Covid-19: Le CNDH lance un appel pour une adhésion « responsable » à la campagne de vaccination    RAM : Reprise des vols directs avec Miami, Doha et Montréal    Le chef du gouvernement représente SM le Roi    Une Allemande de l'EI écope de dix ans de prison    La Barbade quitte la Couronne britannique et élit sa présidente    Trois clubs marocains au lieu de quatre dans le périple africain    36ème championnat arabe : Le Raja d'Agadir bat les Algériens de la JS Saoura (22-20)    «Je suis en cours d'essai avec le Wydad Athletic Club»    Liga : le Real toujours roi du clasico à Barcelone    Le Sahara était, reste et demeurera marocain, le conflit autour n'est que « superfétatoire »    Campagne nationale de sensibilisation sur le dépistage    «Chatarra» de retour sur les planches    L'Ensemble El Akademia se produira sur la place Hassan II de Dakhla    Tétouan accueille le 14è Forum international de Bande dessinée    Pegasus : avant le procès, les écrans de fumée de l'Humanité    Sahara marocain. L'Algérie démasquée à nouveau par l'ONU    Infrastructures : Casablanca se dote de nouvelles toilettes publiques    Israël lève l'avertissement concernant les voyages au Maroc    Armement : Le 1er porte-avions indien poursuit ses essais en mer    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 25 octobre 2021 à 16H00    Intempéries : Des morts en Algérie et Tunisie suite à de violentes inondations    Yémen: 105 rebelles Houthis tués lors des dernières 24 heures    Sahara : Alger rejoue la carte des dinosaures du lobbyisme américain    L'Opinion : Au Maroc, gouverner c'est aussi recevoir    Melilia : Les autorités marocaines déjouent une tentative de migration massive    Israël annule l'avertissement de voyage pour le Maroc    La prolongation de l'état d'urgence sanitaire au menu du prochain Conseil du gouvernement    Renault et Mathieu Lehanneur réinventent la 4L    Sahara : Depuis le Kenya, Mokhtar Ghambou dénonce l'ingérence d'Alger    Scrutins 2021... UN TOURNANT !    Maroc: contre le passe sanitaire, des dizaines de personnes ont défilé à Rabat    Soudan : Emmanuel Macron condamne le coup d'Etat et appelle «au respect de l'intégrité du premier ministre»    Aviation : Boeing voit grand pour l'Afrique    Dr Saïd Guemra : « Il n'y a aucun sens à venir taxer les Marocains au nom de l'efficacité énergétique »    EasyJet et TUI assureront des vols de rapatriement du Maroc vers le Royaume-Uni    Lydec dans les « Top Performers RSE » et dans le Top 5 des « Best Emerging Market Performers » de Vigeo Eiris    ACNOM : Kamal Lahlou récompensé pour l'ensemble de son œuvre au service du sport    Covid-19 : Le Maroc reçoit ce mardi 850.000 doses du vaccin Pfizer    Je vous emmène sur le terrain...    Coup d'Etat au Soudan : le premier ministre détenu par des forces armées    Interview avec Fatima Abouali : Les cas de dopage en baisse au Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    Site officiel de la HACA : L'amazigh y est désormais aussi    Deux événements en Arabie Saoudite dédiés au climat : Le chef du gouvernement représente le Souverain    Riad d'Ibn-Khaldoun à Fès : Une Fake news selon Mehdi Bensaïd    Eliminatoires du Mondial 2022 : Le Liberia reçoit la Centrafrique et le Nigeria à Tanger    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La suspension, voire l'expulsion de la «rasd» de l'UA, ne doit pas être considérée comme un tabou (séminaire)
Publié dans 2M le 28 - 07 - 2021

La suspension, voire l'expulsion, de la "rasd", un groupe armé qui n'a pas les attributs d'un Etat souverain, de l'Union africaine (UA) ne doit pas être considérée comme un tabou ou un objectif irréalisable, ont estimé mardi les participants à un séminaire tenu à Accra sous le thème "L'impératif de la relance économique : Comment la résolution de la question du Sahara peut-elle renforcer l'intégration régionale et continentale de l'Afrique".
Les participants à l'événement organisé par le think tank ghanéen Imani Center for Policy and Education ont critiqué à cet égard l'admission dans l'Organisation de l'unité africaine (OUA), puis son maintien par l'UA, d'une "entité non étatique, qui est depuis une source d'obstructions et de divisions".
