Le besoin de financement brut moyen par mois à 13,4 MMDH au S2    Bliken en Afrique pour contrer la présence russe et chinoise    CAN Beach Soccer : Maroc – CIV, les Eléphants se retirent à cause d'un penalty    Le gouvernement appelle les fonctionnaires à soigner leur tenue vestimentaire    Fabrice Sawegnon. Eye of the Tycoon    ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent au programme Future we want    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Marhaba 2022 : Plus de 530.000 passagers entrés au Maroc via Tanger Med    Campagne 2021/22: Baisse de 14% de la valeur ajoutée agricole prévisionnelle    Une page héroïque dans l'histoire du Maroc    Gaza: Le bilan des frappes israéliennes monte à 44 morts dont 15 enfants    Les armes crépitent à nouveau dans le Haut-Karabakh    Affaire Pegasus: les services espagnols incapables d'identifier les documents volés    Football: Le Rapide Oued Zem a un nouveau président    Le Raja Casablanca signe le Libérien Peter Wilson    Supercoupe de la CAF: Wydad-Berkane aura-t-il vraiment lieu à Laâyoune?    Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    L'option Ammouta se précise ?    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    La DGAPR explique par rapport à la situation de Souleimane Raissouni    Célébrations Achoura: 17 personnes interpellées dans plusieurs villes du Royaume    Interview. Moudawana: voici ce qu'il faut changer, selon Amina Bouayach    Espagne: arrestation d'un Marocain qui jetait des pierres sur des baigneurs    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    Tanjazz est de retour !    Retour des festivités dans les quatre coins du royaume    Entre les Doukkalis et les chevaux, un lien profondément enraciné dans l'histoire    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    Espérance de vie en Afrique : Une longévité inégalée et en demi-teinte de la population    Traite des êtres humains : Simulation d'enquête et de procès entre le Maroc et le Niger    Marrakech : Les espaces verts, refuges « nocturnes » face à la chaleur torride    Casablanca : Avertissements sur la propagation des «chiens errants»    Nouveau roman d'Abderrahim Kamal: Quand des personnages manipulent leurs propres peaux    Casablanca : Lever de rideau sur la 1ère édition du Festival Al Fida national de théâtre    FC Séville : Youssef En-Nesyri persona non grata auprès des supporters    [Vidéo] Usine Auto Hall à Casablanca. Une nouvelle ligne de montage pour les camions Foton    L'AMMC lance son portail Fintech    Les Britanniques reviennent à l'argent liquide pour mieux gérer leurs dépenses    Palestine : Ce que le Maroc accomplit, ce que l'Algérie s'obstine à détruire et instrumentaliser    Renault ElectriCity. Le nouveau fer de lance du losange pour développer sa gamme électrique    Trophée Joan Gamper : démonstration de force du Barça (VIDEO)    Ily se remémore les souvenirs avec son père, Abdelaziz Stati (VIDEO)    Le 22è Festival national du film rend hommage à cinq professionnels du cinéma    L'affaire palestinienne, défouloir d'un PJD moribond    Budget    USA: Le plan de Biden pour le climat et la santé franchit le Sénat après des négociations marathon    Joe Biden dénonce le meurtre de quatre musulmans dans le Nouveau-Mexique    Feux de forêt dans le nord-ouest de l'Espagne : Plus de 4.000 hectares brûlés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sahara: L'Algérie s'attaque à l'Espagne...la rupture était prévisible
Publié dans Hespress le 08 - 06 - 2022

Après le Maroc, c'est à l'Espagne de subir les foudres d'Alger. En colère contre la position marquée de Madrid vis à vis du Sahara, l'Algérie a suspendu le traité de coopération qui la liait à l'Espagne. Une fois de plus, Alger prouve son parti pris, mais surtout se met à dos un nouveau pays dans son cercle régional. Madrid n'a pas tardé à réagir.
« Le gouvernement espagnol réaffirme son plein attachement au contenu du Traité et aux principes qui le sous-tendent, reflétés dans son préambule », a indiqué une source diplomatique espagnole à Hespress FR.
