Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    La zone industrielle Ain Cheggag sur les rails    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Edito : Inclusion    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Le Conseil du gouvernement adopte le PLF 2020    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Les femmes juges d'Afrique se mettent en réseau    Syrie: La situation préoccupe toujours    Chine/USA: Que contient l'accord commercial partiel    Petites phrases    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Biles, à toute épreuve    Ammouta se veut confiant avant le choc contre l'Algérie    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Le gaspillage alimentaire n'est pas une fatalité    La pêche maritime à Al Hoceima, un levier important pour le développement de l'économie locale    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Participation active d'une délégation parlementaire marocaine à la 141ème Assemblée de l'UIP    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    Affaire Hajar : Une grâce bienvenue    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    Sahara marocain – ONU : La 4è Commission réitère son soutien au processus politique    Tilda Swinton désignée présidente du jury de la 18e édition du FIFM    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Chefchaouen : Présentation de la pièce de théâtre «Katret Al Ham»    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Syrie : Plus de 300.000 déplacés en huit jours    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    La raison ou la haine ?    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fête du mouton... à crédit !
Publié dans Jeunes du Maroc le 25 - 12 - 2006

Comme chaque année, les Musulmans accueillent avec enthousiasme la fête du mouton ou comme on l'appelle plus simplement Laid Lkbir : la grande fête !
Grande ? Certainement vu que cette fête est liée à un événement exceptionnel, celui ou le bon Dieu a récompensé le courage d'Ibraham alayehi salam, puisqu'il allait égorger son fils Ismaïl suite à l'ordre divin.
Tout le monde est jusque là d'accord et on ne peut qu'être satisfait, mais pas lorsque cette fête devient synonyme de ruine et de stupidité. Br Pourquoi ruine et stupidité ? Je m'explique :
Dieu a dit dans son saint coran "la youkallifou Allahou nafsan illa wos3aha ". Donc l'être humain n'est pas obligé de faire des choses dont il est incapable, l'incapacité financière d'acheter le mouton.
Le bouquet dans l'histoire c'est que les gens prennent des crédits pour acheter le mouton tout en oubliant que c'est insensé et stupide. Acheter un mouton alors qu'on n'a pas les moyens de le faire et pour cela prendre un crédit que l'on va rembourser pendant un an minimum et du coup peut être qu'il va prendre un autre prêt pour rembourser le premier (rires).
C'est décevant de voir que les gens en sont arrivés à ce stade d'ignorance !
Que la fête à crédit commence


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.