Selon les participants, l'UA devrait corriger cet "héritage encombrant" et cette "erreur historique", a indiqué, dans un communiqué, l'Imani Center for Policy and Education.
Ainsi, la suspension, voire l'expulsion, de la "rasd", un groupe armé n'ayant aucun des attributs d'un Etat souverain, ne doit pas être considérée comme un tabou ou un objectif hors de portée, ont-ils souligné.
"Sa réalisation ne se veut pas une ambition exclusivement marocaine, mais une ambition qui pousse les Etats africains à mettre fin aux divisions superflues, et à arrêter l'instrumentalisation d'une organisation censée servir un idéal et un objectif panafricain." Les participants à l'événement ont déclaré que les blocages politiques, tels que la question du Sahara, constituent aujourd'hui un obstacle majeur à l'intégration économique de l'Afrique.
Ils ont souligné, en ce sens, la nécessité de trouver une solution réaliste et définitive à ce différend de longue date, qui ne peut que constituer une percée dans la consolidation régionale et continentale de l'Afrique, surtout dans le contexte actuel, marqué par l'urgence induite par les répercussions économiques et sociales de la pandémie du COVID-19.
Plusieurs participants ont affirmé que la résolution de la question du Sahara est une étape nécessaire pour renforcer l'intégration économique du continent, compte tenu de sa dynamique actuelle marquée par l'exclusivité du processus des Nations Unies et la prééminence du plan d'autonomie marocain comme solution politique "sincère, réaliste, crédible et inclusive".
Dans le contexte actuel, marqué par l'urgence de la relance économique - pour l'unité, l'intégration et la sécurité globale du continent - le récent incident de Guerguerat démontre la nécessité de dépasser les blocages politiques et les positions idéologiques improductives, ont-ils souligné.
Les participants ont analysé en détail l'obstruction pendant trois semaines par le Polisario d'une route vitale et stratégique - reliant l'Europe, l'Afrique du Nord et l'Afrique de l'Ouest - qui a mis en danger les pays voisins, la région et la sécurité économique de tout le continent. Cet incident a également mis en évidence l'importance et le poids de la coopération entre le Maroc et les pays d'Afrique de l'Ouest, a-t-on ajouté.
Par ailleurs, les participants ont passé en revue les solutions dont dispose l'UA pour rééquilibrer sa position sur la question et jouer pleinement son rôle de neutralité en contribuant à promouvoir une solution durable à un différend qui entrave le fonctionnement de l'UA ainsi que l'intégration globale du continent.
Reconnaissant la dynamique actuelle autour de la question du Sahara, les participants ont relevé que le processus du Conseil de sécurité des Nations Unies pourrait être soutenu par la contribution du Ghana pour atteindre une solution finale et réaliste, à la lumière de son prochain statut de membre non permanent du Conseil de sécurité.
Cet événement a rassemblé plusieurs parties prenantes ghanéennes et ouest-africaines, notamment d'éminents décideurs politiques, des experts, des universitaires, des chefs d'entreprise, des représentants de groupes de réflexion et de la société civile de Gambie, du Ghana, du Liberia, du Nigeria et du Sénégal.
Le séminaire visait à débattre et à discuter des défis actuels de l'UA de manière objective, scientifique et impartiale, dans le cadre d'un exercice hautement intellectuel et basé sur les faits, avec des experts crédibles et des décideurs influents. Accra étant l'hôte du secrétariat de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), les discussions ont porté sur les défis de l'intégration économique régionale et continentale, avec un accent particulier sur le rôle des communautés économiques régionales.
Les participants ont souligné l'urgence d'une telle intégration et ont appelé à la mise en œuvre complète de la ZLECA et à sa protection contre tout blocage qui entrave l'idéal d'intégration du continent sur le terrain, comme l'a affirmé et soutenu l'UA.
Alors que l'intégration économique représente une urgence et une étape majeure dans la consolidation et le développement de l'Afrique, elle serait mise en péril si l'UA ne rationalise pas son architecture institutionnelle. Selon les débats, la consolidation d'une telle architecture impose à l'UA d'achever sa réforme institutionnelle et de renforcer sa résilience face aux agendas séparatistes et sécessionnistes, qui constituent une menace réelle dans de nombreux pays africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.