L'Espagne rappelle que ce Traité, révoqué unilatéralement par l'Algérie mercredi, concerne en particulier le « strict respect des buts et principes de la Charte des Nations Unies et les principes du droit international en tant qu'éléments fondamentaux pour le maintien de la paix, de la sécurité et de la justice dans la société internationale ».
Il s'agit « en particulier des principes d'égalité souveraine des États, de non-ingérence dans les affaires intérieures et de respect du droit inaliénable des peuples à disposer d'eux-mêmes », a indiqué la même source, sous entendant que l'Algérie n'a pas le droit de s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Espagne lorsqu'elle l'attaque sur une décision souveraine, qui ne la concerne pas.
Malgré les attaques verbales de l'Algérie, la diplomatie espagnole s'est gardée de faire de la surenchère et s'est contentée de dire que le « gouvernement espagnol considère l'Algérie comme un pays voisin et ami et réitère son entière disponibilité à continuer à entretenir et à développer les relations privilégiées de coopération entre les deux pays, au profit des deux peuples ».
La présidence algérienne a réagi mercredi à une déclaration du chef du gouvernement espagnol qui s'exprimait devant le Parlement espagnol concernant la décision de l'Espagne d'appuyer le plan d'autonomie au Sahara proposé par le Maroc comme solution pour mettre fin à près de 50 ans d'un faux conflit créé par l'Algérie pour s'emparer de ce territoire marocain après le retrait de l'Espagne qui était la puissance occupante.
« Les autorités espagnoles se sont engagées dans une campagne tendant à justifier la position qu'elles ont adoptée sur le Sahara Occidental en violation de leurs obligations juridique, morale et politique de puissance administrante du territoire qui pèsent sur le Royaume d'Espagne jusqu'à ce que la décolonisation du Sahara Occidental soit déclarée accomplie par les Nations Unies », ont écrit les services du président algérien Abdelmadjid Tebboune, alors que la décolonisation du territoire a été actée avec le retrait de l'Espagne et le retour sur souveraineté marocaine comme avant.
Il s'agit d'une réponse à la déclaration de Pedro Sanchez, le chef du gouvernement espagnol, qui précisait que la décision de se ranger du côté du Maroc était une décision de l'Etat espagnol, et pas seulement de son gouvernement.
Cette déclaration a douché les espoirs de l'Algérie qui nourrissaient un maigre espoir d'un éventuel changement de position en cas de changement de gouvernement, d'où la décision de suspension « immédiate » du Traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération qui la liait à l'Espagne depuis le 8 octobre 2002, et qui encadrait jusqu'ici le développement des relations entre les deux pays.
En critiquant l'Espagne, le pays maghrébin a indiqué que les autorités espagnoles « assument la responsabilité d'un revirement injustifiable de leur position » concernant le Sahara et le « plein soutien à la formule illégale et illégitime de l'autonomie », poursuit l'Algérie en ajoutant des formules assassines démontrant sa colère et prouvant une fois de plus qu'il s'agit bien d'un conflit entre le Maroc et l'Algérie et seulement ces deux parties alors qu'Alger a annoncé son refus de prendre part aux tables rondes (e processus de pourparlers décidé par l'ONU) estimant n'être qu'un pays « observateur ».
Alger a montré dans son expression, qui n'est pas la première dans le genre (l'Algérie avait déjà critiqué l'annonce en mars dernier, ndlr), qu'elle était véritablement la partie à blâmer dans l'affaire du Sahara, et cela depuis le début, tant elle empêche toute solution pragmatique, réalisable et pacifique d'avoir lieu, et prend en otage une population, les Sahraouis, mais surtout toute la région d'Afrique du nord qui a « peur » de froisser l'Algérie en reconnaissant une réalité historique, celle que le Sahara appartient au Maroc.
Après avoir rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août dernier suite à la reprise de relations diplomatique entre le royaume et Israël, l'Algérie vient d'annoncer une nouvelle étape dans son projet d'inimitié avec son voisinage immédiat en s'attaquant à l'Espagne. La dernière sortie médiatique du président algérien sur la démocratie en Tunisie, est également mal passée à Tunis, mais ce pays n'aura certainement pas la force de s'émanciper face à ses dettes grandissantes vis vis de sa « grande sœur » l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.