L'Istiqlal se déclare prêt à participer à la future coalition    Algérie : Bouteflika sera inhumé à l'est d'Alger    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Adolescents & Applications mobiles : Qu'en est-il de la sécurité ?    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Magazine : Johnny Hallyday, les dommages d'un hommage    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Tanger Med: Saisie de 75.240 euros et 13.800 dirhams    Guillaume Scheurer : « La démocratie au Maroc est en marche »    Meeting de Kip Keino d'athlétisme: Soufiane El Bakkali remporte le 3.000m steeple    Coupe de la CAF : Les FAR se qualifient au 2ème tour    Botola Pro D1 / DHJ-HUSA (2-1) : Démarrage sur les chapeaux de roue !    Mohamed Sefiani du PI, réélu président du conseil communal de Chefchaouen    Abdellatif Ouahbi du PAM élu président du Conseil communal de Taroudant    Participation au gouvernement : le Conseil National de l'Istiqlal dit oui !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    Attaque des camionneurs marocains au Mali : certitudes et interrogations    Les obsèques de l'un des deux camionneurs marocains tués au Mali (VIDEO)    Bourse de Casablanca: L'essentiel du résumé hebdomadaire    Immobilier: le secteur est prédestiné à un nouveau cycle d'évolution    Accord entre l'Ethiopie et le Maroc sur la production d'engrais    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Marché de change: Adjudications d'achat de devises à partir du 20 septembre (BAM)    Un premier semestre dans le vert pour CIH Bank    Exposition: horticulteur attentionné    Samir Goudar élu président de la région Marrakech Safi    Derrière l'arrêt du « Doing Business », un rapport gonflé en faveur de la Chine    Prévisions météorologiques pour ce samedi    Washington : 6 lions et 3 tigres du zoo ont été testés positifs au Covid-19    Assouplissement des mesures restrictives au Maroc: ce qu'en pense un expert    Université Abdelmalek Essaâdi: Création de 10 nouvelles filières du Bachelor    Production des vaccins au Maroc: la fabrication des substances actives démarre dès le début 2022    Archives du Maroc signe un mémorandum de coopération    Le Conseil national du PAM approuve la participation du parti au prochain gouvernement    Décès de l'ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika à l'âge de 84 ans    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    Les ministres israéliens de la défense et de l'économie bientôt au Maroc    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Championnat arabe de judo : La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Coupe du monde de futsal : le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    Exposition : l'art à travers trois générations    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    CIH Bank: l'activité repart de plus belle au premier semestre 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive
Publié dans 2M le 11 - 04 - 2021

L'Association marocaine des droits des victimes (AMDV) a tenu, samedi à Rabat, son assemblée générale constitutive sous le thème: "Pour une protection juridique et sociale des victimes".
L'association vise, selon ses statuts, "à soutenir les droits des victimes de crimes, conformément aux conventions internationales pertinentes et aux bases constitutionnelles et nationales, et à défendre les droits des enfants, des femmes et de toutes les catégories vulnérables", tout en œuvrant à faire entendre la voix des victimes et à leur procurer le soutien juridique, psychologique, sanitaire et social, et à lutter contre l'impunité, qui s'apparente à une atteinte aux droits des victimes et bafoue le principe de la l'égalité des citoyens devant la loi.
A cet égard, l'AMDV s'engage à présenter des pétitions et propositions de lois, des recommandations et des rapports dans le but d'actualiser et harmoniser le système juridique avec les conventions internationales approuvées par le Maroc, en plus de l'élaboration et la mise en place de projets au profit des femmes et enfants victimes.
L'assemblée générale, à laquelle ont assisté plusieurs avocats, acteurs de la société civile et représentants d'associations des droits de l'Homme, a approuvé à l'unanimité le document constitutif et les statuts de l'Association, et élu les membres du bureau exécutif de celle-ci.
