Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc (ministère)    Réforme de la santé : le gouvernement activera les ressorts la loi-cadre    Les enjeux de la visite annoncée de Yaïr Lapid au Maroc    ONU-Palestine : Appel pour une enquête sur le meurtre de trois Palestiniens    Brésil : "Monsieur l'agent, on n'a rien à manger"    CAF : Ce mercredi, lancement officiel de la '' Super League Africaine'' par Motsepe et Infantino    CAF/ CAN féminine : Le Maroc organisateur de la prochaine édition (2024)    Le Raja trouve des difficultés à se séparer de l'un de ses joueurs    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Vague de chaleur attendue vendredi et samedi au Maroc    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Bourse de Casablanca: Ouverture en légère hausse    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Comment les prisons marocaines prennent en charge des détenus radicalisés?
Publié dans H24 Info le 20 - 05 - 2022

Un travail considérable a été fait par la délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) dans le traitement du risque terroriste en agissant dans plusieurs domaines: enseignement, formation, alphabétisation ou encore renforcement des compétences.
La Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a adopté une approche axée sur la réhabilitation et la réinsertion dans la gestion du dossier des détenus pour des faits d'extrémisme et de terrorisme, a souligné, vendredi à Salé, le directeur de l'Action socioculturelle et de la réinsertion des détenus au sein de la DGAPR, Moulay Idriss Agoulmam.
Cette approche trouve son essence dans les dispositions constitutionnelles, les textes législatifs et réglementaires nationaux, les chartes internationales et la volonté politique, a affirmé Agoulmam dans un exposé présenté à l'occasion d'une rencontre communicative organisée par la DGAPR, à la prison locale de Salé, sous le thème « Gestion des détenus poursuivis pour des faits d'extrémisme et de terrorisme ».
Au cours de cette rencontre, à laquelle a pris part le Délégué général à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion, Mohamed Salah Tamek, il a expliqué que la réhabilitation dans les établissements pénitentiaires passe par des programmes d'enseignement, de formation, d'alphabétisation et de renforcement des compétences et des activités sportives, artistiques et culturelles, outre des programmes spéciaux et d'éducation par les pairs.
Lire aussi. Aid Al-Fitr: les paniers de repas autorisés dans les prisons pendant une semaine
A cet égard, le responsable a précisé que le programme d'éducation par les pairs, adopté par la Délégation générale dans le cadre du projet d' »Appui à la réforme du système pénitentiaire pour une meilleure réinsertion sociale », en partenariat avec la Rabita Mohammadia des Oulémas et avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du gouvernement japonais, a bénéficié à 47.959 détenus encadrés par 388 formateurs.
Il a, en outre, ajouté que le programme « Moussalaha » a été conçu et mis en œuvre en collaboration avec plusieurs partenaires et experts spécialisés, notant qu'il repose sur trois axes principaux : la réconciliation avec soi-même, la réconciliation avec le texte religieux et la réconciliation avec la société.
Ce programme, organisé sur 10 éditions, a été exécuté conformément aux aspects liés à la qualification religieuse, à l'accompagnement psychologique et à la qualification socio-économique, a-t-il poursuivi.
Agoulmam a souligné que le succès des programmes de réinsertion propres aux détenus pour des faits d'extrémisme et de terrorisme se manifeste à travers l'interaction positive des détenus bénéficiaires, la compréhension et l'assimilation du texte religieux et l'approche des valeurs sociétales correctes, ainsi que par la participation de certains détenus ayant purgé leurs peines à l'encadrement d'ateliers de réhabilitation au profit d'autres détenus.
Programmes de réhabilitation
Ces indicateurs, a-t-il enchaîné, consistent également en la mise en place de projets générateurs de revenus avec la contribution de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, l'implication positive dans le tissu sociétal, l'acceptation et l'implication des détenus dans les programmes de réhabilitation, en plus de la grâce Royale accordée à plusieurs détenus pour des faits d'extrémisme et de terrorisme.
Dans le cadre de la mise en œuvre de ces programmes, la DGAPR s'est appuyée sur la qualification de son capital humain, en renforçant la formation du personnel et en élaborant des programmes et des guides de procédures, a souligné M. Agoulmam, notant que plus de 9.000 fonctionnaires, soit 96% du personnel des établissements pénitentiaires, ont bénéficié d'une formation de sensibilisation générale sur la lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent à l'intérieur des prisons, et les bonnes pratiques de gestion des détenus pour extrémisme violent, dispensée par 40 formateurs régionaux qualifiés à cet effet, en partenariat avec le Centre mondial de sécurité coopérative (Global Center on Cooperative Security).
En ce qui concerne les statistiques relatives aux détenus incarcérés pour des faits d'extrémisme et de terrorisme, le responsable a fait savoir que le nombre de détenus, jusqu'au 16 mai, était de 842, dont deux femmes, précisant que 58,91% d'entre eux ont un faible niveau d'instruction, 21,38% un niveau moyen, et 19,71% un niveau universitaire.
Cette rencontre communicative a été marquée par la projection d'un film institutionnel retraçant les efforts de la DGAPR en matière de gestion des détenus poursuivis pour des faits d'extrémisme et de terrorisme, ainsi que par des témoignages d'anciens détenus incarcérés dans le cadre de la loi relative à la lutte contre le terrorisme ayant bénéficié de programmes de réinsertion.
Elle a été aussi ponctuée par la présentation d'une pièce théâtrale abordant « la pensée extrémiste » et ce, dans le cadre du programme « Mohakama », mis en scène par des détenus poursuivis pour des faits d'extrémisme et de terrorisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.