit cet analyste.
Toujours rattachée au secteur agroalimentaire, une valeur comme Label Vie serait un bon placement. L’enseigne de grande distribution a fait preuve d’une forte résistance aux soubresauts du marché en 2008. Et sa valeur s’est hissée de 9% depuis son IPO. Son secret : son caractère défensif. Puisque plus de 80% de son chiffre d’affaires sont drainés par des produits agroalimentaires de base… à forte consommation. Mais ce n’est pas tout. L’enseigne s’est dotée d’un plan de développement pour le moins ambitieux.
Vivement «utilities» !
Dans le même ordre d’idées, c’est le secteur des «utilities» qui tire son épingle du jeu, dans un contexte boursier en berne. Cet état de fait devrait profiter surtout à Afriquia Gaz (également soutenue par une bonne situation financière) ainsi qu’à Maroc Telecom (IAM). L’opérateur historique, fort d’un faible taux d’exposition à la demande externe (15 à 20%), continue de profiter d’une forte demande interne (voire valeur de la semaine). Il faut dire qu’IAM tire aussi profit de sa double cotation à Casablanca et à Paris. Cela fait d’elle «une valeur difficilement manipulable», estime cet analyste.
Autre secteur sur lequel il faut se positionner : l’industrie pharmaceutique. En plus de son caractère hautement défensif, ce compartiment a encore de beaux jours devant lui, faut-il le dire. «L’impulsion étatique donnée à ce secteur, notamment pour remédier au faible niveau de la consommation nationale, devrait se matérialiser par une accélération de son rythme de croissance dans les années à venir», estiment en effet les analystes de BMCE Capital Bourse dans leur dernier rapport annuel. Mais ce n’est pas tout. «La mise en place de l’assurance maladie obligatoire et le lancement du Ramed sont les catalyseurs d’une dynamique nouvelle qui s’offre au secteur à un moment où le ministère de la Santé œuvre pour augmenter la part des génériques à 75% dans la consommation des médicaments, contre 25% actuellement», ajoutent nos analystes. Ajoutez à cela les niveaux de valorisation des sociétés qui le composent (Sothema et Promopharm), qui traitent à des PER de moins de 9 fois les résultats attendus, et vous comprendrez qu’il s’agit là de réelles opportunités d’investissement. Autre panel fortement recommandé par les analystes de la place : toute société travaillant directement avec l’État. À leur tête, le groupe de Haj Fahim, Delta Holding. Ce holding de services devrait en effet profiter amplement de la prépondérance des marchés publics dans la composition de ses revenus. Des marchés qui ne sont pas près de tarir puisque le gouvernement vient de relever, dans le cadre de la Loi
de Finances 2009, le budget d’investissement de plus de 25%... Du pain béni quoi !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.