Ainsi, Mme Aicha Kelaâ a été élue unanimement présidente de l'Association, Mme Fatima Zahra Chaoui vice-présidente, M. Mohamed El Haini secrétaire général, Mme Zineb Hakimi, vice-secrétaire générale, M. Abdelfatah Zehrach trésorier, Mme Hafsa Boutaher vice-trésorière, Mme Loubna El Joud chargée de communication et de relations publiques, Mme Karima Salama chargée des affaires juridiques, Mme Mariem Jamal El Idrissi chargée des affaires judiciaires, et Mmes Naima El Hrouri et Soukaina Kerouach conseillères.
Dans une déclaration à la presse, Mme Aicha Kelaâ, avocate au barreau de Casablanca, a affirmé que "l'Association marocaine des droits des victimes s'engage à défendre les droits des victimes", estimant que les droits des victimes sont le parent pauvre de l'arsenal juridique marocain, comparés aux droits dont jouit l'accusé.
"Nous nous engageons à défendre les principes de l'équité et de l'égalité entre les statuts juridiques de l'accusé et de la victime au regard des lois marocaines, et dans le cadre des procès", a-t-elle souligné, faisant remarquer que la plupart des législations pénales confèrent à l'accusé plusieurs droits, alors qu'elles négligent ceux de la victime.
La mission de l'Association est de défendre les victimes en plaidant leurs cas devant les parties concernées dont le parlement, les institutions exécutives officielles, ou le Conseil national des droits de l'Homme, ainsi que par le biais de la coopération avec ses partenaires dans la société civile, pour l'équité et l'égalité entre les parties, a dit Mme Kelaâ.
Et d'ajouter que l'association entamera son travail sur plusieurs fronts et dans différents domaines. Ces actions seront reflétées au niveau législatif -par des propositions ou des recommandations- et au niveau des partenariats pour la défense des victimes, notamment les catégories vulnérables, les enfants et les femmes à la fois devant les tribunaux et par des aides et accompagnements après les procès, ainsi qu'en prenant la défense des victimes sur les plans matériel, social, et psychologique, a-t-elle expliqué.
L'AMDV s'occupera, selon une approche participative, de la mise en place d'un plan d'action axé principalement sur la victime et sur la protection de ses intérêts, en plus de faire face aux atteintes à son encontre, en vue de protéger la dignité de tous les citoyens.
A rappeler que le Collectif de la défense des victimes de viol avait annoncé, le 1er avril à Rabat, la création d'un cadre juridique pour la défense des victimes des agressions sexuelles au Maroc, visant à unifier les efforts contre cette pratique criminelle.
S'exprimant à l'occasion d'un point de presse organisé sous le thème: "Les droits des victimes, entre souveraineté de la justice, Etat des institutions et allégations tendancieuses", le collectif a indiqué que ce cadre juridique vise à renforcer les outils de défense des victimes actuelles et éventuelles, et faire face à l'acharnement de certains "prétendus militants des droits de l'Homme" à porter atteinte aux victimes d'agressions sexuelles pour des intérêts occultes.
La conférence de presse du Collectif de la défense des victimes de viol a été marquée par des témoignages poignants des victimes dans l'affaire de Taoufik Bouachrine, ainsi qu'un témoignage de Mme Hafsa Boutaher qui accuse Omar Radi de viol. Ces témoignages ont fait la lumière sur la situation sociale et psychologique des victimes, et sur leurs souffrances durant toutes les étapes de ce dossier. Elles ont également dénoncé la diffamation dont elles sont victimes de la part de certaines parties, qui remettent en question leur statut de victime d'agressions sexuelles.
A cette occasion, le Collectif de défense des victimes de viol a annoncé sa décision de déposer une plainte devant les instances internationales pour diffamation contre le dénommé Maati Monjib, suite à ses déclarations diffamatoires contre les victimes de Taoufik Bouachrine, affirmant que les propos de Monjib sont "une attaque abjecte contre les victimes, et dénuée de toute valeur humaine".
Les méthodes utilisées contre les victimes des agressions sexuelles, concernant ou non l'affaire Bouachrine, "remettent en question la crédibilité des institutions nationales, portent atteinte à l'indépendance de la justice et sèment le doute sur les actes criminels, ce qui est incriminé par le code pénal marocain et les lois internationales", ont estimé les membres du collectif.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.